Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

ITW : Que deviendront les tonnes de roches curées de la rivière du Prêcheur ? Avis d'expert


Rédigé le Jeudi 11 Janvier 2018 à 07:34 | Lu 915 fois


Nous avons la chance d'avoir une réponse émanant d'un spécialiste des carrières. Ce dernier est Martiniquais, mais exploite une carrière à la Dominique considérant que les matériaux de construction pourrait être moins chers en Martinique, si la concurrence existait


Voici le contenu de cette entretien

Que deviendront les tonnes de roches curées de la rivière du Prêcheur ?

Jean-Yves Bonnaire Poussées á la mer et mettre en danger les fonds marins ou ce qui en reste après la coulée ou les faire traiter par les exploitants carriers de St Pierre c'est au choix.

Victor Monlouis Bonnaire Bonjour Jean-Jean-Yves Bonnaire, toi qui exploite une carrière à la DOMINIQUE . Tu dis bien les faire traiter par des exploitants de carrière. Que peut on en tirer? Ces matériaux ont'ils bien une valeur, peuvent-ils être valorisés dans la construction de route , le BTP ou autres. Peux tu nous en dire plus . Merci


Jean-Yves Bonnaire Hello Victor. Hormis la présence de débris végétaux, les matériaux constitutifs des lahars sont ceux traditionellement exploités par les carriers de St Pierre (coulées pyroclastiques dacitiques de sables, gravillons, roches et blocs avec des ponces).

Jean-Yves Bonnaire Les matériaux issus de la rivière du précheur ont d'ailleurs déjà été exploités lors d'opérations de curage précédentes.

Jean-Yves Bonnaire Les matériaux peuvent être valorisés après traitement comme remblais, graves routières, granulats pour bétons...

Victor Monlouis Bonnaire Merci chef donc tu confirmes qu'il ont bien une valeur marchande.

Victor Monlouis Bonnaire Peut on dire que cette coulée peut être un aubaine si elle est exploitée.

Jean-Yves Bonnaire Victor Monlouis Bonnaire Non ce n'est pas une aubaine. C'est un très gros problème dont tout le monde se serait bien passé. Une exploitation éventuelle ne doit pas retarder les nécessaires opérations de curage qui devraient être entreprises aussi tôt les conditions de sécurité réunies.

Jean-Yves Bonnaire Ils sont cependant loin des sites de traitement, le transport est un élément très pénalisant pour ces matériaux à faible valeur unitaire. La solution pourrait être l'utlisation sur site au Précheur de matériel de concassage -criblage mobile

Victor Monlouis Bonnaire Ce matériel est bien disponible en MARTINIQUE ?

Jean-Yves Bonnaire il y a du matériel mobile ici oui

Victor Monlouis Bonnaire Mais une fois que le vin est tiré ne faut'il pas le boire? Autrement dit maintenant que ce matériaux est là ne doit-il pas servir à quelque chose ?

Jean-Yves Bonnaire Sans doute, mais il faut privilégier l'aspect sécurité des populations. Une exploitation ne doit pas retarder le curage et la restauration du profil hydraulique de la rivière. Ces rivières sont dangereuses et pas grand chose ne peut résister à un lahar quand il est hors de contrôle.

Pour conclure

Jean-Yves Bonnaire Les confrères exploitants carriers seront sans doute de mon avis mais faut bien se rendre compte que personne n'a véritablement d'intérêt économique á exploiter un matériau brut dont la qualité reste á établir, éloigné des principales zones de consommation et des installations fixes oú il aurait pu être traité. En gros, il faut vraiment que quelqu'un soit payé pour curer cette rivière.

Victor Monlouis Bonnaire Ok merci pour ces informations d'un professionnel du secteur pratiquant, si tu as d'autres observations à nous faire face à cette question ,je suis demandeur en particulier pour les partager avec nos lecteurs . Merci JEAN-Jean-Yves

Jean-Yves Bonnaire Avec plaisir.

Fin de L'ITW

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | Entreprendre en MARTINIQUE | Espace serviciel | MAXIMMMEDIA | POLITIQUE | EDITO | FEMME en MARTINIQUE | LOISIRS