Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



FEMINISATION DE MOTS La langue française serait-elle en danger ? par Roger TRANQUILLE


Rédigé le Lundi 23 Juin 2014 à 11:16 |
En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

On est tenté de répondre par l’affirmative, si on se réfère à la féminisation à tout va, mise au goût du jour par les femmes et les hommes politiques, qui outrepassent leur droit en multipliant cette pratique, ignorant volontairement, que l’autorité compétente en la matière, est bien l’Académie française.



Qu’il s’agisse de Laurent Fabius ou de Lionel Jospin, initiateurs de ces incongruités avec la bénédiction du Président de la République, l’un comme l’autre n’a aucunement le profil pour une telle initiative, sauf à satisfaire des revendications féministes au détriment des règles établies par des sommités en matière de langue française, dont c’est la prérogative et la chasse gardée.
Et pourtant ces femmes et ces hommes dont le métier est la politique n’ont pas hésité à user, de leur position dominante, véhiculant ce que les esprits autorisés considèrent comme un outrage à la langue française.

Pour illustrer de tels propos, il faut tenir compte des déclarations de nos gouvernants, car de François Hollande, à Manuel Walls, en passant par Nicolas Sarkozy, madame Duflot, et bien d’autres, la langue française est en grande souffrance pour utiliser le terme à la mode.

Les expressions les plus utilisées par ces personnalités : « Je sais pas…J’ai pas compris…l’auteure…. La professeure », pour : « je ne sais pas, je n’ai pas compris, l’auteur, le professeur, etc.

De prime abord cela n’a l’air de rien, mais les fondamentaux de la langue française n’autorisent pas une telle dérive, ces féminisations dénués de tout sens portant atteinte à la langue française.
En effet, une personne renversée par un véhicule, est une victime de la circulation, qu’elle soit un homme ou une femme, l’animal qui s’appelle la Belette est toujours du genre féminin, mâle ou femelle, tout comme notre bon vieux Manikou.

Et puis l’hypocrisie veut qu’une femme qui entraîne une équipe de football ou de handball soit un coach, mot emprunté à l’Anglais ou un entraineur, pour parler français, mais surtout pas une entraîneuse, cela serait équivoque, et sèmerait le doute ou le trouble, dans les esprits.
Mais plus grave encore, les journalistes, qu’ils soient de chez nous ou de France, s’engouffrent dans ce qu’il convient d’appeler une absurdité, pour faire comme des femmes et des hommes politiques, au risque de s’embarquer dans un ridicule qui peut avoir des conséquences graves, avec une manière de parler le français bancale, mais faisant autorité par défaut.
Très souvent on entend de la bouche des femmes et hommes politiques, relayés par les journalistes : « On va promotionner », pour ; « on va promouvoir », « on se fixe ce challenge », au lieu de : « on se fixe ce défi », « le best off’ », pour « le meilleur de », ou « un florilège de ».
Le Français et le créole sont tellement beaux lorsqu’ils sont dépouillés de ces extravagances,, et sans les néologismes sans avenir, parce que sans valeur.

Attention on parle de la langue française, qui fait abstraction de toute considération d’ordre de revendications féministes, et rien d’autre.

Il en va de même de notre créole qui subit des attaques de tous les côtés par nos linguistes locaux qui mettent en œuvre une stratégie destinée sans doute, à l’opposer au Français.
Le savent-ils, ou font ils mine d’ignorer que deux langues qui cohabitent s’enrichissent l’une aux dépens de l’autre, qu’il est important de ne pas jeter à la poubelle, les expressions de nos anciens qui ont contribué à faire le Créole, en même temps que l’enrichissement de notre culture.
Nos voisins Anglophones et créolophones ne se trompent pas, les Portoricains aussi, avec l’Anglais et l’Espagnol !

Pour illustrer ces propos :
« En 1984, le gouvernement a institué une commission « chargée d’étudier la féminisation des titres et des fonctions et, d’une manière générale, le vocabulaire concernant les activités des femmes ». Dans une circulaire datée du 11 mars 1986, le Premier ministre, M. Laurent Fabius, conseille l’application des règles de féminisation recommandées par cette commission.
Etait-ce la mission du gouvernement ?

Une incongruité, puisque l’Académie française, l’autorité incontournable, qui n’a pas été associée aux travaux de cette commission, n’approuve pas les conclusions que celle-ci a rendues. Dès le 14 juin 1984, elle publie une déclaration, préparée par MM. Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss, qui fait part de ses réserves et met en garde contre une féminisation autoritaire et abusive.

En 1998, le Premier ministre, M. Lionel Jospin, a demandé à la Commission générale de terminologie et de néologie de rédiger un rapport qui évaluerait les besoins en matière de féminisation des titres et des noms de métier, et qui envisagerait les champs d’action et les limites juridiques en la matière. Parallèlement, l’Institut national de la langue française (INALF), dirigé par M. Bernard Cerquiglini, était chargé d’étudier les possibilités morphologiques offertes par la langue pour procéder à cette féminisation et les problèmes que celle-ci soulevait d’un point de vue linguistique.

Le rapport remis par la Commission générale, sans déconseiller formellement le principe de la féminisation, en particulier pour les noms de métier dont le féminin découle de l’usage même, souhaitait que fût préservée la neutralité liée aux titres, aux grades et aux fonctions et montrait les limites d’une féminisation arbitraire et systématique. En dépit de ces recommandations, un inventaire de formes féminisées établi par l’INALF et publié par la Documentation française fut mis à la disposition des administrations.

Le 21 mars 2002, l’Académie française publie une nouvelle déclaration pour rappeler sa position à ce sujet et, en particulier, le contresens linguistique sur lequel repose l’entreprise d’une féminisation systématique. Si, en effet, le français connaît deux genres, appelés masculin et féminin, il serait plus juste de les nommer genre marqué et genre non marqué. Seul le genre masculin, non marqué, peut représenter aussi bien les éléments masculins que féminins. En effet, le genre féminin ou marqué est privatif : un « groupe d’étudiantes » ne pourra contenir d’élèves de sexe masculin, tandis qu’un « groupe d’étudiants » pourra contenir des élèves des deux sexes, indifféremment. On se gardera également de dire les électeurs et les électrices, les informaticiennes et les informaticiens, expressions qui sont non seulement lourdes mais aussi redondantes, les informaticiennes étant comprises dans les informaticiens.

De la même manière, l’usage du symbole « / » ou des parenthèses pour indiquer les formes masculine et féminine (Les électeurs/électrices du boulevard Voltaire sont appelé(e)s à voter dans le bureau 14) doit être proscrit dans la mesure où il contrevient à la règle traditionnelle de l’accord au pluriel. C’est donc le féminin qui est le genre de la discrimination, et non, comme on peut parfois l’entendre, le genre masculin.

L’Académie française ne s’oppose pas au principe de la féminisation en tant que tel : ainsi la huitième édition de son Dictionnaire avait-elle donné place à de nombreuses formes féminines correspondant à des noms de métier. Mais elle l’avait fait avec prudence et dans le respect de la morphologie de la langue. Or, si certains noms de métier possèdent une forme féminine bien ancrée dans l’usage et correctement formée, comme c’est le cas pour institutrice, laborantine, écuyère ou chercheuse, certaines formes imposées par la circulaire sur la féminisation, parfois contre le vœu des intéressées, sont contraires aux règles ordinaires de dérivation. Les termes chercheure, professeure, auteure, par exemple, ne sont aucunement justifiés linguistiquement car les masculins en -eur font, en français, leur féminin en -euse ou en -trice (les rares exceptions comme prieure ou supérieure proviennent de comparatifs latins dont les formes féminines et masculines sont semblables).

En revanche, en ce qui concerne les titres, les grades et les fonctions, au nom de la neutralité institutionnelle et juridique qui leur est attachée, l’Académie française recommande d’éviter, dans tous les cas non consacrés par l’usage, les termes du genre dit « féminin » et de préférer les dénominations de genre non marqué.

Une féminisation autoritaire et systématique pourrait aboutir à de nombreuses incohérences linguistiques. Brusquer et forcer l’usage reviendraient à porter atteinte au génie de la langue française et à ouvrir une période d’incertitude linguistique. C’est ce que l’Académie française a toujours voulu éviter et c’est pourquoi, au nom de l’usage, elle se réserve la possibilité d’enregistrer de nouveaux termes pourvu qu’ils soient bien formés et que leur emploi se soit imposé ».

Vous pouvez également consulter sur le site de la D.G.L.F., le rapport de la Commission générale de terminologie et de néologie sur ce sujet.

Roger TRANQUILLE



Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM