Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
Notre raison d'être : informer, analyser, révéler, expliquer pour anticiper un réel immédiat et le futur ...

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le CHU de Martinique malade de ses extravagances et les patients les plus lourds ne sont pas pris en charges dans le privé ! Par Roger TRANQUILLE


Rédigé le Dimanche 29 Juin 2014 à 01:30 |
En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Le secteur hospitalier de Martinique est à l’agonie, si on en croit les actions multiples tous azimuts menées en vain, par les organisations syndicales, soucieuses de préserver l’outil, et la santé des Martiniquais.



Mais la Martinique n’est pas un cas isolé en France, et il convient de se poser des questions, auxquelles beaucoup d’acteurs refuseront certainement de répondre.
A la lecture du tableau des 100 hôpitaux publics les plus endettés, dont celui de la Martinique, on est en droit de se demander les raisons qui font, que depuis belle lurette, il n’y ait pas eu de décisions adéquates.

Parmi les explications, les enveloppes financières qui ont servi à minimiser ou à édulcorer la mutation opérée entre le budget global, et la tarification à l’activité.

Alors, puisqu’il s’agit de la santé, l’hôpital public s’est senti intouchable, en Martinique aussi. S’en suivirent des dérives multiples, négligeant la gestion d’un outil volumineux financièrement, d’un matériel conséquent, et d’un personnel considérable. De la rigueur à toute épreuve s’imposait.
Autres causes, mêmes effets :

Le plan hôpital 2007 a lancé les hôpitaux dans des investissements indispensables, mais sans moyens pour les financer, et les effets induits ont été inévitables, ils s’appellent : ENDETTEMENT….On se rend compte de l’incurie de la tutelle.

L’endettement s’installant, tout le mécanisme financier se détériore. Les responsables syndicaux et les dirigeants n’ont pas été vigilants, preuve, que le syndicat et la direction sont des partenaires, pas des opposants virulents, et systématiques.


Fonder des espoirs sur l’effacement éventuellement, par le gouvernement, de la dette des hôpitaux, peut s’avérer imprudent,

Fonder des espoirs sur l’effacement éventuellement, par le gouvernement, de la dette des hôpitaux, peut s’avérer imprudent, même dangereux pour l’avenir du CHU de Martinique. Ce pourrait être, un effet d’annonce, de la communication destinée à préparer les prochaines élections.

La France à l’agonie, tout comme le secteur hospitalier public martiniquais, ne semble pas en mesure de satisfaire cette demande, mais on ne sait jamais !

Autre constat, mais révélé par le rapport sur les hôpitaux publics.

Les dépenses de personnel sont trop élevées, la gestion administrative trop lourde, l’activité en chirurgie inadaptée, ou pas suffisamment exploitée, le niveau du recouvrement des créances auprès des mutuelles ou des patients est nettement insuffisant, autant de lacunes se transformant en pertes
La franchise prévaut donc, face à une telle situation, pour que chacun soit devant ses responsabilités, la preuve semble faite que les dirigeants des hôpitaux publics n’ont pas toujours été à la hauteur, à moins que le mal ne soit plus profond, ou d’un autre genre.

Cette franchise doit obligatoirement passer par la prise en compte des dérives opérées dans les hôpitaux publics de Martinique, telles les fuites considérables de médicaments, de produits divers, les hospitalisations de complaisance d’enfants en période de carnaval, transformant l’hôpital en garderie pour enfants et bébés, le manque ou absence de contrôle de l’utilisation des véhicules, et des produits carburants devenues monnaie courante qui, à la longue représentent non seulement des sommes considérables, mais des pertes financières énormes, irrécupérables.

Et puis, il y a le cas des responsables syndicaux, qui, au nom de leur sacro-sainte fonction syndicale, ne savent même plus ce qui se passe dans leur corps de métier, continuant tout de même à percevoir des salaires non négligeables, en étant pour certains en âge de partir à la retraite, il faudra bien mettre un terme à de telles incongruités.

La situation est donc confuse, car d’un côté, des syndicalistes qui veulent rester aveugles, et de l’autre des élus qui ferment les yeux pour ne pas faire de vague, tout le monde est sur le même pallier.

Réclamer que le gouvernement efface la dette du CHU de Martinique, pourquoi pas ? Lorsqu’on sait le jeu d’équilibriste auquel se livre le gouvernement depuis deux ans, on peut douter du résultat. On joue donc à « Tout le monde gagne » au CHU de Martinique, en feignant d’oublier que dans un tel contexte il convient de minimiser les dégâts, car il y aura des dégâts, au sortir de cette situation, sinon, « Tout le monde perdra ».

Les possibilités financières de la France sont quasi inexistantes, avec un chômage qui ne cesse de grossir au fil des mois, un secteur industriel faible, qui la prive de compétitivité avec les autres puissances, donc pas de croissance, et puis cette morosité des Français qui ne peut qu’alourdir la facture, leur manque de confiance à l’égard du Président de la République et de son gouvernement, induisant ce sentiment d’impuissance, face à une crise qui perdure dans l’Hexagone.

Des avantages sont concédés à des secteurs industriels, prouvent bien que les choix du gouvernement sont faits. Non pas qu’il faille abdiquer, mais chercher d’autres pistes, en attendant la réaction effective du gouvernement, les promesses étant faites pour calmer le jeu comme on dit, de la pure communication.

Hé oui, c’est la réalité d’une situation à laquelle on est tous confronté. Il n’est pas interdit de croire encore au Père Noël, mais attention ! Il est impératif avant tout que chacun prenne ses responsabilités, car il n’y a pas de fatalité, mais ceux qui abdiquent devant les difficultés.

Les blocages intempestifs ont pour effet dans le contexte du CHU de Martinique, d’empirer la situation sanitaire de la population fragile.

Dans un tel contexte, il est indéniable que le gouvernement portera l'effort de redressement prioritairement sur les dépenses publiques qu'il faut réduire, sans remettre en cause des politiques ou des services publics essentiels, le défi mérite d’être relevé.

Les acteurs du secteur hospitalier public de Martinique ont l’obligation de se rapprocher, et tenter de trouver une solution qui ne sera certes pas celle qu’ils souhaitent, mais en mesure de sauver ce qui peut l’être encore.

On peut légitimement se poser des questions sur celui qui défend un salarié d’un côté et qui est le même qui réclame la tête d’un autre de l’autre côté.

Sauver ensemble l’hôpital public, n’est pas évident, mais impératif, les malades les plus lourds ne sont pas pris en charges dans le privé, le gouvernement devra faire son choix de façon définitive dans sa position, entre les hôpitaux publics et les hôpitaux privés.

Et puis il faut s’intéresser plus que jamais au sein des CHU, celui de Martinique aussi, des dépassements d’honoraires, et des cas de ces médecins fonctionnant au sein de ces CHU, comme des privés, avec la double casquette qu’on a du mal à évaluer.

Par Roger TRANQUILLE lecteur de MAKAC LA et généreux contributeur bénévole



SANTE

SOCIETE | ENVIRONNEMENT | Patrimoine | SANTE | EDUCATION | ENTREPRISES












Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM