Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



1848 - Propriétaires d'esclaves en Guadeloupe


Rédigé le Samedi 11 Septembre 2010 à 12:57 |

Un ouvrage tout récemment paru, un travail de recherche mené par Oruno D. LARA et Inez LARA à partir des archives de l'indemnisation des propriétaires d'esclaves de Guadeloupe, des sources judiciaires, notariales et de la presse.


1848 - Propriétaires d'esclaves en Guadeloupe
Le 25 février 1848, les onze membres du Gouvernement provisoire prennent la décision, à l’Hôtel de Ville de Paris, d’abolir l’esclavage. Le décret, finalement signé le 27 avril, libère 87 000 esclaves en Guadeloupe. Les maîtres, eux, que deviennent-ils et, surtout, qui sont-ils ?
Une loi, en 1849, a alloué aux « colons dépossédés » une indemnité pour compenser l’affranchissement des esclaves. Une histoire connue, direz-vous. Sauf qu’on passe trop souvent sous silence que ces colons, propriétaires d’hommes, de femmes et d’enfants, ont continué à vivre confortablement en Guadeloupe. Ils maintiennent et renforcent leur domination économique en bénéficiant des avantages octroyés par la création des banques coloniales. Certains d’entre eux quittent l’archipel pour vivre de leurs rentes, la majorité investit dans les usines centrales et la production sucrière, plus tard dans la banane et les grandes surfaces commerciales.

Oruno D. LARA et Inez LARA, cofondateurs du Centre de Recherches Caraïbes-Amériques (CERCAM), ont publié ensemble « Capitaine de vaisseau Mortenol. Croisières et campagnes de guerre » (L’Harmattan, 2001) et « Tracées d’historien », un livre d’entretiens (L’Harmattan, 2007). Ils ont entrepris depuis des années des investigations dans les fonds d’archives, visant à dresser l’inventaire de ces hommes et de ces femmes qui se sont enrichis dans la colonisation depuis 1635. La liste des noms d’esclaves affranchis en 1848 ne se dissocie pas de la liste des noms de maîtres qui ont continué à posséder une partie de la Guadeloupe.



VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM