Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !

LYCEE SCHOELCHER :UNE SOLUTION EXISTE !


Rédigé le Mercredi 2 Décembre 2009 à 20:33 |

Par Camille CHAUVET : Roland Sabra est enseignant au Lycée Schoelcher. Lors de la rencontre entre les autorités régionales de Martinique et la communauté éducative de cet établissement,la communication a dégénéré, suite à une question de l'enseignant adressée au Président de la Région, Alfred Marie-Jeanne.
Nous avons rencontré Roland Sabra ...


PHOTO http://cvuh.free.fr/spip.php?article196
PHOTO http://cvuh.free.fr/spip.php?article196
Camille Chauvet : Roland Sabra tu as beaucoup écrit sur la reconstruction du Lycée Schoelcher pourquoi?
Roland Sabra :
Comme tu le sais je m'intéresse un peu aux arts de la scène et plus particulièrement au théâtre et comme tu le sais encore mieux le Lycée Schoelcher est le seul Lycée de Martinique qui offre aux élèves une option théâtre dite « lourde » la L3 dans le jargon educnat.
Par ailleurs,je crois que la culture est le premier vecteur d'une possible indépendance.
Pouvoir affirmer des valeurs, des normes qui échappent au cycle infernal de la dépendance et de la contre-dépendance est le socle sur lequel se bâtit le reste. Les caciques marxiens ne seront pas d'accord mais, c'est leur affaire. Réciter Marx comme un bréviaire en un temps où l'économie immatérielle devient dominante n'est sans doute pas la meilleure façon d'avancer dans ce siècle.


Camille Chauvet : Dans la phase finale du concours il restait 3 projets. Celui retenu par la Région avait-il ton assentiment ?
Roland Sabra :
: Non mais le pire avait été évité. Un projet martinico-martiniquais, sorte de resucée des lycée Pailleron de triste mémoire a été éliminé. Un autre projet franco-français avait suscité un engouement dans la communauté scolaire et je le soutenais car il s'agissait d'un bel objet architectural et même sculptural.
Le projet retenu était celui d'un guadeloupéen et d'un martiniquais d'origine argentine. Dans l'après-coup on réalise que des choix politiques extrêmement importants ont été faits sans que pour autant ils aient été formulés en tant que tels.
Je m'explique: Faut-il choisir la meilleure technologie, quitte à ce qu'elle soit importée de France ou faut-il privilégier les ressources locales et ne compter que sur ses propres forces comme le disait Mao?
Je n'ai pas de réponse claire, précise et tranchée à ce type de questionnement! Le projet retenu n'était donc pas le plus beau, mais ce n'était pas le plus laid. Six petits bâtiments alignés de façon décalée avec un sur-toit et une sur-couverture qui unifiaient le tout.
Je ne suis pas sûr que ç'ait été très original mais bon. C'était le choix de la Région. Ce qui m'a paru le plus important c'est l'impressionnante capacité de dialogue de l'équipe d'architectes. Du moins dans un premier temps, parce qu'après il faut le dire ça s'est gâté.

Camille Chauvet : Comment ça « ça s'est gâté ?
Roland Sabra :
: N'oublie pas que mon point de vue est disons catégoriel parce que élaboré à partir des possibilités de reconstruction de la salle de théâtre de la section L3 la salle dite Aimé Césaire. Mais on peut dire que l'attitude du maitre d'œuvre vis à vis du théâtre à l'intérieur du lycée à été le révélateur de son attitude générale face au projet.
Les enseignants de théâtre avaient une philosophie qui était celle d'un théâtre ouvert sur la ville et qui permettent de former les élèves aux formes de représentations dites à l'italienne, à l'européenne en un mot mais aussi, et c'est un point capital aux formes de représentations des arts de la scène propres à la tradition caribéenne.
Qu'est-ce que ça veut dire « Ouvert sur la ville »?
Tout simplement que pendant les périodes de fermeture et exclusivement pendant la période hors-scolarité, du lycée il y avait une possibilité d'accès pour les compagnies martiniquaises à cet espace de répétition, de production inoccupé.
La-dessus pas de difficultés avec l'équipe d'architectes. Si l'un des architectes semblait réceptif à la demande concernant les deux dispositifs scéniques, l'autre était plus hermétique à la dimension caribéenne de ces agencements.
Et ce n'était pas le Martiniquais ! Quant à Soumbo le président de la Commission Éducation visiblement il n'y comprenait rien et sans aucun état d'âme il se ralliait à une solution de facilité qui prévoyait deux dispositifs à l'italienne.
Exit le modèle caribéen et vive le modèle exclusivement européen. C'est là que j'ai commencé à prendre mes distance avec un projet qui s'il n'emportait pas mon enthousiasme était acceptable, passable comme disent les profs et qui par cette fermeture à la diversité, signait son ancrage dans une monoculture européenne.
Sentiment que les profs étaient écoutés, mais en aucun cas entendus.
Et puis surtout dépit de constater que des « politiques » se disant indépendantistes étaient incapables de prendre en compte une demande aussi élémentaire. On allait former pour un siècle, durée de vie estimée du nouveau lycée des générations et des générations aux seules techniques du théâtre occidental.

Camille Chauvet : Après les derniers coups d'éclats médiatiques où en -est-on?
Roland Sabra :
C'est une banalité de le dire mais j'ai plus le souci d'être près de la vérité que de faire de l'originalité, nous vivons dans une société du spectaculaire, de l'image etc. Il y a des hommes politiques qu'il est assez facile de convoquer sur ce terrain là. Je dirai même qu'ils y vont tout seul. Quelques fois à leur profit quelques fois à leurs dépens.
Apparemment le dossier est enterré. La Région a dit Niet à tout contact avec la municipalité. Le plus incroyable c'est dedécouvrir qu'aucune étude sur la dangerosité des bâtiments n'a été faite, je dis bien aucune étude scientifique!
C'est Soumbo qui a vendu la mèche en confiant au Recteur que la Région allait faire faire cette étude dans les mois qui viennent. Les différents rapports de la commission de sécurité ne portent que sur les conditions d'utilisation des bâtiments, le nombre de portes par classe, la présence d'extincteurs etc. et non pas sur leur structure.
Cela veut dire que la demande de "dégonflage" des effectifs du lycée s'est faite sans que l'on sache quels sont les bâtiments capables d'accueillir des élèves. Par ailleurs il se confirme que le Recteur s'est opposé à deux plans de la Région.
Le premier prévoyait la liquidation pure et simple du lycée, le second ramenait les effectifs à 500, en dessous du seul de survie de la communauté scolaire.
La tragi-comédie se joue maintenant à rôles renversés. Letchimy veut maintenant la reconstruction du lycée selon le projet déposé et Marie-jeanne s'y oppose!
Pourtant une solution existe. Elle est suggérée par la communauté scolaire. C'est un déménagement sur un site temporaire de tout le lycée. Cet emplacement existe. Plus exactement il y a deux emplacements possibles.
Un assez éloigné du site actuel, l'Etang z'Abricot et l'autre tout près, l'ancien hôpital civil. Ce dernier me semble plus propice. Infrastructures routière, desserte de bus, lycée urbain peu de dépaysement, bref une série d'avantages à prendre en compte. Un fois les élections passées, il serait possible me dit-on d'installer en cinq ou six mois des mobiles homes en nombre suffisant pour que le lycée ouvre à la rentrée de septembre 2010. Pour qui en doute qu'on se souvienne de la construction de la fac de Vincennes en 68! Ce lycée de transit pourrait d'ailleurs servir ultérieurement à d'autres opérations de rénovation d'établissements scolaires. Chirac citait lui aussi souvent cette phrase que l'on attribue tantôt à Churchill, tantôt à Jaurès tantôt à Lénine : « Là où il y a une volonté il y a un chemin » Je crois qu'elle s'applique parfaitement à la situation.

Camille Chauvet : que penses-tu de la position de syndicats qui veulent organiser une manifestation qui pourrait aider un candidat ou un autre?
Roland Sabra
: Tu fais sans doute référence à des possibilités de manifs pendant la campagne électorale. De deux choses l'une. Ou bien il s'agit comme tu le dis d'aider clairement un candidat et il s'agirait ni plus ni moins d'un dévoiement du syndicat, ce serait revenir à la conception stalinienne de la courroie de transmission et je crois que personne ne serait dupe très longtemps. Ou bien il s'agit d'utiliser les possibilités d'être entendus pendant une campagne électorale, à un moment où les candidats sont plus réceptifs aux demandes de la population. Dans cette hypothèse il est de bonne guerre d'utiliser les possibilités qui sont offertes et il serait dommage d'attendre la fin des élections pour revendiquer! Il faut rompre définitivement avec une logique d'assujettissement des syndicats aux intérêts politiques.
Au Lycée Schoelcher on voit très bien se dessiner deux positionnements possibles. Le SNES qui pencherait du côté de Letchimy et la CSTM,UGTM du coté de Marie-Jeanne. J'espère que les professeurs sauront éviter ce piège qui stériliserait toute action. Si le vieux coq et le jeune coq ne s'entendent pas, ne trouvent pas de cocorico commun, qu'ils se démerdent !
A eux d'assumer les conséquences de leurs incohérences. Et pour terminer je dirai que nous avons toi et moi, et quelques autres fort heureusement, sur les registres qui sont les nôtres, un rôle de poil à gratter, un rôle d'empêcheur de penser en rond, que nous ne devons jamais caresser la bête dans le sens du poil, que nos interventions sur l'agora ne doivent jamais se soucier des intérêts catégoriels de tel ou tel clan politique et que si les mèches que nous allumons aboutissent à des charges explosives, ce n'est jamais nous qui les avons mises en place. Nous avons, même à notre modeste niveau, un devoir d'impertinence et d'irrespect.

Propos recueillis par Camille Chauvet.

NDLR: En tout cas, force est aussi de reconnaître que le SNES souhaite régler des comptes avec les autorités régionales ,et non trouver des solutions à ce problème. Organiser une manifestation la semaine où le Peuple Martiniquais ( et aussi des coloniaux résidents ) participent à une consultation sur l'évolution statutaire,c'est un peu sur le même registre de ceux qui prônent la Laïcité et qui organisent le jour du vote leur fête solsticiale.Bien sûr,il s'agit des Francs-Maçons.

Par ailleurs,le marxisme reste encore un outil incontournable pour une meilleure approche des problèmes liés à l'organisation sociale.









1.Posté par Marian le 03/12/2009 11:48
Bravo et félicitations pour cet éclairage complètement nouveau et novateur sur l'affaire du Lycée Schoelcher.
J' ajouterai que l'idéologie anti Schoelcher(je parle de l'homme)ne nous conduira nulle part.Rapellez vous de la chanson de Djo Désormeaux contesté par l'historien debout E .Delépine.

2.Posté par BILOU le 03/12/2009 13:48
Le Lycée Schoelcher ( que l'on devrait appeller Lycée Bissette vient du passé et ) nous rattache aux petits bourgeois de la ville et des communes qui s'y abreuvaient des humanités françaises pour mieux aliéner le peuple.
Ce passé pèse sur nous mais il n'est pas une fatalité. L'homme est conscience et liberté. En comprenant son passé et ses erreurs, l'homme peut s'en libérer. Toutefois, le passé détermine le présent. Le passé finit toujours par ressurgir. Il est donc illusoire de vouloir se libérer du passé.Mais il faut raser ce Lycée sinon le grand architecte de l'univers fera ce qu'il faut sans victimes par une nuit sans lune et par un ciel sans fond.
Letchimy est aussi con que le Chabin , c'est la bétisocratie letchimim. Allah est Grand

3.Posté par JAKHADI le 03/12/2009 14:06
ALFRED de la REGION a exactement me même comportement que LETCHIMY à la VILLE .
A quoi sert donc la politique?

La politique a pour objet la bonne gouvernance confiée par les électeurs à ses représentant-e-s
lors des élections. Cette définition minimale met à peu près tout le monde d’accord.
Cependant, sur ce qu’on entend par « bonne gouvernance », des différences apparaissent : une
partie de la population donne sa confiance - pour une durée déterminée - à l’équipe en place et n’a
donc pas envie d’interférer dans cette gestion. Cela ressemble à une sorte de « chèque en
blanc » une confiance totale et aveugle.

Voilà pourquoi il faut pas voter pour le 74 et dire NON

D’autres, de plus en plus nombreux, revendiquent d’être consultés et souhaitent donner leur
avis sur des choix majeurs qui se posent à leurs représentants en cours de législature. Ces
décisions auront des répercussions sur leur lieu de vie pour les 10, 20 ou 30 années à venir et
parfois même pour les générations futures.

Voilà pourquoi il ne faut voter pour aucun 73


Dans cette optique, les citoyens qui souhaitent se faire
entendre le font de préférence de façon organisée : par le biais d’associations de quartier, de
riverains, de défenseurs de la cause X. Ils revendiquent cette façon de fonctionner car le fait de
représenter un groupe constitué leur donne une réelle légitimité sans remettre en cause la
légitimité des élus.

Force est de constater que le pouvoir en place ne dispose pas toujours du recul et de
l’indépendance nécessaire pour prendre ces décisions qui l’engagent, ainsi que la communauté,
pour des générations et qui dépassent largement la législature en cours. Des conflits d’intérêt
constants surgissent notamment à cause de la proximité entre les élu-e-s et la population , et à
cause des imbrications réelles entre différentes logiques parfois contradictoires. Et puis, ils-elles
pensent constamment à leur réélection, ce qui conditionne bien entendu les décisions à prendre,
surtout les plus impopulaires. Ce mode de fonctionnement est compréhensible : il est inhérent à
toute politique de proximité, mais il n’est pas justifiable, car, dans certains cas, il peut être contraire
à l’intérêt d’une commune..
Pourtant, des dispositifs existent dans tout fonctionnement démocratique pour faire respecter cette
notion de « bien collectif » ou de « bien public », pour protéger la population d’abus et de
confusions d’intérêts. Ces dispositifs sont de différents ordres et ont tous leur raison d’exister : il y
a notamment les groupes dans l’opposition au conseil communal , mais aussi les associations
formelles ou de fait.
Tout contre-pouvoir a donc son utilité démocratique et mérite d’être respecté tant dans son
principe que dans sa mise en application pratique. Faire coexister cette multiplicité de points de
vue dans un même contexte et tenter de les prendre en compte est un exercice de réelle
démocratie.
Il est dommage que dans notre commune, le pouvoir en place gère son incapacité à admettre la
diversité de points de vue en discréditant ces contre-pouvoirs, en critiquant leurs messages, en
leur attribuant des erreurs de raisonnement (là où il n’y a parfois qu’une imperfection technique) ou
enfin en ridiculisant les défenseurs d’autres opinions.
Et la bonne gouvernance dans tout cela ? Fatalité ? Ne peut-on envisager d’intégrer de façon
constructive les apports enrichissants de toutes les opinions ? En effet, ce n’est qu’ensemble, élus
et non élus, mais tous citoyens actifs et déterminés par les enjeux du futur que nous arriverons à
faire bouger les choses et à mettre en place une réelle « bonne gouvernance ». Toutes les forces
qui se mobilisent méritent considération et respect, car elles sont en général le témoin d’une
implication réelle, d’un souhait manifeste d’être acteur de changement.
A bon entendeur, salut !

Alors pourquoi tant de haine dans une affaire dérisoire par le fait que l'on décide actuellemnt de l'avenir de nos enfants.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS









L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / A cette date la CTM n’a toujours pas réagi

Toujours aucune réponse à notre lettre adressée au président de la CTM en relation avec une couleur de plus sur le drapeau !



Il se trouve qu’un des drapeau inspirait particulièrement ce côté caraïbe . C’est celui qui avait pour nom, le Flamboyant.

Editorial du Jour / A cette date la CTM n’a toujours pas réagi
Hélas , alors qu’il était le mieux placé : au centre de la page pour recueillir le maximum de suffrages, notre média Makacla.com une fois de plus , a révélé qu’il avait plus de trois couleurs et qu’il devait à ce titre être hors concours. A cette date la CTM n’a toujours pas réagi . Pour dire comme elle envisagerait de sortir de ce ridicule.. Nous avons écrit au Président, pour savoir ce qu’il entendait faire.
15042019_editorial_drapeau_ojam_et_4_couleurs.mp3 15042019 editorial Drapeau OJAM ET 4 COULEURS.MP3  (3.84 Mo)


Victor HAUTEVILLE
16/04/2019


Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM