Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

DOSSIER AFFAIRE DE L’UNIVERSITÉ : Pourquoi l’affaire de l’université va faire pchiiit malgré tout un tralala médiatique ( Article réactualisé )


Rédigé le Mardi 20 Février 2018 à 22:00 | Lu 982 fois


Les nouvelles dispositions législatives qui rendent les Régions responsables des Universités, ont tout changé dans la perception des politiques vis-à-vis de ces établissements. Comment ne pas être sensible à un outil dont la vocation est de former les élites de demain, et qui plus est un instrument dont les salaires des formateurs est de la responsabilité de l’état.



COMPRENONS D'ABORD LES ENJEUX.

Quand on connait les traitements réservés aux intellectuels dans les régimes communistes, il est aisé de comprendre pour quelles raisons, les présidents des régions Antilles et celui de la Guyane sont irritables sur cette question. Leurs oppositions le sont d’autant plus que de prochaines élections pour le contrôle de la collectivité unique de ces régions seront une affaire pliée avant fin 2016.

Lucette Michaud Chevry, en Guadeloupe, Christiane Taubira en Guyane, et Alfred Marie Jeanne en Martinique, s’ils ne sont pas directement à la manœuvre sont en observation d’une situation qu’il faudra à terme tirer au clair.

Au regard de la lutte à fleuret découvert qui se déroule entre guadeloupéens et martiniquais, au plus haut niveau des responsabilités, même un aveugle peut prédire sans grand risque de se tromper, que chaque région aura finalement son université. Ainsi nos élus auront ce qu’ils voulaient : leur fabrique de l’élite de demain.

La guerre de l’UAG n’a donc d’autres enjeux que cette volonté pour les politiques de nos régions chacun dans leur fief d’avoir leur université personnelle de pandores, maintenant que les universitaires eux-mêmes ont fait exploser un système qui les tenait en périphérie.



UNE AFFAIRE POLITIQUE ET UN REGLEMENT INTERNE OU TOUS LES COUPS SONT PERMIS

Amis lecteurs de MAKAC LA vous le savez bien ! Quand on ne peut pas être le pantin d’un pouvoir en place, ce dernier finit tôt ou tard par casser les reins de la marionnette. C’est ce qui se passe maintenant à l’ex UAG.

Cette affaire de l’explosion de l’UAG a commencé dans le bureau de Fred CELIMENE quand ce dernier a reçu Corinne MENCE-CASTER à sa demande, qui venait lui annoncer son intention de se présenter à la présidence de l’UAG. Ce n’est pas l’heure tardive de leur dernier rendez-vous qui a fait F CELIMENE changer d’opinion. Selon lui quelque soit le martiniquais qui se présenterait, son élection si elle était avérée ferait exploser l’université.

Corinne MENCE-CASTER ne l’a pas entendu de cette oreille, d’autant que tous ces comptes lui laissaient entrevoir, au regard des divisions au sein de l’université de Guadeloupe une victoire certaine. Fred CELIMENE aussi le savait, si ce n’était pas son intime conviction il se serait sans doute présenté lui-même, étant élu régulièrement depuis plus de 30 ans au conseil d’administration de l’UAG.

Depuis ils sont devenus ennemis. La suspension de Fred CELIMENE est la confirmation d’une lutte où tous les coups sont permis;

La Guyane a explosé l’UAG. TAUBIRA? quand elle reviendra chantera c’est promis la Marseillaise au moment de l’inauguration de sa fabrique d’intellectuels à elle. D’ici là elle "sera démissionné" à Paris pour s’occuper d’affaires un peu plus guyanaises.

Il ne manque plus que deux petites autres fabriques de couyons, celle de LUREL ou de LUCETTE, et celle de LETCHIMY.


ET LE MIM DANS CETTE AFFAIRE ?

Dans cette guerre le MIM n’est pas à la manœuvre contrairement à ce que voudraient faire croire certains esprits malins. Il est à la récupération ! Traumatisé par l’affaire de la DOMINIQUE, Il veut rendre coup pour coup lui aussi.

Il n’y a pas un seul adversaire de Marie Jeanne qui pense en son âme et conscience, que ce dernier se serait enrichi personnellement dans le dossier de la DOMINIQUE. Et pourtant tous défendent mordicus que ce dernier aurait à minima pris des positions pour sa famille.

Dire cela, c’est tromper le peuple ! Mais cela suffit à faire perdre des élections. L‘idéologie du MIM étant charpentée sur la seule rectitude de son leader. Seule la victoire est belle quels que soient les moyens, laisser planer un doute y contribue.

Le MIM le sait bien, les nombreux partages des informations relatives au CIREGMIA faites par l’état-major du MIM et les sympathisants montrent, aussi que le seul objectif est de salir au moment où c’est possible celui qui sur ce campus est un proche de Camille DARSIERES, donc un intime du PPM. Il sera alors aisé de démontrer les relations entre celui qu’on aura dépeint comme un voyou et le président LETCHIMY.

Quand à CONFIANT le RAPHAEL celui qui traite les blogueurs de « Puceau de la presse » il oublie qu’avec internet il n’y a plus de privilège de premier arrivé. Pas besoin d’avoir 20 ans pour botter les fesses à MONTRAY KREOL et l’obliger à virer des articles qui attaquent la présidente qu’il protège aujourd’hui.

Cet habitué des chaudes-pisses de la polémique sait qu’il ne sera jamais le calife de cette fabrique de cerveaux. C’est pour cela qu’il dézingue ceux qui ont porté un frein à sa prise de pouvoir, quand il en avait l’ambition, il le fera dans une guerre sans merci comme il dit lui même.

C’est donc lui par la haine qu’il développe, contre ses amis d’hier et sa connaissance des systèmes de propagande pour les manipulations de l’opinion qui est le meilleur allié de la présidente qui se demande encore comment elle peut "chayé"autant de tracas .

A moins que cela ne soit pour des raisons politiques, ce qui serait son droit. Elle seule pourra le dire. Personne ne reprochait hier à MAITRE SAINT CYR ‘avoir été un proche du PPM. Si s’était le cas, quel chemin pour y arriver. Tous les autres ne sont que des petits porteurs d’eau au service de leur clan.


QUE VA FAIRE JUSTICE

Les juges ne vont pas rentrer dans ce ouélélé tropical.

De source bien informée la tendance autour du procureur est de ne pas se laisser manipuler par ce tralala médiatique.

Les magistrats vont se contenter de tirer les ficelles qui leur seront remises entre les mains par les enquêteurs. Personne ne peut dire qui sera au bout de la pelote, tous ceux qui ont travaillé de loin ou de près sur ce dossier ne serait-ce qu’un seul jour, peuvent être cités comme témoin, à charge ou à décharge.

Au vu des informations, il semble que la plus grande fraude soit celle du manque de vérification par les organismes vérificateurs et la période longue durant laquelle des irrégularités pourraient avoir eu lieu. Tellement de services, de partis politiques, d’institutions risquent d’être mis en cause, et pas des moindres qu’une probable inertie organisée de ce dossier, ne permettra pas d’éclaircir l’affaire avant la prochaine grosse échéance électorale de la collectivité unique.

Dès lors cette mascarade deviendra sans enjeu politique.

Vous verrez ce tambi Makac, n’empêchera pas les fonctionnaires de toucher leurs salaires, la preuve CELIMENE garde le sien, les cours dans ce laps de temps seront toujours réalisés dans les mêmes mauvaises conditions, et comme pour le Crédit Martiniquais, il sera trop tard quand la vérité éclatera.

La présence de deux coureurs de fond de la défense MAITRE Gérard DARLING CARTER et Philipe EDMOND MARIETTE annoncent une partie très longue, trop longue pour qu’elle ne fasse pas pschiiiiit.

Attendons les mises en examen diverses, pour savoir ce qui sera reproché aux accusés. Ces deniers sauront au moins ce qu’on leur reproche précisément.
Quels sont-ils, qui seront t’ils? Trop présé pa ka fè jou ouvè !

Alors attendons.

NOS DIFFERENTS ARTICLES


En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

SOCIETE | ENVIRONNEMENT | Patrimoine | SANTE | EDUCATION