Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Oui, l'épidémie de chikungunya actuelle aurait pu être évitée si l'État et les services officiels se préoccupaient vraiment des intérêts de la population. Par Combat Ouvrier.






L'épidémie de chikungunya s'étend et touche de plus en plus de personnes en Martinique et en Guadeloupe. Une sur 10 a déjà été touchée et ce n'est pas fini. La maladie est transmise par le moustique Aedes Aegypti, le même qui transmet aussi la dengue.

Ce moustique prolifère dans les gîtes larvaires, constitués d'eau stagnante. Tous les détritus et récipients pouvant contenir cette eau sont propices à la naissance et à la prolifération du moustique porteur de la maladie.

Autrement dit, les quartiers insalubres, mal entretenus, sont des foyers importants. Et la population pauvre vivant dans ces quartiers est plus exposée que les autres, même si le moustique a frappé sans distinction un peu tout le monde.

Cette maladie est connue depuis déjà plusieurs années. Elle a commencé à la Réunion. On en connaît donc bien les causes et les conséquences. On la surnomme "la maladie de l'homme courbé" car elle cause d'importantes douleurs articulaires.

Pourtant, la prévention générale n'a pas été à la hauteur de ce qu'elle aurait dû être. Les organismes de l'État chargés de cette prévention n'ont pas assez pris la mesure de l'extension et semblent aujourd'hui dépassés par l'ampleur de l'épidémie.

Certes, il y a eu les spots radio-télévisés, les affichettes dans les aéroports, les émissions, les pulvérisations. Mais apparemment tout cela ne suffit pas. Il aurait fallu un plan de prévention beaucoup plus ambitieux, beaucoup plus large, en faisant intervenir des équipes quotidiennement dans chaque quartier.

Il est facile de s'en prendre à la population qui ne respecterait pas les règles, qui laisse pourrir une eau sale dans ses gouttières, pots de fleur ou autre récipients. Mais a-t-on, avant, suffisamment informé cette population, l'a-t-on suffisamment préparée ?

Force est de constater que les services de l'État ont failli. Il aurait fallu embaucher massivement des centaines de chômeurs pour aider à mettre en place une prévention bien plus sérieuse, et efficace. Les pulvérisations qui ont lieu aujourd'hui arrivent tardivement et n'empêchent nullement la prolifération de la maladie. C'est trop peu, trop tard !

Oui, l'épidémie actuelle aurait pu être évitée si l'État et les services officiels se préoccupaient vraiment des intérêts de la population.

Mais ce n'est pas leur souci principal. Ceux qui admettent que des milliers de gens soient privés d'eau courante régulièrement, depuis tant d'années ne peuvent être des gens qui mettent au premier plan la satisfaction des intérêts de la population. C'est ce même état d'esprit qui les a conduits à laisser se répandre aujourd'hui l'épidémie du chikungunya.

Mais les maires, les élus locaux, n'ont pas non plus brillé par leurs actions visant à empêcher l'épidémie de se propager. Ils n'ont pas fait peser, ils n'ont pas relayé face à l'État les intérêts de la population. Mais c'est leur attitude permanente ! Ont-ils jamais pesé de leur poids d'élu local pour exiger des emplois durables pour les 30% de chômeurs ? Pour les 60% de jeunes au chômage ? Non. Ils se contentent de pleurnicher.

C'est ce même état d'esprit qui les conduit tous à nous faire accepter les sacrifices pour que l'État fasse des économies ! Suppressions d'emplois de fonctionnaires, réductions des aides sociales, augmentation des impôts. Et tout cela pendant que les Hayot, Despointes, Aubéry et les grosses sociétés empochent des millions de profits.

Il n'y a pas de fatalité ! Les maux qui frappent plus durement les travailleurs et les pauvres sont voulus et organisés. Il n'y a pas non plus de fatalité des conséquences de la maladie comme le chikungunya.

En prenant à bras le corps une prévention efficace, oui, l'épidémie aurait pu être évitée. Et si tout le monde aujourd'hui peut l'attraper, riches comme pauvres, eh bien l'inégalité subsiste toujours face à la maladie. En moyenne, les riches auront toujours plus de possibilités de guérir rapidement que les pauvres sans ressources.

Pour que les intérêts des exploités et des pauvres soient réellement pris en compte en priorité, il faudra que ces derniers le fassent savoir en montrant leur mécontentement et la force sociale qu'ils peuvent constituer. Dans tous les domaines, pour qu'on les entende ils doivent se faire entendre.
Il n'y a pas, il n'y aura jamais pour eux d'autre voie pour que leurs intérêts soient pris en compte !

Par Combat Ouvrier.

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par MONROSE le 10/07/2014 23:41
Des pompiers arrivés tout frais de Paris, montrerons à nos petits pompiers de MARTINIQUE comment traquer le moustique, pauvre de nous, nous sommes des incapables...Incapable de prendre des décisions, incapable de s'organiser, incapable de prévoir à terme et dresser un diagnostique fiable....L'histoire coloniale retiendra: Que c'est le papa blanc qui a endiguer, ENRAYER l'épidémie du chikungunya en Martinique . Alors on chantera la Marseillaise à la gloire de nos enfants bienfaiteurs de la patrie.
Et pourtant il y a plein de gens capables chez nous. Mais ou sont-ils ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | Entreprendre en MARTINIQUE | Espace serviciel | MAXIMMMEDIA | POLITIQUE | EDITO | FEMME en MARTINIQUE | LOISIRS