Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
Le portail du vivre et entreprendre autrement en MARTINIQUE.
   
   




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rumeur : Francis Carole ne manque pas de toupet.




Francis Carole nous avait habitué à voler au dessus du nid des coucous. Il nous avait séduit par sa volonté d'aller au fond des choses et nous nous en félicitions, pour lui. Alors que lui est -il arrivé de sortir ce texte, où désormais lui aussi il s'en prend à ceux qui affirment être contre l'idée de l'attribution d'une subvention à cette organisation de la Mercury Beach dont nous avons constaté qu'elle n'avait pas besoin de la collectivité pour se réaliser. .


En définitive sur cette affaire de la MERCURY, les réseaux sociaux s’interrogent sur une seule chose : Comment peut-on aider avec l'argent public une manifestation totalement privée? De notre côté ,nous avions considéré que rien n’empêchait la collectivité de prendre un ticket de pub, d'y afficher son image si elle considérait que la manifestation était à l'image des valeurs défendues par elle, mais que l'idée de subvention était insuportable.

Voici le texte de celui qui se voyait député prêt à abandonner 40 % du budget de la CTM pour exercer sous les ors de la République: Je cite

RUMEURS....

On lit ces derniers temps, sur les réseaux sociaux, des déclarations -qui d’ailleurs s’affichent avec une certitude absolue- selon lesquelles la CTM « a accordé » (même pas avec la précaution d’un « aurait ») « 200 000 € à la Mercury Beach ». Et chacun y va de son « analyse » sur ce crime infâme... La potence, jubilatoire, vibrante d’exaltation et de plaisir, est déjà prête à sévir... Pendez-les tous !

Par contre demanderait-on aux auteurs de ces « vérités » un début de document attestant leurs dires qu’on les verrait la queue entre les jambes, « boudés », avec un « gwo doub 6 » entre les mains. Game over !

En réalité, à ce jour, la CTM n’a voté aucune subvention à la Mercury Beach. Aucune !

Certes, ce dossier, comme bien d’autres questions qui concernent la Martinique, est venu devant le Conseil Exécutif, au mois de mai. Il n’a cependant pas fait l’objet d’un avis unanime.


Sur ce point d'un dossier sans avis unanime. Quand le porte-parole du conseil exécutif Daniel Marie Sainte dit que le conseil exécutif a étudié favorablement l'idée de subventionner la manifestation, personne ne dit que l'on a donné une subvention. Tout le monde dit comment peut on donner 200 000 euros à ce type de manif. Quand à la question de l'arrivée en plénière du dossier, si ce dossier n'est pas parvenu à l'assemblée c'est au moins pour deux raisons. La première étant la pression de l'opinion publique sur cette affaire. La seconde c'est probablement de ne pas créer un crise encore plus grave au MIM , les militants dont des élus majeurs étaient opposés à cette idée

Et de poursuivre :

D’autre part, la décision d’une aide financière à la Mercury Beach relève des attributions de l’Assemblée de Martinique, pas du Conseil Exécutif. Or, cette question n’a été à l’ordre du jour d’aucune plénière, ni en mai, ni en juin, ni en juillet.

Sur quelles bases s’ingénie-t-on donc, sans preuves, à faire courir de telles rumeurs ? Que cache cette campagne et à qui sert-elle ?

Certes, chacun a le droit de s’interroger sur un événement tel que la Mercury et de juger de la pertinence ou non de l’engagement financier de la collectivité. Il s’agit là non seulement d’un droit mais d’un devoir citoyen de réflexion. Après, nous devrons apprécier la qualité des arguments échangés, de part et d’autre, sans jeux de postures. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’une telle question vienne dans une prochaine plénière, mais alors elle sera discutée publiquement et la décision finale sera prise devant les Martiniquaises et les Martiniquais, pas en catimini.

Par contre, on ne peut qu’observer que, dans le débat politique, les rumeurs ont pris le pas sur la recherche de la vérité. On écrit et diffuse, avec une rare légèreté, des contre-vérités qui tiennent lieu « d’arguments ».



La encore c'est prendre les gens pour des idiots, mieux des benêts. Comme si nous ne savions pas que pour accorder des subventions, à partir d'un certain montant, il fallait passer en plénière. Certes nous ne savons pas tout mais nous affirmons à cette même occasion que l'organisateur en chef de la MERCURY BEACH est le même gérant qui bénéficie à ce jour de l'exploitation de commerce sur le domaine public, dans les ex locaux de la COOPEMAR et ceci sans payer de loyer , et sans avoir les autorisations temporaires qui devraient mettre son commerce dans la légalité. Pourquoi dans son papier FC ne demande t-il pas à quelle date cette affaire devrait se régulariser ?

Et de conclure:

L’exercice est tout aussi facile que dangereux et immonde. Il arrive d’ailleurs que ces rumeurs émanent de personnalités politiques qui pensent que l’arme du mensonge et de la rumeur pourrait leur assurer prospérité et réussite. Pensent-ils...

Fok nou « ay douvan ». Notre pays ne doit pas se nourrir de rumeurs mais de faits et de réflexions sérieuses. Est-ce trop exiger de nous ?

Francis CAROLE

Dimanche 5 août 2018
[

Par conséquent et c'est le role des réseaux sociaux dont notre média de proposer des analyses différentes sans peur de la puissance prétendue et momentanée des politiques, qui quelque soit leur calibre , ne nous font plus trembler.

Et ce rôle nous entendons l'affirmer en toute liberté en toute sérénité et dans le respect de ceux dont nous parlons .

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

Actualités MQ. | INTERNATIONAL | Entreprendre en MARTINIQUE | Espace serviciel | MAXIMMMEDIA | POLITIQUE | EDITO | FEMME en MARTINIQUE | LOISIRS