Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lu pour vous / Pourquoi la production martiniquaise est relativement plus chère que la production en France ?


Rédigé le Jeudi 8 Août 2019 à 10:40 |
En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Extrait d'un rapport de l'Institut National de la Consommation : Malgré la hausse des prix liée à l’importation des denrées, seules 26 % des marchandises des distributeurs proviennent de la production locale. Cela vient d’une insuffisance voire d’une absence de production locale pour certains produits et du déficit de compétitivité des biens produits localement par rapport à ceux importés.


Une géographie désavantageuse

Les territoires d’Outre-Mer sont tout d’abord impactés par leur géographie. En premier lieu, ils ont une superficie réduite par rapport à la métropole, ce qui entraîne une impossibilité pour un grand nombre d’entreprises de s’implanter. Cela se traduit par un manque de concurrence entre les entreprises locales, voire des situations de monopoles, ce qui tire les prix vers le haut.

En second lieu, ils sont impactés par des conditions climatiques et géographiques difficiles. Les contraintes sismiques et climatiques propres à ces régions nécessitent des installations particulières pour assurer la conservation de certaines denrées, ce qui fait augmenter le coût de construction des installations. Et elles entraînent une dégradation des installations et des équipements, plus rapide qu’en métropole. Par exemple, l’état dégradé des routes et la géographie rude (peu de terrains plats) entraînent une hausse des frais d’entretien des véhicules.

Et enfin, la rareté des terrains plats, qui sont nécessaires à l’implantation de nouveaux points de vente ou d’entrepôts, font que le foncier commercial est très élevé. Cela constitue une barrière à l’entrée de nouveaux acteurs sur le territoire, notamment pour le développement de la production de nouveaux produits qui ne sont pas présents actuellement dans les DROM. Ces contraintes géographiques entraînent une hausse des coûts fixes (ce sont des coûts qui ne dépendent pas de la production) qui se répercutent à la hausse sur le prix des marchandises.

Une demande plus modeste qu’en métropole

Les territoires d’Outre-Mer sont caractérisés par un revenu par habitant plus faible qu’en métropole. Le PIB par habitant est inférieur de 40 % à celui de la métropole. Les inégalités de revenus sont également plus importantes dans les DROM : l’indice de Gini, qui sert à mesurer les inégalités est à 0,40 pour les DROM contre 0,29 pour la métropole (quand l’indice est proche de 0, cela signifie que la répartition des revenus est totalement égalitaire, et quand il est proche de 1 qu’il est totalement inégalitaire). Le taux de pauvreté et le taux de chômage sont également plus élevés dans les DROM qu’en métropole.

La demande étant plus réduite, les quantités produites le sont également. Il est donc plus difficile pour les entreprises de couvrir les coûts fixes, ce qui fait augmenter les prix. Toutes ces contraintes empêchent les entreprises de se développer à leur niveau optimal de production et de réaliser des économies d’échelle (produire en grande quantité pour rentabiliser les investissements dans les machines, les installations …). Ainsi, il y a bien un déficit de compétitivité face aux productions de la métropole : pour un même bien produit en Outre-Mer et en métropole, celui-ci sera plus cher dans les DROM.

Certains acteurs dénoncent également un coût du travail et des assurances plus élevées qu’en métropole, ainsi que des conditions de financement, nécessaires au développement des entreprises, plus difficiles d’accès et non équivalentes à celles de la métropole.



Actualités MQ.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS









L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / La CFTU un sac de nœuds sans nom ! Rediffusion

Est-il admissible que pour une personne ,une population soit prise en otage? Est-il admissible que pour le licenciement d’un seul employé, quatre villes et leur population dont les plus importantes de Martinique soient privées de transport en commun?

Editorial du Jour / La CFTU un sac de nœuds sans nom !  Rediffusion
Pour conclure, le moins que l’on puisse dire c’est que ce "mapiam" semble condamner la jambe, et on peut aisément se demander si le mieux ne serait pas que finalement ces délégations de service public tombent pour laisser place à une régie des transports sous l’égide de Martinique transport .
Il y a quelqu’un qui disait "si pani volè pani soutiré", voici un exemple que le proverbe est bien vrai et actif. A demain



Victor HAUTEVILLE
14/07/2019



Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM