Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM

JEAN-PAUL JE PENSE A TOI … Par Camille CHAUVET

Rédaction du Naïf : Comme dit le rituel : « les hommes naissent, les hommes meurent, ceux qui ont été de mauvais ouvriers ont droit à l’oubli … Ceux qui ont été de bons ouvriers dans ce vaste chantier qu’est notre existence ne doivent pas être oublié… ». Jean-Paul Soïme a été un bon ouvrier, mais aussi un de mes proches compagnons des années Lycée Schœlcher, des années de nos croyances au « Che », en « Fidel », de nos croyances dans les paroles de nos profs …Emile Yoyo, Ed Delépine, Raoul Bernabé, Ed Jean-Elie, de nos croyances aux luttes de nos héros de l’OJAM… et j’en oublie…



JEAN-PAUL JE PENSE A TOI … Par Camille CHAUVET
J’ai encore le souvenir de Jean-Paul matraqué aux Terres Sainville et voulant revenir dans la rue… Le temps a passé, des chemins parcourus et beaucoup d’illusions perdues. Oui, beaucoup ! Il est parti dans  son éthique bouddhiste, méditant et appliquant les préceptes. Et  dans nos retours sur images, à ses yeux nous avons fait de mauvais choix politiques et nous n’avions pas compris Aimé Césaire. Nous n’étions pas d’accord !!!Souvent, il me demandait des nouvelles de Serge (Domi), de Ralph (Confiant) des nouvelles d’Emile Yoyo … et aussi il ne voulait pas que je dénonce publiquement certains membres du groupe MALAVOI…C’était notre Jean-Paul.
 Dans son parcours, en permanence il est resté un homme de l'amitié totale, de l’amitié universelle quand il parlait de ses amis japonais, il avait bien compris  tout lien particulier manque de profondeur, s'il n'est ouvert à l'amitié universelle.
C’était Jean-Paul, mon vieux frère militant trop tôt disparu.
 Jean-Paul  nous a quitté le 9 août 2007, la Saint-Amour, cinq années sont passées, et comme l’a dit Nina Barillé : « Ce martiniquais passionné, amoureux de sa terre et de sa culture, avait vécu au Robert, à Fort de France. Musicien dans l'âme, il rejoint l'Hexagone pour y suivre des études de musique. Il deviendra enseignant, pour partager et transmettre. En même temps auteur compositeur, violoniste de talent, il collabore de plus en plus. « Sidonie », « Caressé Mwen', « Sa ou lé, mwen lé ».sont parmi ses titres. C'est dans les années 70 que l'occasion se présente de créer le groupe Malavoi. Ce que fait Jean-Paul Soïme avec son ami Emmanuel dit Mano, Césaire. Des musiciens les rejoignent, et la formation s'impose, jusqu'à s'inscrire dans le marbre de la scène antillaise. Malavoi, c'est la tradition avec des rythmes nouveaux, ce qui plaît. Sa maladie l'affaiblit, et l'aventure Malavoi se termine. Un peu en retrait, épris de spiritualité, Jean-Paul Soïme, bouddhiste, consacrera une grande partie de son temps à l'art du bonsaï. »
Tu n’es plus là, mais nous pensons à toi et j’en profite pour embrasser autant Thomas James que Babeth.



 

Jeudi 9 Août 2012

Lu 1322 fois
           


1.Posté par Bruno Bussi le 23/09/2015 10:16 (depuis mobile)
Bonjour. Je n''ai pas eu la chance de connaître Jean-Paul Soïme aussi bien que vous, mais il m''a grandement marqué quand je fus son élève au collège du Morne-Rouge. Je n''ai découvert que trop tard cette chance que nous avions de bénéficier...

2.Posté par Bruno Bussi le 23/09/2015 10:17 (depuis mobile)
...d'un si grand homme ! Je te tiens ses yeux rieurs, sa passion et son zen et je souhaite lui rendre honneur.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

CULTURE | MUSIQUE | SPORT


Fort-de-France