Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM

ICIMARTINIQUE.COM

Notre raison d'être : analyser, révéler, expliquer pour anticiper un réel immédiat et le futur ...

Visite ce mercredi 20 février à la Bambouseraie au quartier Bon Air de Sainte Marie  21/02/2019

Visite ce mercredi  20 février à la Bambouseraie au quartier Bon Air de Sainte Marie
Le Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred MARIE-JEANNE a rendu visite ce mercredi 20 février à la Bambouseraie au quartier Bon Air de Sainte Marie. Une visite très attendue par les responsables de l’association qui ont eu à cœur de lui faire visiter le site, ses installations et les productions en bambou réalisées.

La Bambouseraie s’étend sur un site de 2,5 hectares environ en bordure de la rivière Galion, sur. Elle a été réhabilitée et aménagée par l'Association Fibres Insertion Et Bambou Pour Le Développement.

Accompagné de Lucien ADENET vice président de la Commission Développement agricole, agro transformation et élevage, le Président a pu juger du travail effectué par les membres de l’association AFIBAD.

L'AFIBAD a pour ambition de mettre en valeur les plantes à fibres telles que le Bambou, le vétiver, le Mahault, le roseau et le bakoua..... afin de développer des filières d'activités porteuses d'emplois durables.

L'association gère des ateliers Chantier d'insertion afin de former, qualifier et proposer des filières professionnelles dans le domaine des plantes à fibres. La visite a été conduite par Christophe RELOUZAT, Directeur AFIBAD Chef de projet, assisté de Marie Michèle MOREAU Présidente de l'AFIBAD et de Lucette LORNE Secrétaire Générale de l'Association.

Le Président MARIE-JEANNE s’est dit satisfait de cette visite il a apprécié l’engagement des membres de l’AFIBAD.


_BST6701
DSC_0141.jpg
BST_6564
BST_3945
BST_1607
BST_6346
BST_3242
_BST9127
P1050532



Le dernier article diffusé sur le portail

Retraites : qu’en est-il de la situation des non-fonctionnaires ? par Yves-Léopold Monthieux

J’ai écrit à plusieurs reprises qu’il n’est pas juste qu’en Martinique, aux caisses des supermarchés, se retrouvent deux catégories de citoyens : ceux qui bénéficient de la majoration de salaires de 40%, et les autres. Les fonctionnaires ayant la garantie de l’emploi, cet avantage peut être considéré comme une prime supplémentaire à cette garantie.


S’il était justice et conforme à leur dignité d’aligner le traitement des fonctionnaires autochtones sur celui des métropolitains, il est moralement insatisfaisant qu’à l’injustice passée ait succédé celle qui, sur un même territoire, fait la différence entre les fonctionnaires et ceux qui ne le sont pas, c’est-à-dire tous les autres.

Les ouvriers ont toujours été solidaires des fonctionnaires

Certes, les bénéfices de l’ascension sociale sont assez largement répartis ; elle a conduit à ce que de nombreuses familles martiniquaises possèdent un ou plusieurs fonctionnaires en leur sein. Ce facteur de solidarité est la face heureuse d’un phénomène qui n’en est pas moins une injustice sociale décidée par décret et qui place les familles dans des positions inégales. La question se pose aujourd’hui de l’application d’une nouvelle étape en faveur des fonctionnaires : l’extension de la majoration des 40% à leur pension de retraite, comme c’est le cas dans le département de la Réunion.

Ainsi donc, la grève et les manifestations de rue qui perturbent la vie scolaire depuis 2 mois vise d’abord à l’amélioration de la situation des fonctionnaires. Sauf que si, en 1952, il était question de justice et de dignité, il s’agit d’abord, 50 ans plus tard, de confort.

Comment mieux dire, en effet, que l’intérêt des écoliers soit relégué au second plan, alors qu’ils en sont les toutes premières victimes ? Que non, disent les enseignants ! Selon ces derniers, le rattrapage des savoirs n’est pas un problème. Finis les griefs habituels, finie la pénibilité, finies les souffrances, finis les congés de maladie, des cours seront généreusement dispensés par des professeurs qui, dans un élan unanime, feront acte de « volontariat ». Les parents sont invités à oublier l’adage que leur ont appris leurs vieux maîtres : « le temps perdu ne se rattrape jamais ». Oubliée également, grâce à des prouesses pédagogiques insoupçonnées, la vieille rengaine de fin d’année : « on n’a pas eu le temps de finir le programme ». D’ailleurs, quoi qu’il arrive, tous les élèves devraient réussir au bac, on vous le jure.

Retraites : qu’en est-il de la situation des non-fonctionnaires ? par Yves-Léopold Monthieux

Victor HAUTEVILLE





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

En plus de Radio fusion nous reprenons la diffusion de notre éditorial sur icimartinique.com

Il est diffusé chaque matin sur Radio Fusion, mais vous êtes de plus en plus nombreux à nous demander le podcast. C'est fait ,retrouvez de nouveau l'éditorial du lundi au vendredi sur icimartinique.com


En plus de Radio fusion nous reprenons la diffusion de notre éditorial sur icimartinique.com
Certes c’est aussi avec ces prises de positions que le débat avance quoi qu’on dise. Mais quand il suffit que les médias nationaux et des personnalités nationales embrayent …pour que localement les uns et les autres réagissent…On peut se demander si la réflexion à un fil directeur au pays ?
editorial_segolene_edit_.mp3 éditorial Segolène-édit .mp3  (6.88 Mo)


Victor HAUTEVILLE
04/02/2020



Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM