Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

QUE S'EST-IL PASSE EN MARTINIQUE EN SEPTEMBRE 1870 ? FOK SONJE...


Rédigé le Dimanche 6 Septembre 2009 à 17:28 |

SOURCE PKLS :Il y a 139 ans, une importante révolte embrasa le sud du pays : des milliers d'ouvriers et de paysans se soulevèrent le coutelas et la torche à la main contre le régime qui les oppressaient.
Le devoir de Mémoire nous impose de nous souvenir de cette page d'Histoire qui construit notre conscience collective.


QUE S'EST-IL PASSE EN MARTINIQUE EN SEPTEMBRE 1870 ?  FOK SONJE...
Les évènements : 22 ans après la Révolution antiesclavagiste de 1848, c'est toujours le Second Empire en France avec Napoléon.III.

Les anciens maîtres, les békés sont confortés dans leur domination malgré l'apparition d'une paysannerie composée pour l'essentiel de petits planteurs vivriers. Ils sont nombreux dans le Sud.

Au lendemain de l'abolition, face au refus des anciens esclaves de se laisser exploiter, le travail obligatoire est instauré par le décret du 13 février 1852. En 1955, le gouverneur De Gueydon aggrave les conditions de travail par un nouvel arrêté.

Le travail est obligatoire à partir de 12 ans. Tout individu doit tenir un livret où sont consignés, entre autres, les conventions de travail, la régularité du travail… Ceux qui n'ont pas d'employeurs doivent s'inscrire au bureau de police. Mêmes les travailleurs indépendants subissent ces contrôles. Ils doivent pouvoir prouver en permanence qu'ils exercent une profession.

A partir de 16 ans, tout individu doit payer un impôt personnel équivalent au salaire de 5 jours. Il doit avoir un passeport comportant un visa (payant) signifiant que l'impôt est payé.
Manifestement, tout est fait pour contraindre les nouveaux libres à aller travailler sur les habitations. Les békés avec l'appui de la monarchie française mettent en place un régime de servitudes avec son appareil répressif : amendes, prison, atelier de discipline…

Les femmes aussi subissent ce régime.
A côté de ces mesures coercitives, le système organise l'immigration. De 1857 à 1861, 9000 africains (appelés Congo) sont introduits suivis ensuite par les immigrants de l'Inde.
Les immigrants sont liés par un contrat de travail en principe renouvelable.

En fait, ils viennent gonfler la masse des exploités dans les habitations. On estime qu'entre 1853 et 1870, la Martinique a reçu 30 000 immigrants (La population de la Martinique est d'environ 150 000 h).

En 17 ans, 1 tiers des immigrants meurent !
Toutes les libertés publiques sont supprimées. Seuls les riches peuvent voter. La presse est censurée. L'école est plus chère. Cette politique permet de diminuer considérablement les salaires. C'était l'objectif. Inexorablement la misère grandit alors que les békés et l'Etat français s'enrichissent. Les premières usines modernes voient le jour.

Le gouverneur Lapalin écrit « La Martinique est une poule aux œufs d'or que la Métropole a tout intérêt à ménager ». Le pays est contrôlé par un régime dictatorial et raciste : 10% de la population, les blancs maintiennent les noirs dans un quasi esclavagisme C'est dans ce contexte qu'éclate l'affaire Lubin.

En février 1870, Léopold Lubin, jeune agriculteur, noir est sauvagement par blanc Augier de Maintenon, au Marin. Lubin ne leur aurait pas céder le passage. Ce dernier devant le refus de la justice coloniale de punir les coupables, décide de rendre justice lui-même. Il corrige de sa cravache Augier de Maintenon. Arrêté, il est condamné à 5 ans de bagne et à une lourde amende par un jury de blancs : justice de classe et de race.

Immédiatement après la condamnation, le soulèvement se prépare, à Rivière-Pilote.

Dès le 2 septembre, des incidents sont signalés. Parmi les organisateurs on trouve Louis Telgard, Eugène Lacaille, Auguste Villard et Daniel Bolivard.

Ils veulent infliger un châtiment aux blancs racistes, confisquer les grandes propriétés, instaurer un République Martiniquaise…

Le 22 septembre, Telgard et Lacaille sont au bourg avec plusieurs centaines de personnes scandant « Mort aux blancs, mort à Codé ». Codé est un grand propriétaire blanc, un de ceux qui a fait condamné lourdement Lubin.
Dans la soirée, ils se rendent sur l'habitation Codé. Elle est incendiée. C'est le début de l'insurrection. Dès le lendemain, elle se propage à tout le Sud.
Ouvriers agricoles, ouvriers des bourgs, immigrants participent massivement à la révolte.

Les habitions flambent. Codé sera tué le 24. Pendant ce temps les blancs s'organisent. On fait appel aux troupes (1500 hommes), aux volontaires pour mater la révolte. La répression est terrible.
Des dizaines de travailleurs sont massacrés. Il y a plus de 500 arrestations. Un climat de terreur s'installe à la mesure de la peur qu'on eue les blancs.

Une parodie de justice condamna lourdement les insurgés. Les principaux chefs furent exécutés, sauf Telgard qui réussit à fuir à Sainte-Lucie. D'autres furent condamnés aux travaux forcés à perpétuité, à la déportation…

Les évènements de septembre 1870 se situent à un moment charnière de l'histoire de notre pays. Cette insurrection a des caractéristiques particulières qu'on ne retrouve ni dans les luttes anti-serviles d'avant 1848, ni dans les luttes ouvrières qui apparaîtront à compter de 1900.

On peut considérer qu'il y a trois caractéristiques essentielles à cette insurrection qui en font un évènement majeur de notre histoire.

Premièrement, les éléments historiques en notre possession, en dépit des difficultés à connaître l'exacte vérité vu l'absence d'écrits émanant des insurgés eux-mêmes, permettent de penser que cette insurrection a été pensée, réfléchie par un groupe d'hommes et de femmes sachant parfaitement ce qu'ils faisaient et voulaient.

Nous ne sommes pas en présence d'une simple révolte spontanée contre la misère et l'exploitation. S'il est vrai par exemple que l'affaire Lubin (ce jeune nègre incarcéré après avoir tenté de se venger de l'agression d'un blanc) a un rôle mobilisateur dans l'insurrection, il reste indéniable que même sans cela, un mouvement insurrectionnel était en préparation.

Deuxièmement , pour la première fois est posée la question essentielle de la possession de la terre. Il faut bien voir que l'insurrection du Sud a lieu 22 ans après l'abolition de l'esclavage et suite au régime impérial de Napoléon III. Si les esclaves avaient arraché leur liberté, celle-ci était formelle. Il n'existait pour eux pratiquement aucune possibilité de pouvoir échapper au travail sur les habitations des anciens maîtres.

Les grands moyens de production (terres, usines à sucre) étaient toujours aux mains de la caste blanche. Dans le sud du pays, une petite classe de petits paysans avait réussi à se constituer, elle sera le fer de lance et le moteur de l'insurrection. On retrouvera aussi parmi les insurgés une partie des « Congos » qui avait été déportés après l'abolition de l'esclavage. Leur revendication est celle de la terre.

D'ailleurs dans le peu de jours où l'insurrection dominera, on a assisté à un début de partage des terres des békés. Les insurgés ne se battent donc pas pour obtenir une simple amélioration de leurs conditions de vie mais avant tout pour avoir à leur disposition un outil de travail essentiel, la terre.

En cela, le mouvement insurrectionnel se distingue de tout ce qui va suivre car il faudra attendre un siècle, pour que soit remise à l'ordre du jour la question d'une authentique réforme agraire qui ne peut passer que par l'expropriation de la terre aux mains des descendants des esclavagistes.

Troisièmement, cette révolte a un caractère nationaliste. Les insurgés ne s'opposent pas seulement à la caste béké pour la terre mais aussi au colonialisme. C'est une révolte frontale et pas simplement une lutte contre les conséquences du colonialisme.

C'est la présence française, alliée des békés, qui est directement remise en cause. On sait que les insurgés vont se réjouir de la défaite française à Sedan contre la Prusse et qu'ils allèrent brandir un drapeau (rouge et noir) ou (rouge-vert-noir).
Ainsi, c'est la première fois depuis la résistance des Caraïbes au début du XVII siècle que la présence française est remise ainsi en cause.

Là encore, il faudra attendre près d'un siècle pour que cette question soit à nouveau posée.
Cette insurrection a par la suite été reléguée aux oubliettes de l'histoire. Comme pour la révolution abolitionniste, le colonialisme, aidé en cela par le mouvement assimilationiste, a voulu ôter de la mémoire de notre peuple que ses ancêtres avaient résisté à l'oppression.

Se rappeler l'Insurrection du Sud n'est donc pas une simple commémoration.

Il s'agit avant tout d'une part de voir que notre peuple a une histoire (avec ses héros, ses défaites, ses victoires) qui lui est propre et différente de celle de la France et d'autre part de constater que les questions posées en 1870, celles de la terre et du contrôle de notre destin, sont toujours d'actualité.

Pour le PKLS, l'Insurrection de Septembre 1870 est un moment tout aussi capital que celui du 22 mai 1848. Si l'abolition de l'esclavage a été une étape dans la libération de l'homme martiniquais, 1870 est un moment fort de la prise de conscience collective de notre peuple et une étape dans la prise en main de son destin.

Il nous appartient de l'intégrer et de l'assumer en héritiers dignes des valeureux combattants qui écrivirent cette glorieuse page de l'histoire de notre peuple.





HISTOIRE


1.Posté par Danyèle DEGRAS le 08/09/2009 18:19
Merci à vous pour cette page d'Histoire de Notre Pays Martinique. Article synthétique, compréhensible par
tous.
Merci infiniment.

2.Posté par pellard luc le 20/09/2009 08:56
Merci de porter ces événements historiques à notre connaissance. Et HASTA LA VICTORIA SIEMPRE

3.Posté par LUBIN ROBERT le 22/09/2009 19:45
merci a tous ceux qui me permet d'etre mieux en accord avec moi mème ,avec mon histoire et à mieux situer les mouvements de mon nom,

4.Posté par PHIL le 23/09/2009 08:57
Eh ROBET OU PAS EN SA.

5.Posté par LUBIN le 24/09/2009 21:18
je parle de l'origine du nom en GUYANE et pas du fait d'avoir appartenue è X OU Y cela je l'avait toujour su

6.Posté par L' ELEVE le 25/09/2009 10:07
Ce type d'article sert à faire prendre conscience aux Martiniquais que nous appartenons tous à une même nation et à un même peuple. Il permet de nous unir : un même pays autour d'une histoire commune qu'il faut préserver, défendre et continuer à écrire en tenant compte des erreurs et des tragédies du passé.
Cette Histoire permet assurément de renforcer la cohésion sociale et nationale en faisant prendre conscience aux Martiniquais que malgré leurs différences, ils ont une origine et des valeurs communes qui nous rassemblent et qui nous rendent plus forts.

Par ailleurs,connaître notre histoire rend intelligent. Cela permet de cesser de penser de façon conforme, selon des schémas traditionnels. Cela nous oblige à replacer dans le temps court ou dans le temps long des faits passés ou présents, c'est à dire de penser au delà de l'instant.
De plus, cela nous permet de prendre du recul sur les choses et de développer le sens du relatif et des capacités de réflexion conséquentes .
Et bien faire comprendre à monsieur Chauvet ( mon ancien prof dhistoire éveilleur de ma conscience) que les békés ne sont pas Martiniquais!!!
N'est ce pas monsieur Chauvet.

7.Posté par prêteu le 06/03/2010 07:12 (depuis mobile)
certain béké ne sont pas martiniquais.comme ceux qui poluent les sols martiniquais et ceux qui ne participe pas a l'avancé de l'ile.
Pourquois les historiens martiniquais ne font-ils pas connaitrent partout dans la communauté l'histoire de l'insurection?


8.Posté par prêteu le 06/03/2010 07:18 (depuis mobile)
j'avais écris: pourquoi les historiens martiniquais ne font-il pas savoir l'histoire de l'insurection a la communaut

9.Posté par CLODION le 29/09/2011 03:45
Merci aux Historiens Martiniquais,pour cette page d'histoire de notre pays,il y a encore des combats à mener,tout dans la sagesse je n'arrete pas de découvrir comment notre histoire est riche il est nécéssaire et important de commémorer septembre 1870 il ne faut pas avoir peur après tant d'années en France nous commémoront certaine guerre ce qui n'empêchent pas à certains peuples de sillonner le pays en période de vacance et ils repartent vivants chez eux le Martiniquais à besouin de ces points de repère pour mieux comprendre d'où il vient et avancer dans le futur sans aprioris mais en toute connaissance et puis nos enciens ont allumé un flambeau ne l'oubloins JAMAIS!

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE









L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / La CFTU un sac de nœuds sans nom ! Rediffusion

Est-il admissible que pour une personne ,une population soit prise en otage? Est-il admissible que pour le licenciement d’un seul employé, quatre villes et leur population dont les plus importantes de Martinique soient privées de transport en commun?

Editorial du Jour / La CFTU un sac de nœuds sans nom !  Rediffusion
Pour conclure, le moins que l’on puisse dire c’est que ce "mapiam" semble condamner la jambe, et on peut aisément se demander si le mieux ne serait pas que finalement ces délégations de service public tombent pour laisser place à une régie des transports sous l’égide de Martinique transport .
Il y a quelqu’un qui disait "si pani volè pani soutiré", voici un exemple que le proverbe est bien vrai et actif. A demain



Victor HAUTEVILLE
14/07/2019



Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM