Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Et s’il n’y avait pas de carburant durant le tour des yoles 2016 dans les ports de pêche de la Martinique ?


Rédigé le Lundi 25 Juillet 2016 à 15:02 | Lu 3453 fois


Un camion de TOTAL venu livrer dans les cuves de RUBIS qui fait demi-tour sans décharger sa marchandise et un collectif de marins-pêcheurs qui interdit le remplissage des cuves de la COOPEMAR du François voilà comment on peut résumer la situation ubuesque suite à la décision du tribunal de commerce de remettre la COOPEMAR à MAXXIPECH’.


Crédit Photo CGB
Crédit Photo CGB
Les professionnels du François avaient déjà prévenu. Ils entendent monter leur propre coopérative d’avitaillement et passer les accords qu’ils veulent avec qui ils veulent.Il n’est pas question pour eux que quelqu’un d’autre qu’eux gère le site du François.

C’est confiant du soutien de la municipalité du François représenté par Maurice ANTISTE à qui ils ont exposé leur projet et de Samuel TAVERNIER membre de l’opposition qui leur a adressé un communiqué de soutien, que le collectif de marins-pêcheurs déterminé a stoppé toute livraison de carburant au François.

Tous ceux qui gravitent autour de ce dossier savent que deux problèmes se posent : La COOPEMAR n’est pas propriétaire des cuves d’essence dans lesquelles elle stockait le carburant qu’elle vendait. Mais elle n’est pas non plus propriétaire des fameuses AOT, qui lui permettaient de faire commerce dans le domaine public. Les nouveaux repreneurs donc MAXXIPECH et le Groupe MONPLAISIR se retrouvent presque avec un sac vide, à moins qu’il ne s’agisse d’un sac avec serpent de mer.

Ce problème de discontinuité du service de vente de carburant était prévisible comme l’avait indiqué le procureur durant l’audience. Mais les juges enfumés par une présentation partisane de l’Administrateur Judiciaire et enrôlé avant l’audience à la cause de ceux à qui on ne réclama pas la fourniture pourtant obligatoire des trois derniers bilans ont fait un autre choix.

Alors que l’équipe MAXXIPECH’ présentait à la barre l’équipe TOTAL et que RUBIS annonçait qu’il ne céderait pas ses cuves s’il n’était pas dans l’emballage final, c’est un coup de force que cette équipe de repreneurs dont MAKACLA vous a déjà décrit les pratiques douteuses, a voulu réalisé.
Les marins-pêcheurs du François qui demandent que les autorités ne remettent pas les AOT à des privés, qui veulent à tout prix, éviter la naissance d’un monopole et qui ont déjà créé une coopérative Franciscaine se sont levés comme un seul homme et ont interdit la livraison de carburant au François.

La preuve que bien mal acquis ne profite pas, ces repreneurs dont la seule volonté est de maitriser toute la filière pour créer un monopole dont ils pourront abusés demain, se retrouvent aussi avec des fournisseurs de la COOPEMAR qui refusent de livrer de la marchandise à l’équipe en place aux motifs que leur signature serait sans véritable valeur vu leur habitude de liquider et de racheter des entreprises.

Ce jour lundi 25 juillet 2016, les dirigeants de l’entreprise RUBIS ont convoqués des huissiers pour constater que TOTAL voulait livrer des hydrocarbures dans les cuves de RUBIS. Rubis devrait demander des poses de scellées sur toutes les pompes, dans les différents ports de pêche ou se trouvait la COOPEMAR pour préserver ses intérêts.

On peut donc légitimement se demander si durant le tour des yoles qui débute dans 1 semaine ces cuves ne seront pas vides ou seront inutilisables. MAKACLA suit pour vous l’affaire, et est en mesure de vous dire que c’est un autre aspect juridique du dossier qui commence.
Quand on sait que les bilans incomplets présentés des entreprises preneuses, montraient une quasi permanence de déficit, on peut légitimement se demander si toute cette affaire ne sera pas de retour rapidement devant les tribunaux. En attendant c’est donc une belle pagaille qui s’annonce durant le tour des Yoles.

Hélas les plaisanciers devraient subir temporairement les mêmes difficultés quotidiennes que les marins pécheurs qui transportent dans des conditions dangereuses les hydrocarbures utiles à leurs activités professionnelles.

MAKACLA vous annonce qu’il diffusera en exclusivité la plainte des ADEMAR dans le dossier de la COOPEMAR au procureur Général sur des pratiques douteuses au tribunal de commerce de Fort de France et de l’Administrateur judiciaire en charge du dossier en particulier.

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | Entreprendre en MARTINIQUE | Espace serviciel | MAXIMMMEDIA | POLITIQUE | EDITO | FEMME en MARTINIQUE | LOISIRS