Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
Notre raison d'être : informer, analyser, révéler, expliquer pour anticiper un réel immédiat et le futur ...

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Dossiers/ Masques alternatifs- Martinique- Les couturiers professionnels sont furax !


Rédigé le Samedi 16 Mai 2020 à 12:11 |
En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Nous avons été informé qu'un "wouélélé woué woulait" sur l'affaire des masques alternatifs en Martinique. Rappelez vous au plus fort de la crise, le corps médical criait "anmwoué" sur l’absence de masque !


Hé hé , ne voilà-t-il pas qu'à ce moment précis, ce sont les artisans de Martinique qu'on a trouvé. On c'est qui ? C'est l'ARS, l'Etat, le centre hospitalier, les médecins, les soignants et surtout les malades.

"Qui veut dire" Ce sont les "ti sonsons" du pays que l'on a trouvé pour faire face à une pandémie, à une absence de préparation, et disons au manque de moyen tout court. Mais comme pour donner raison , au proverbe créole, selon lequel, le premier qui enlèvera la tique du pied du chien, le retrouvera sur la ligne comme concurrent de course au moment le plus inattendu.

ki di ki fèt !

Voilà que maintenant ces messieurs dames, de l'Etat de la santé et autre appendice du système exige que les artisans sauveurs d'hier, se mettent aux normes AFNOR pour manger demain. Non seulement l'exigence est là mais elle est circonstancielle et impérative. Il n'en aura pas fallu plus pour courroucer Yvonne Ulric, la présidente du groupement. Nous l'avons rencontrée . mais ses propos bien que mesurés permettaient de comprendre son agacement.

Interview d'Yvonne Ulric

Dossiers/ Masques alternatifs- Martinique- Les couturiers professionnels sont furax !
Bonjour Yvonne Ulric qu'est-ce qui se passe encore , on dit que vous avez du écrire au Préfet :

En ma qualité de Présidente et fondatrice de l'OPMH, j'ai adressé au préfet un courrier le 10 mai l'interpellant sur le fait qu'une homologation était demandée aux couturières pour la fabrication des masques en tissu destinés au public. Les couturières de l'hexagone nous ayant devancées, nous avons pu clarifier cette situation. Cependant, un autre problème vient se greffer à cette situation : celui de la concurrence déloyale et du manque d'encadrement des personnes non déclarées ou pas déclarées en tant que couturières.

Très bien, alors vous êtes-vous adressées à votre chambre consulaire :

J'ai transmis copie de mon courrier au Président de la Chambre de Métiers et voilà la réponse qui m'a été faite sur le coût de l'homologation.
Je n'ai pas été invitée aux précédentes réunions mais seulement à une rencontre avec la DIECCTE, et la chargée de mission, nommée très récemment dans le cadre de cette affaire, pour nous conseiller sur le choix des matières et des techniques.

ET alors ?

Une question : peut on être contrôlé ou conseillé par un bachelier quand on prépare une licence ? C'est le monde à l'envers. L'Artisanat ne pourra que reculer, mais ça, je ne le souhaite pas.!

que vous a dit votre président :

« J’ai déjà alerté le préfet à ce sujet il y a deux semaines. Il a déjà réglé le problème. C’est d’ailleurs pour cette raison que les réunions à la CMA ont été organisées. Le but, conseiller les couturières , pour qu’elles utilisent les bons tissus et bonnes techniques de fabrication.
Dans ce cadre là, elles n’auront pas besoin de faire contrôler leur production pour vendre. Par contre si une artisane veut une homologation sur ses masques, elles peut faire réaliser ces contrôles à ses frais. et de poursuivre


Ainsi va la Martinique..; et persuadé qu'une entente cordiale pourrait permettre sur ce dossier une avancée commune, il vaut mieux vous livrer la lettre au Préfet.

Monsieur le Préfet de Région
Préfecture de la Martinique
97200 FORT DE FRANCE
Le 10 mai 2020

Objet : COVID-19

Monsieur le Préfet de Région,

En ma qualité de Présidente de l'OPMH, organisation professionnelle liée directement aux métiers de la couture, je me pose un certain nombre de questions concernant la réglementation et l'homologation des masques en tissu, dits alternatifs. Le 4 mai 2020, mes collègues couturiers, enregistrés au répertoire des métiers m'ont interpellée sur la réglementation qui ne les autorise plus à fabriquer des masques en tissu non homologués par l'IFTH et la DGE.

Lors de ses précédentes interventions, le gouvernement a demandé (donc autorisé) à tous ceux qui le peuvent, de réaliser des masques à usage non sanitaire afin de protéger la population saine et ainsi freiner la diffusion du virus COVID-19 au maximum. Le manque étant cruel, un appel a été fait par le CHU pour coudre des blouses et des masques en urgence. Tous nos couturiers ont accepté de le faire à un coût dérisoire, conscients et solidaires de la démarche d'utilité publique.

Ces mêmes ateliers de couture ont été débordés de commandes et ont investi lourdement dans des matières telles le coton, le polyester et l'élastique, recommandés par l'AFNOR. Une note d'information du 29 mars 2020, mise à jour le 26 avril nous informe que les masques précités doivent subir un homologation. A la Martinique, nous n'avons, pour l'instant, aucun atelier de fabrication de masques ayant reçu cette homologation et il n'y a pas suffisamment de masques pour répondre à la demande.

Ce dossier a un coût qui n'est pas à la portée de tous et il serait dommage que tous nos couturiers ne puissent en fabriquer, faute de moyens.

Une rencontre entre la Chambre de Métiers, la DIECCTE et les couturiers a été organisée les 6 et 7 mai 2020, afin de mieux nous informer sur la qualité des tissus à utiliser pour la fabrication des masques. Quelles sont les compétences des agents à qui ce pouvoir a été conféré ? Je me suis rendue à cette rencontre et j'ai pu constater que bon nombre des personnes présentes n'étaient ni déclarées, ni couturiers.

A la Martinique, nous avons plusieurs associations, dont la Mission Locale, qui ont pour but de favoriser l'insertion. Leur confier cette mission serait leur permettre de faire face, elles aussi, à la crise que nous traversons actuellement en bénéficiant de subventions dédiées à cet effet. Nous devons être attentifs à la qualité des masques qui seront proposés au public. Il n'est pas question de faire pour faire mais bien d'éviter que ce virus ne se propage. Il y va de notre responsabilité collective. Or, il est important de connaître certaines techniques de couture pour ce genre d'opération. La formation à partir de tutos ne saurait être suffisante et efficace.

En s'adressant à un professionnel, les entreprises pourront avoir une facture et une garantie d'un savoir-faire. Il n'en n'est pas de même pour les particuliers. A n'en point douter, ce sont les plus démunis qui achèteront les masques à bas coût et de mauvaise qualité, et seront donc les plus exposés. J'attire votre attention sur une nécessaire vigilance.

Nos couturiers ont connu un début de crise très difficile et c'est grâce à cette fabrication de masques qu'ils pourront permettre à leurs petites entreprises de survivre. Inviter des novices à réaliser des masques serait, non seulement mettre la population en grave danger, mais aussi mettre à mal le secteur de l'artisanat de la couture à cause d'un manque de savoir-faire manifeste et d'une concurrence déloyale.

Encadrer et répondre à la demande consiste à :

– autoriser la fabrication de masques, en attente d'une homologation, à des couturiers inscrits au Répertoire des Métiers, et à jour de leurs cotisations,
– encourager les personnes en insertion à en faire, sous couvert d'associations à but social et avec l'aide des mairies,
– organiser des chantiers d'insertion sous différentes formes avec l'aide d'artisans qualifiés,
– nous accorder les fonds nécessaires pour obtenir l'homologation des masques de type 1 et 2 et permettre de démarrer par l'achat en gros du matériel dont nous aurons besoin.



Actualités MQ.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS












Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM