Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
Notre raison d'être : informer, analyser, révéler, expliquer pour anticiper un réel immédiat et le futur ...

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MALAISE AU SEIN DES PERSONNELS DE DIRECTION DE L’EDUCATION NATIONALE EN MARTINIQUE


Rédigé le Dimanche 18 Avril 2010 à 23:20 |

Par Edouard DELEPINE :Depuis quelques années les personnels de direction de l’académie de Martinique sont confrontés à des agissements qui visent ni plus ni moins à les désigner comme « incompétents », et les frapper d’indignité


MALAISE AU SEIN DES PERSONNELS DE DIRECTION DE L’EDUCATION NATIONALE EN MARTINIQUE
Dernier fait en date : la mise en cause publique le mardi 26 mai 2009 d’un chef d’établissement expérimentée et méritante par la rectrice de l’académie qui va jusqu’à dire (au mépris des textes) qu’elle substituera ses équipes rectorales aux équipes de l’établissement !

Comment penser après cela que des chefs d’établissement puissent se prévaloir d’une quelconque autorité ?

Qu’a pu faire de si terrible ce chef d’établissement pour ainsi mériter d’être clouée au pilori ?
A supposer qu’elle ait commis une erreur, n’existent ils pas des procédures internes efficaces et respectueuses des personnes ?

Le fait, en réalité, n’est pas isolé, il fait suite à de nombreux autres qui, tous, portent la marque d’une intention délibérée d’intimider et d’avilir.

Ainsi, courant 2008, le proviseur d’un lycée du Nord de la Martinique, revenant d’un long et pénible congé de maladie doit subir la charge brutale d’une « inspection » conjointe de l’inspecteur général correspondant académique et l’Inspecteur Pédagogique Régional Etablissement et Vie scolaire au cours de laquelle on lui demande ni plus ni moins de faire une demande de mutation. Choquée, mais lucide et digne ce chef d’établissement ne s’exécute pas.

Au cours de l’année scolaire 2008/ 2009, ce sera un autre chef d’établissement mise en difficulté par un syndicat d’enseignant de subir les menées du même IPR qui, là aussi lui intime l’ordre de faire une demande de mutation pour un établissement de catégorie inférieure ; ce à quoi, bien entendu, elle se refuse.

Le dénominateur commun à tous ces faits ? Il s’agit chaque fois de chef d’établissement de sexe féminin et il s’agit du même inspecteur pédagogique régional, Monsieur Eugène Barbe. Chacune des personnes concernées a eu, à un moment ou à un autre, mailles à partir avec cet IPR.
Règlement de comptes ? Perversion ? Sans aucun doute. D’autant que dans le même temps, d’autres établissements en proie à de graves dysfonctionnements ne pas font l’objet de sa suspicieuse célérité.

Les exemples ne manquent pas : le Lycée joseph Gaillard dont le proviseur métro s’occupa autant du chantier de sa villa marine du Robert que de son établissement ; qui fut promu à la hors classe et obtint une mutation le rapprochant de sa nouvelle villégiature.

Le lycée Frantz FANON à Trinité, qui connut des troubles et dont la proviseure métro convaincue d’indélicatesses ne fit l’objet d’aucune inspection mais reçut promotion à la hors classe et mutation en Polynésie. le lycée de Bellevue où, pour éviter de voir une Martiniquaise succéder à M Pastel, l’IP EVS soutint la candidature d’une métropolitaine, amie d’un Inspecteur général ancien correspondant académique à qui il doit sa carrière et qui maintenant peut venir à loisir passer l’hiver à la Martinique, en pension complète et au frais de la princesse.

A peine arrivée, cette proviseure s’empressa d’engager de grands frais de restauration de la villa de fonction et, dans un pays marqué par un fort chômage des jeunes diplômés, amena dans ses bagages parent et amis recrutés comme assistants d’éducation.

Cette même proviseure bénéficie de privilèges (pas moins de 8 CPE dont 4 stagiaires, de fréquents voyages en métropole sous des prétextes fabriqués par l’IPR EVS), et quand elle ne part pas, son « ami » vient, à des périodes bien choisies, animer des actions de formation. Pour bloquer la promotion d’une autre martiniquaise qui envisageait la direction du Lycée Joseph Gaillard, ce même IPR obtint de la Rectrice l’affectation d’un collègue en poste Guadeloupe.

Cette année 2008, aucun martiniquais ne put obtenir de mutation pour la Martinique
Le climat est aujourd’hui détestable. Selon que l’on soit ou non de la coterie de cet inspecteur on est soit condamné, soit promis à une évolution de carrière aussi impressionnante que la sienne propre ! Débarqué aux Trois Ilets comme simple PECG, Eugène Barbe a su très habilement jouer de relations et de solidarités ethniques, pratiques encore courantes à la Martinique.

Aujourd’hui, il se targue d’avoir la haute main sur les mutations et les avancements de grade et malheur à celui qui ne file pas doux ou à celle qui refuse ses conditions pour un avancement !
Au total, entre l’inféodation, la neutralité distante, la suspicion des uns envers les autres, les chefs d’établissement de l’académie ne savent plus quelle attitude adopter et certains, pour éviter les problèmes, abdiquent toute dignité.

Actuellement le climat délétère qui règne dans l’académie est du en partie aux agissements de cet agent de l’Etat dont on devrait exiger le départ de l’académie où il contribue avec une poignée de fonctionnaires métropolitains au contrôle des affectations et des mutations. Ils font entrer qui bon leur semble, et peuvent bloquer le retour au pays de compatriotes parfois en situation de détresse, parfois victimes du racisme.

La décentralisation a certes fait bouger les lignes mais la mentalité persiste chez nombreux cadres Métro de l’Education Nationale qui considèrent les Antilles et singulièrement la Martinique comme des territoires où les préjugés de couleur sont de la normalité et où il suffit d’être habile pour s’imposer.

Dernière illustration : la décision de la Rectrice de nommer dès cette rentrée un métro (ex Professeur de lycée professionnel), Inspecteur pédagogique régional de Sciences et techniques industrielles, alors qu’un chef de Travaux martiniquais, agrégé dans cette spécialité, déjà faisant fonction d’IPR STI pouvait légitimement prétendre à ce poste ?

Poudre aux yeux que de citer Césaire à tout propos puisque l’Ecole à la Martinique n’est pas pensée par les compétences martiniquaises, mais constitue un enjeu de pouvoir entre les acteurs d’un réseau de métropolitains qui cherchent avant tout à faire carrière.
Difficile ainsi de parler d’identité si la dignité fait défaut, comme diriger, orienter vers la dignité identitaire quand on en est soi même privé ?

La question est plus essentielle qu’il n’y parait à première vue.
Les déclarations du Président Sarkozy sur le rôle des acteurs martiniquais dans le développement de la Martinique, ne prendront sens que dans la mesure où les représentants de l’Etat à la tête des administrations veilleront au respect par tous leurs collaborateurs, des principes d’équité, d’égalité et de transparence qui fondent le service public.

CONSULTER EGALEMENT LES ARTICLES SUIVANTS:
-Les observations d'Edouard de Lépine à propos de la Lettre SIGANOS.
-Encore les Hauteurs de Terreville.
-Malaise dans l'Education Nationale.



VACABONAGERIE

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par Édouard de LÉPINE le 20/04/2010 12:26
Mes rapports personnels, tout comme ceux du PPM et en tout cas de Césaire, avec Bertène Juminer, il y a plus d'un quart de siècle importent peu pour comprendre ou pour expliquer ce qui se passe actuellement à l'ÉDUCATION NATIONALE.
Autant je suis prêt à corriger la moindre contre-vérité qui pourrait m'avoir échappé et à prier les lecteurs du Naïf de bien vouloir m'en excuser, autant je suis peu disposé à continuer de couvrir les petites et les grosses malpropretés qui continuent de se répéter au vu et au de tout le monde, y compris de ceux qui se réfugient dans un anonymat prudent pour se donner bonne conscience beaucoup plus que pour combattre les salopards qui sévissent au Rectorat. La passivité des syndicats ni même leur complicité -si elle est prouvée- ne justifient ni le ronchonnement grincheux ni le bavardage rageur mais impuissant.

Y-a -t-il une seule contre vérité dans cette note - qui n'est pas de moi- mais dont j'assume pleinement et intégralement la responsabilité, après avoir vérifié chacune des informations qui y sont contenues ? Les citoyens de ce pays et tout spécialement les responsables politiques continueront-ils à tolérer qu'un petit nombre d'individus fassent la pluie et le beau temps à l'Éducation nationale, sans poser à monsieur le Recteur avec le respect qui lui est dû mais avec la fermeté qui convient aux élus du peuple, les questions que se posent des enseignants pas moins compétents ni moins soucieux que ses collaborateurs d'améliorer les résultats des élèves qui leur sont confiés.
Autrement dit,monsieur le Recteur, quand allez-vous nous débarrasser de ceux, qui autour de vous, se flattent de pouvoir briser quiconque prétend leur résister et d'assurer la promotion de quiconque, avec ou sans titre, est prêt à se coucher ?

2.Posté par un lecteur le 25/04/2010 08:27
Enfin le débat commence à être sérieux. Merci monsieur Delepine pour votre courage.Seule la vérité peut mettre au grand jour les pratiques d'ancien régime des hauteurs du Palais de Terreville où princesses,seigneurs et bouffons du Roi font et défond les carrières .Les preuves ? convoquer les victimes lors d'un procès que fera le Recteur... vite ce procès en diffamation pour rendre public les pratiques du Proviseur du Lycée de Bellevue, et d'autres pratiques à l'encontre de chefs d'établissements qui témoigneront !!! Vite ...vite ...

3.Posté par Nèganbafèy le 25/04/2010 21:27
Bèl Passaj...

"Rien dans ce qui est écrit est calomnieux" dit l'individu qui, au passage, traite de P... respectueuse un internaute qui s'interroge sur sa logorrhée.

C'est bien là une partie du probleme : il est facile de balancer des accusations ponctuées de divers qualificatifs qui - je l'espere pour leur auteur- permettent de calmer diverses frustrations, encore faut il les etayer!

Boug nou an ka jouré, boug nou an ka vwéyé pyé... mé boug nou an pa ka ba nou pyès nov sèryé!!

Boug nou an ka fé mwen ri osi, pas sulon moun lan ki ka palé bay, non'y lan ka chanjé = apré prémyé kout' kat ki pa kat, i anni désidé i doubout...
Kon sé jenn lan ka di = aktè!!!

Man pa ni tan antré adan jé kotjen, adan jé sousèkè... Mé lè man ka pran la penn rantré anlè moun ki ka fè jé male, dabo pou yonn man pa ka ni jouré ni dérèspeckté.

Man ka di ki sa ki ka fèt... man ka di ki moun ki adan (man pa oblijé nonmen non moun pou sa)... Mé man pa oblijé mété moun adan pyès jé pwason fri!!!

Anfin... Boug nou an té bouzwen di sa... Kité'y di, si sa pé bay soulajman!

4.Posté par LA REDACTION le 25/04/2010 21:42
Entre les en ba fey,les negdoubout, les kandid,les kartes sur tables et autres nous allons arrêter de publier ces anonymes courageux.Si le commentaire n'est pas identifié par une adresse @ nous le sortons des commentaires.Ce débat est trop sérieux pour le laisser partir dans des travers injurieux par manque d'arguments. Ce pour tous ces gens anonymes.

5.Posté par Édouard de LÉPINE le 25/04/2010 22:50
Le Naïf a raison. Les questions posées sont trop sérieuses pour prendre le risque de les laisser polluer par des propos confus ou des considérations sans rapport avec le sujet qui nous préoccupe. Comment renforcer la confiance en eux-mêmes et l'autorité dont nos chefs d'établissement ont besoin pour exercer leur mission dans les meilleures conditions possibles ? Comment espérer les faire respecter de leurs collègues et de leurs élèves s'ils ne le sont pas d'abord par leurs supérieurs hiérarchiques ?

6.Posté par surena Guillaume le 26/04/2010 08:18

C'est dommage de faire semblant de découvrir qu'il y a une Nomenklatura (pour ne pas dire une Mafia) maçonnique dans tout ce qui se fait dans ce pays.C'est dommage de ne pas la dénoncer ouvertement .Mon ami Chauvet le sait :il est le seul qui attaque les profiteurs de cette situation!!!

Toute discussion savante qui ne prend pas ce problème à bras le corps est une imposture... même savante.
Un jour ,le peuple va se lever!!!

Guillaume Suréna

7.Posté par Nèganbafèy le 26/04/2010 09:59
Nèganbafèy est le pseudonyme unique que j'ai choisi pour m'exprimer ici.

Donc l'anonymat est tout ce qu'il y a de plus relatif.

Comme il l'est indiqué, mon adresse IP ne sera jamais anonyme.

Comme il l'est stipulé aussi, je fais mon possible pour ne pas tomber dans le non respect.

Mes interventions à propos du problème soulevé ici n'etaient pas, je l'avoue, dans le sens direct du débat. Cependant, certains propos tenus ici m'ont poussé à intervenir.

Propos sur lesquels je ne vais pas faire de querelle sterile, non plus. An déba séryé pa pou mélanjé épi pyès kankan.

En l'absence d'information personnelle sur ce qui se passe au Rectorat, je me contente essentiellement de m'informer ici.

Cependant le problème soulevé par M. DeLépine n'a rien d'etonnant... Notre Pays Martinique est toujours en situation post coloniale.

Par contre, voir la patte d'un complot judéo maçonnique dans les faits incriminés...

Man kay kontinué aprann isiya ki sa ki ka fèt.








8.Posté par LA REDACTION le 27/04/2010 08:13
Les commentaires en nom et signés seront publiés et les pseudos supprimés.Oui par le n° /P nous identifions l'auteur et nous pourrions mettre son nom.Mais nous voulons un débat sur des faits et des éléments vérifiables mais pas des attaques sur des personnes.Merci à MM Ed.Delépine et G.Suréna.Ils signent ce qu'ils disent et assument, ce qui n'est pas le cas de certains qui entrent dans ce débat en donneur de leçons anonymes.

9.Posté par POUR SIGANOS LE RECTEUR le 28/04/2010 07:43
Le Recteur Siganos ne manquent pas de protéger par courrier ses collaborateurs et surtout le dénommé Barbe. Mais pourquoi ce silence dans la gestion du corps des CPE ? Ce qui se passe dans la gestion de ce corps ne grandit pas le Recteur complice par son silence et " laisser faire".
Les CPE sont victimes des agissements de cet "inspecteur". La dernière CAPA de Hors-classe des CPE en est la preuve:il a imposé son fidèle serviteur,disons le negre domestique M.Petit CPE depuis peu,qui a supplanté tous les collègues au 11ème échelon et beaucoup mieux classés que lui.Rien que et le Petit n'a pas honte !!!
A QUOI SERT DONC LA COMMISSION ACADEMIQUE PARITAIRE?


10.Posté par lecteur le 30/04/2010 08:40
3 000 lecteurs !!! en moins de 12 jours . Cette lettre de EdL est une mèche allumée et si le nécessaire n'est pas fait nous allons vers un véritable procès de l'Educaion nationale en Martinique avec une dérive raciale qui va nous causer nous métros de gros désagréments. Messieurs de Terrevliie régler vos problèmes martinico-martiniquais et vite.

11.Posté par Édouard de LÉPINE le 30/04/2010 11:11
Les métros n'ont pas plus à craindre que les Martiniquais d'une clarification ou plutôt d'une plus grande transparence dans les procédures de promotion, de mutation ou de sanction des enseignants notamment des chefs d'établissement, dans notre académie. C'est d'abord, bien entendu, l'affaire des syndicats et je n'ai évidemment pas de leçon à leur donner. Ni à eux ni à personne d'ailleurs. Comme ancien enseignant et tout simplement comme citoyen martiniquais, je suis parfois surpris, quelques fois écoeuré et souvent inquiet des nouvelles qui me parviennent de tel ou tel établissement, de la promotion d'un tel ou du traitement infligé à tel ou tel CPE ou chef d'établissement, que je connais rarement mais dont le cas n'est nullement isolé. Mieux l'opinion sera informée, plus efficace sera l'intervention des syndicats. C'est le seul objectif de ce débat que le Naïf. accepte d'héberger. Il faut l'en remercier et l'en féliciter, en espérant que d'autres, pas moins bien informés, poseront au moins les bonnes questions à défaut de fournir de bonnes réponses.

12.Posté par Édouard de LÉPINE le 30/04/2010 11:11
Les métros n'ont pas plus à craindre que les Martiniquais d'une clarification ou plutôt d'une plus grande transparence dans les procédures de promotion, de mutation ou de sanction des enseignants notamment des chefs d'établissement, dans notre académie. C'est d'abord, bien entendu, l'affaire des syndicats et je n'ai évidemment pas de leçon à leur donner. Ni à eux ni à personne d'ailleurs. Comme ancien enseignant et tout simplement comme citoyen martiniquais, je suis parfois surpris, quelques fois écoeuré et souvent inquiet des nouvelles qui me parviennent de tel ou tel établissement, de la promotion d'un tel ou du traitement infligé à tel ou tel CPE ou chef d'établissement, que je connais rarement mais dont le cas n'est nullement isolé. Mieux l'opinion sera informée, plus efficace sera l'intervention des syndicats. C'est le seul objectif de ce débat que le Naïf. accepte d'héberger. Il faut l'en remercier et l'en féliciter, en espérant que d'autres, pas moins bien informés, poseront au moins les bonnes questions à défaut de fournir de bonnes réponses.

13.Posté par un lecteur le 03/05/2010 09:48
Il faut absolument mettre en Une la réponse de EdL au Recteur Dédé Siganos pour qu'il comprenne ce pays Martinique qui n'est pas le sien ,mais où il excerce.C'est grâce à ce pays qu'il a obtenu cette promotion.Aurait-il été nommé Recteur dans l'hexagone ? Pour ma part,je pense que l'on nous envoie ici les plus mauvais administrateurs depuis le départ de la Rudler . Entre ceux qui gérait leur jeune épouse et ceux qui savouraient les balaous frits ,nous retrouvons "gentil dédé " prisonnier d'un IPR faisant et défaisant les carrières. Trop c'est trop.

14.Posté par Pour BARBE et SIGANOS le 03/05/2010 13:51
Messieurs ayez un peu de compassion pour ces dames que vous faites souffrir et lisez cette pensée du poète avec attention avant qu'il ne soit trop tard.
" (...)la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse...(...)
Extrait du Cahier d'un retour au pays natal, Aimé Césaire.




15.Posté par Du Rectorat le 04/05/2010 06:01
Le vrai patron des hauteurs de Terreville c'est Barbe. Dédé Siganos est une marionnette,un vrai pantin.
Vous n'avez qu'à monter au Rectorat et tout bloquer pour que les choses bougent.

16.Posté par un acteur du terrain le 04/05/2010 20:44
A propos de la pauvre chef détablissement "invalide" du Nord-Atlantique:
Quand on sait que même L'UPEM à tout fait pour la faire partir, on rigole doucement de votre diatribe sur les méchants métro...

17.Posté par Pour l'acteur de terrain le 04/05/2010 21:37
Tant qu'il y aura des Martiniquais on trouvera toujours des négres au service de mauvais combats.
Par ailleurs l'UPEM n'est pas une référence en matière de combat pour le respect de Nous mêmes.

18.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 21:50
En fait, Edouard DELEPINE soulève un problème qui existe depuis belle lurette dans l'Education Nationale. Et si sur les hauts de Terreville, ces agissements sont aisés, c'est quelquefois grâce au silence complice de ceux qui devraient défendre leurs pairs, chacun préférant se couvrir pour l'avenir, carrière oblige.
En réalité, s'il arrive que des personnes tout à fait performantes peuvent avoir à un moment donné de leur carrière des difficultés, il est rare que le sysème accompagne ces dites personnes, mais préfère de loin les laisser couler, ce qui peut aller jusqu'à la destruction humaine.
Oui, en ce moment, il y a un vent de

19.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 21:57
En fait, Edouard DELEPINE soulève un problème qui existe depuis belle lurette dans l'Education Nationale. Et si sur les hauts de Terreville, ces agissements sont aisés, c'est quelquefois grâce au silence complice de ceux qui devraient défendre leurs pairs, chacun préférant se couvrir pour l'avenir, carrière oblige.
En réalité, s'il arrive que des personnes tout à fait performantes peuvent avoir à un moment donné de leur carrière des difficultés, il est rare que le sysème accompagne ces dites personnes, mais préfère de loin les laisser couler, ce qui peut aller jusqu'à la destruction humaine.
Oui, en ce moment, il y a un vent de panique, et certains chefs d'établissement sont menacés par des pressions psychologiques insoupçonnées. Malheureusement nous ne voyons pas ni n'entendons ceux qui devraient les défendre, et c'est vraiment dommage.
Si tenté que ces personnes menacées avaient commis des fautes, l'arsenal juridique que possède l'Education Nationale devrait permettre, à mon avis de régler parfaitement

20.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 22:08
Complément: ............régler parfaitement les problèmes soulevés.
Par ailleurs, notre association l'UPEM, n'a jamais craint de poser les vrais problèmes, sans pour autant penser que nous détiendrions la stricte vérité.
En tout cas, si "l'acteur de terrain" pense que l'UPEM n'est pas une référence, qu'il sache, que nous nous n'avons jamais revendiqué une telle reconnaissance.
Ce que nous savons, autant nous pouvons dénoncer des actes provenant de professionnels de l'Education Nationale, autant il nous est arrivé de défendre des professionnels qui ne méritaientt pas d'être la cible de leur hiérarchie même si ce n'est pas notre rôle.
En tout cas, dans ces affaires en cours, chacun devra assumer ses actes, et surtout ne point se cacher, sous couvert d'être un fonctionnaire!!

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE












Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM