Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Endométriose : les causes potentielles




L'endométriose est une maladie gynécologique méconnue, bien qu'elle touche 180 millions de femmes dans le monde (une femme sur 7 en âge de procréer et 20 à 50 % des femmes infertiles).


Source sciences et avenir.

Quels sont les facteurs causant l'endométriose ? Les chercheurs soupçonnent que la migration de l'endomètre hors de l'utérus est en fait liée à plusieurs facteurs : génétiques, immunitaires, hormonaux et environnementaux. Plus d'explications dans la vidéo ci-dessous de Marina Kvaskoff, épidémiologiste doctorante au laboratoire "Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations" (Inserm) de Villejuif.

L'endométriose est une maladie gynécologique méconnue, bien qu'elle touche 180 millions de femmes dans le monde (une femme sur 7 en âge de procréer et 20 à 50 % des femmes infertiles). Les deux symptômes principaux sont les douleurs liées aux règles qui deviennent un vrai handicap social, empêchant quelquefois d'aller travailler, et les rapports sexuels engendrant des douleurs qui perdurent.

Ce deuxième symptôme serait aggravé par l'exposition au liquide séminal (le fluide composant la majorité du sperme et chargé de véhiculer les spermatozoïdes jusque dans le vagin), vient de découvrir une équipe de chercheurs de l'université d'Adelaide, en Australie. Ils fournissent la preuve dans leur étude parue dans The American Journal of Pathology que l'exposition au liquide séminal favorise la prolifération de tissus utérins en dehors de l'endomètre.

Source sciences et avenir.

Les douleurs des règles, vécues comme une fatalité, sont parfois le symptôme d'une endométriose qui, non diagnostiquée, peut avoir de graves conséquences, entre autres sur la fertilité. Pour une raison inconnue, certaines cellules de l'endomètre quittent l'utérus et se déposent sur d'autres organes.

Mais elles sont encore soumises au cycle menstruel et créent lésions, douleurs et inflammation chaque mois. Les femmes atteintes sont jeunes et souffrent parfois de douleurs pelviennes chroniques. Des perturbateurs endocriniens comme le bisphénol-a semblent augmenter la fréquence de l'endométriose. Entretien avec Marina Kvaskoff, épidémiologiste doctorante au laboratoire U1018 "Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations", Villejuif. Durée : 4 min 38 sec. Film réalisé par Véronique Kleiner. Production : Inserm/Universcience/CNDP/Picta Productions.

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Famfole | Femme d'action. | L'amoureuse | Admirer une femme. | Maman poule