Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



PENSEZ VOUS VRAIMENT QU'UN BEKE POURRAIT AVOIR ECRIT CELA ?


Rédigé le Jeudi 2 Avril 2009 à 02:46 |

Au mois de Mars a eu lieu une réunion-débat au Ministère de l'Outremer sur la place des békés dans la société Antillaise.
Voici l'analyse d'un jeune béké qui était dans le public.
Très intéressant et rassurant pour l'avenir... Il s'agit d'un courrier privé que l'on m'a fait suivre, j'ai donc pour des raisons de confidentialité ôté tous les noms des expéditeurs et destinataires.
a votre avis un béké a-t-il rédigé ce courrier ?


PENSEZ VOUS VRAIMENT QU'UN BEKE POURRAIT AVOIR ECRIT CELA ?
"Analyse suite à la réunion organisée par Patrick KARAM à Paris avec les Békés.

Je ne vais pas vous faire un compte-rendu du « débat » (vous pourrez en lire sur Internet ou via les emails qui circulent déjà). En revanche, je vais tenter de vous donner mon avis par rapport à ce que

j’ai vécu et essayer de traduire avec des mots les émotions et les ressentis très marqués des Antillais qui étaient assis à côté de moi dans la salle. Selon moi, nous sommes depuis toujours, passés à côté du véritable problème de fond.

En effet, il y a une Profonde Souffrance des Martiniquais et la « nier » en leur disant qu’il faut « aller de l’avant » et « arrêter de regarder dans le rétroviseur » ne résoudra pas leur mal-être. Pour avancer, nous (nègres et békés) devons d’abord apprendre à accepter et à comprendre notre passé commun et douloureux.

Les noirs Antillais ont un devoir de mémoire vis-à-vis de leurs ancêtres.

Pour cela, ils demandent simplement qu’on les entende enfin (nous les békés), pour qu’ils puissent nous dire les yeux dans les yeux, d’égal à égal, et ce, sans tabou ni retenue, ce qu’ils ont sur le cœur depuis des siècles.
Il faut crever l’abcès car pour nos compatriotes, il n’y a jamais eu de « réconciliation officielle ».

Toutes ces frustrations et ces douleurs enfouies au plus profond de leur âme, avaient besoin de sortir. Or nous avons (nègres et békés) toujours refusé d’en parler par honte, par crainte de l’autre ou pire encore par bêtise.

Aujourd’hui le temps est venu de réapprendre à vivre ensemble car nos destins sont intimement liés. Qu’on le veuille ou non, nous sommes pour eux les représentants vivants des « colons esclavagistes », même s’ils sont bien conscients au fond d’eux-mêmes, que nous ne sommes pas directement responsables de cet état de fait. Nous avons le devoir de « mouiller nos chemises » et de les accompagner dans cette recherche identitaire et d’acceptation de soi.

Elle est « là » la réparation qu’ils attendent depuis toujours.
Pour faire simple (et sans caricaturer), ils ont besoin qu’on les aime (et je pèse mes mots). Ils veulent simplement pouvoir nous parler et qu’on les écoute. Ils ont également un profond besoin de reconnaissance et de respect.

Prenons l’exemple récurrent du mariage. Ce n’est pas tant le fait de se marier avec un (ou une) béké qui les intéressent. Dans le fond, c’est simplement le fait qu’on leur dise que c’est possible, que c’est envisageable. Or, au fil des années, ils nous ont « attaqués » de façon virulente pour nous faire réagir. Mais au lieu d’en profiter pour ouvrir le dialogue, nous nous sommes murés dans notre silence.

En effet, nous nous sommes complètement absentés du débat public de la Martinique (notamment sur les questions politiques et sociales) et nous nous sommes focalisés sur l’entreprenariat et l’expansion économique de l’île.

Notre attitude, perçue comme élitiste, hautaine et méprisante, a eu des effets dévastateurs sur nos relations avec la communauté Antillaise qui s’est sentie totalement rejetée et délaissée par les békés.

Exacerbée par la crise, il a été facile pour les leaders des différents collectifs (relayés par les médias complices) de détourner cette peine et ce mal-être, pour les faire se transformer petit à petit en haine, afin de nous stigmatiser et nous rendre seuls et uniques responsables de l’état catastrophique dans lequel se trouve la Martinique aujourd’hui (Chômage, échec scolaire, délinquance, racisme…).


Les antillais ont un profond sentiment d’injustice vis-à-vis des békés, fondé sur des idées reçues erronées véhiculées par les médias locaux et nationaux et surtout une réelle méconnaissance de qui nous sommes au fond. Nous devons bien évidement rétablir la vérité, mais nous devons également faire en sorte de sortir de ce dialogue de sourd en changent notre approche du problème.

En effet, nous essayons de répondre de façon pragmatique et rationnelle en avançant des chiffres et des faits, alors que le problème de fond ne l’est pas (rationnel).

Il est tout simplement de l’ordre du « ressenti » (humain, affectif, psychologique, …). Dans cette histoire, les békés ne doivent surtout pas se « victimiser » (par exemple ne pas faire de comparaisons malheureuse avec les juifs). Nous devons également descendre de notre piédestal et aller vers la population.

Aucun expert en communication de l’Elysée ne peut résoudre ce problème à notre place.

C’est un travail de très longue haleine qui sera extrêmement éprouvant, car nous devrons faire fasse à des vérités et à des rancœurs amplifiées par des métropolitains et des syndicalistes extrémistes/indépendantistes/communistes/révolutionnaires qui mettront tous en œuvre pour cette réconciliation échoue.

Soit nous nous mettons au travail tout de suite, soit nous leur donnons dès aujourd’hui les « clés du magasin et de la maison ».

PS : Après cette réunion, je sais que le combat sera rude, mais je suis sorti de là « gonflé à bloc ».

Commentaires : Béké rédacteur de ce texte ? il faudrait qu'il se fasse connaître ce JE .Par ailleurs nous sommes embarqués dans des Etats Généraux qui commencent . Attendons la Nuit de l'abolition des privilèges et la Terreur et les têtes coupées de tous les profiteurs.Les choses sérieuses vont commencer à ce moment ...





1.Posté par viryavan le 04/04/2009 03:18
cela ne peut venir que d'un béké ils pensent que nous voulons de l'amour alors que nous voulons du respect une pense dans la ligne direct de l'un de leur patriarcale se ne sont que des enfants il pense que j'ai besoin des médias pour savoir qui ils sont il est tellement habituer a vivre dans sa resserve qu'il ne sait pas qu'une nouvel prend moins du heure pour sortir de grand rivière pour arriver a sainte Anne avant même de tomber dans les oreilles d'un journaliste et je pense que tres vite il apprendra que les extrémistes/indépendantistes/communistes/révolutionnaires en Martinique sont au service de sa caste sinon je pense qu'elle existerait plus je ne veut pas de son amour de sa compassion je veux du respect et qu'il arrêtent de mettre des bâton dans nos roue de favoriser d'autres que leurs compatriote après ils peuvent faire leurs argents et vivent ou ils le souhaitent et pour rêver qu'ils nous aident a récupérer notre pays (le notre le leur) des mains des gens qu'ils ont aider a nous spolier en leur donnant les plus gros salaires la nous auront moins l'impression qu'après nous avoir empoissonner ils veulent maintenant nous remplacer par leurs semblable qui en réalité n'attends que une occasion pour les remplacer car ils sur eux le même regards que sur nous ( ah ses iliens )

2.Posté par the_absolu le 04/04/2009 08:27
eeeee... nous conserverons l'anonymat de l'auteur...
L'auteur s'inscrit dans la mouvance du tous ensemble, tous créoles...
Ainsi, il paraît que nous sommes tous créoles...
suivez l'astuce... et vous saurez bien au-delà des maux qu'il y a une terrible souffrance qui ne s'apaise pas juste avec des caresses de mots...
Ainsi, il paraît que dans le tous créole, il y a des loups en robe de brebis...égarées? Mais bon, sommes-nous tous des créoles moutons de panurge ou encore bouc émissaire?
Réfléchissez-vous en tous créoles?
La réponse est dans la question...car la question est la réponse de la question tout en étant question!
The_absolu

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | ENTREPRISES | SERVICES | LES DOSSIERS | POLITIQUE | EDITO | FEMMES & LIFE STYLE | LOISIRS & MEDIAS





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM