Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



ELIZABETH LANDI REPOND A ROGER DE JAHAM


Rédigé le Lundi 23 Mars 2009 à 03:54 |

NDLR .Roger de Jaham pleurniche pour venir faire de l'hypocrisie à Trénelle lors de la célébration du 22 Mai par la Ville de Fort-de-France. Il adresse par courrier électronique aux élus de la ville les propos tenus par Camille Chauvet qui annonce une mobilsation contre la venue de ces profiteurs ,héritiers des esclavagistes.


ELIZABETH  LANDI REPOND A ROGER DE JAHAM
La lettre du dénommé RDJ a circulé par le biais du Chef de Cabinet du Maire , Jeff Lafontaine qui revendique fort justement le droit de faire la publicité de la lettre du béké.

Une élue de la ville en toute transparence donne son point vue, alors que le RDJ annonce partout qu'il a le soutien de tous les élus de la ville ...contre Camille Chauvet.

Ce que le Béké oublie ,c'est que Camille Chauvet est homme libre et de bonnes moeurs et de plus, il n'est pas élu de la ville,contrairement à ce raconte mensongèrement le RDJ.



LA PAROLE CIRCULE

Elisabeth LANDI
Conseillère municipale
Ville de Fort-de-France

Fort-de-France, le 19 mars 2009,


A Monsieur Roger de JAHAM


Monsieur,

Vous m’avez interpellé par courrier électronique en date du 16 mars 2009 au sujet de l’intervention de M. Camille Chauvet lors d’une émission télévisée de la chaîne KMT où il affirmait son opposition résolue à la participation des « békés » aux manifestations commémoratives du 22 mai organisées par la Ville de Fort-de-France.

Que je sache, M. Camille Chauvet n’est pas un élu de la ville de Fort-de-France et ses propos n’engagent que lui. Ils ne sauraient dicter la conduite et les positions des élus du Conseil municipal. Je suis donc étonnée que vous me demandiez de me prononcer quant à la position que le Conseil municipal serait censée adopter suite à ces déclarations.

Je ne suis aucunement responsable des prises de positions de M. Camille Chauvet comme je ne vous ai pas rendu responsable des propos tenus par M. Huygues Despointes lors de la diffusion du reportage de Canal Plus « Les derniers maîtres de la Martinique ».

Je ne partage pas les points de vue de M. Camille Chauvet et je ne cautionne aucune forme de violence d’où qu’elle vienne. Cependant, vous n’êtes pas sans savoir que le contexte du 6 mars 2009 a une grande part dans les réactions et les interprétations des responsabilités de chacun. On ne peut évacuer d’un trait de plume ou d’association que les relations entre « békés » et noirs constituent un nœud central dans les problématiques de notre société.

Par ailleurs, Fort-de-France n’est pas la seule ville à commémorer l’abolition de l’esclavage et vous pouvez, comme tout Martiniquais, participer aux nombreuses festivités organisées dans toutes les communes de notre pays ainsi que dans les jardins de la Région Martinique.

Le Député Maire honoraire, Aimé Césaire, a su nous montrer la voie pour la construction d’une société fondée sur les valeurs partagées d’un humanisme profond et « de la solidarité indispensable à notre peuple en époque de survie » (La plantation du courbaril à Acajou, Le François, Décembre 2001).

Je partage pleinement ces idéaux.

Je ne peux que souhaiter qu’ils soient partagés par tous les Martiniquais décidés à vaincre, « grâce à l’entêtement du vouloir vivre », tous les obscurantismes pour construire la Martinique nouvelle et forte que nous appelons de nos vœux.

Je vous prie, Monsieur, de recevoir l’expression de mes salutations distinguées.

Elisabeth Landi




1.Posté par LUCIEN le 23/03/2009 18:53
Camille,
Il y a quelques années (8 à 12) ! Lors d'une émission de TV sur les békés , un "représentant de la communauté béké" ...
( je suis anti communautariste et j'évite de parler de communauté pour désigner des groupes sociaux, mais en l'occurence l'appellation me semble justifiée) ...

... donnait sur un ton patelin la définition suivante du béké ; " C'est un blanc installé en Martinique depuis 3 générations" .
A l'époque personne n'avait sursauté pourtant cette définition ignore quasi totalement la donnée historique pour ne se baser que sur un phénomène de cooptation à fondement racial . (C'est la revendication moderne de ce qu' Alain Huygues Despointes justifiait sur le mode passéiste d'un homme au crépuscule de sa vie.)
Le béké se définirait non pas comme l'héritier (fortuit) d'un passé colonial... {Philippe Lavil (De la villejegu du Fresnais) quand il dit que les békés sont des descendants de noble}... mais comme le garant (volontaire) de la sauvegarde d'un phénotype "européen". Mais ça nous le savions tous. Il suffit de constater comment ceux qui dérogent à la règle de "l'entre soi " sont "ostracisés" .
Mais une définition n'exclut pas l'autre .

Alain Huygues Despointes est une scorie de l'histoire il le démontre lui-même , son groupe a échappé à la révolution française et reste vecteur d'une pensée aristocratique qui persiste en Europe (Cf L'exhibition de son arbre généalogique premier outil aristocratique ).

Etudiant antillais à Paris je n'en avais pas moins un ami aristocrate qui m'a un jour confié qu'il n'envisageait pas de se marier avec une femme qui n'ait comme lui au moins 200 quartiers de noblesse.) http://portail.atilf.fr/cgi-bin/getobject_?a.101:133:12./var/artfla/encyclopedie/textdata/IMAGE/
Je ne sais pas ce qu'il est devenu, il a du épouser une cousine ...

Il faut savoir que parmi les aristocrates Français, en existent encore qui se considèrent comme les tenants d'une supériorité morale et intellectuelle voire "de nature" par rapport au reste de la population. Allez donc dans un petit village de Bretagne vous retrouverez dans le regard de certains chatelains fendant la foule populacière d'un marché hebdomadaire, la morgue et le dédain que l'on retrouve chez quelques jeunes "békés" de Martinique vis à vis de ce qu'ils considèrent comme des classes inférieures. [l'idée d'appartenir à une élite étant entretenue au sein des écoles privées que fréquente cette jeunesse]

Le problème aux Antilles est que par le jeu des constructions intellectuelles et de l'enfermement psychologique qui leur permettait de supporter dans leur environnement immédiat, l'atroce condition des esclaves, les colons ont racialisé leur préoccupation et les quartiers de noblesse ont fait place à une grotesque hiérachie colorimétrique. Hiérarchie qui partant du groupe dominant s'est imposée à toute la population, créant de savants jeux de compensation socio-raciale , et des stratégies d'alliance matrimoniales ou économiques plus ou moins sur-déterminées.

Qu'est ce qu'une appellation telle que "Tous créoles", si ce n'est une invitation à l'unification des blancs vivant aux Antilles. Une telle association pourrait prétendre rechercher la valorisation d'une culture créole, avec l'idée de conférer au corps social antillais une unité sur le modèle de la langue créole issue d'origines multiples . Mais ce discours n'est pas audible, et ce qui submerge du gargouillis c'est la revendication d'un droit à vivre en apartheid .

Camille vous avez raison quand vous dénoncez un risque de 'caldochisation' de la société martiniquaise, car ajoutée aux rancœurs historiques, l'attitude des békés génère ici, une réaction de méfiance vis à vis de tout ceux qui leur ressemblent, et favorise chez les métros qui arrivent ici, une tendance à vivre entre eux .
Ceux qui n'arrivent pas à supporter une telle compartimentation du corps social se heurtent aux barrières invisibles et finissent par repartir, ne restent essentiellement que les chasseurs de primes de la fonction publique, les passionnés de mer ou de voile, ou les débrouillards des lois de défiscalisations, les retraités et les époux ou épouses d'antillais. Bref ... le plus souvent des gens à qui l"entre soi" peut suffire entre deux A-R vers l'Europe .

Et dans trois générations nous auront de nouveaux békés.
En clair si nous laissons faire la logique ségrégationniste qui d'évidence semble déterminer les conduites au-delà des postures et déclarations de principes, notre société risque de s'intoxiquer au poison de la connivence raciale, au lieu de devenir un lieu de célébration de la dignité humaine.

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM