Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rivière du Prêcheur un nouveau cancan, inutile ?




Au lieu de jouer l’apaisement , nos élus préfèrent la confrontation. Ce texte de Daniel Marie Sainte en est un exemple de ce jeu politique qui consiste à mettre la responsabilité de tout ce qui arrive sur des adversaires politiques.


Que ferions nous si la MARTINIQUE était indépendante et si nous devions faire face à nos responsabilités? Je vous propose en attendant de lire la question posée à Daniel Marie Sainte par un de nos chroniqueurs

LA RIVIERE DU PRECHEUR : UNE CHARGE TRANSFEREE A LA CTM !

Suivant une convention signée, le 12 février 2015, entre le Préfet et l’ancien Président de l’ex-Conseil Régional, l’ex-Région Martinique s’est vue transférer « à titre expérimental de la compétence pour aménager et entretenir le domaine public fluvial de la rivière du Prêcheur » !

Cette compétence supplémentaire, attribuée à l’ex-Région, pour une période 6 ans, concerne la rivière du Prêcheur « de la limite amont à la limite aval jusqu’à la mer » et son affluent rivière Sampère, de la limite amont à la confluence avec la rivière du Prêcheur »

Cette charge nouvelle a été transférée par l’Etat à « titre gratuit », c’est à dire sans indemnité et sans ressource nouvelle !

Néanmoins, la CTM, héritant des engagements pris par l’ex-Conseil Régional, devra assumer la charge de remise en état du lit de la rivière du Prêcheur, actuellement encombré d’un volume considérable de matériaux d’origine volcanique !

C’est pour cela que dès notre prise de connaissance de l’ensablement du lit de la rivière, nous avons délégués les techniciens de la CTM sur les lieux afin d’exercer une surveillance.

Ils nous ont rapporté que la hauteur libre sous le nouveau pont du Prêcheur avait été considérablement réduite.
Le lit était monté de 4,71 mètres et que le risque d’envahissement du quartier des Abymes s’était aggravé !

Soucieux d’assumer les responsabilités qui nous ont été échues, nous avons donné des instructions aux techniciens de la CTM pour que toutes les dispositions soient prises, dans le respect des dispositions régissant la politique de l’eau, pour que le lit de la rivière du Prêcheur retrouve son profil d’avant les récentes coulées de boues !

Le 9 janvier 2018

Daniel MARIE-SAINTE
Conseiller Exécutif de la CTM
En charge des infrastructures

La question posée à Daniel Marie Sainte

Victor Monlouis Bonnaire Bonjour Monsieur Daniel Marie-sainte . Durant l'une de nos rencontres pour la réalisation d'une ITV diffusée sur ICIMARTINIQUE.Icimartinique.com, je vous avais interrogé sur l’existence d'un appel d'offres relatif à cette délégation en responsabilité de la Région dont vous faites état très justement en cette période spéciale de crise.

L'idée de SL était de considérer que cette rivière était une "ressourcerie" de matériaux pour la construction, et à ce titre le marché prévoyait qu'une entreprise exploiterait la vente des produits en contre partie du curage gratuit. L'objectif était de cesser de défigurer la côte et d’arrêter l'exploitation des carrières souhaitée par les habitants et les autorités. La commune du Prêcheur prévoyait à ce titre des solutions, des embauches pour des jeunes par ce moyen dans une région économiquement handicapée. Votre réponse était,: " je ne suis pas en charge de ce dossier et je n'ai pas cette information donc je ne veux pas dire des bêtises".

Monsieur NADEAU NOU PÈP LA affirme que depuis votre arrivée à la CTM Collectivité Territoriale de Martinique ce dossier est bloqué et que votre majorité voulait revoir la procédure, et qu'il en avait été écarté alors que c'est lui qui avait lancé l'opération et que la Région Serge Letchimy l'avait accompagnée et reprise à son compte. Une équipe d'expert du BTP a étudie la question de l'évacuation d'1million de m3 . La quantification est entre 9 à 12 millions € pour nettoyer le lit de la rivière. N'est-il pas le moment de relancer ce marché? Cette opportunité de filière et cette vision du développement durable. D'autre part un état de catastrophe naturelle n'est il pas envisageable comme pour les régions minières qui s’effondrent en France. Comme quoi à tout malheur il y a du bon pour peu qu'on ne considère pas que c'est le ciel qui nous tombe sur la tête.

Nous reviendrons sur ce sujet durant la rencontre que nous avons prévue cette semaine pour notre point mensuel sur les actions de la CTM Collectivité Territoriale de Martinique. Merci de votre réponse appropriée.


En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | Entreprendre en MARTINIQUE | Espace serviciel | MAXIMMMEDIA | POLITIQUE | EDITO | FEMME en MARTINIQUE | LOISIRS