Connectez-vous S'inscrire




Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Daniel Marie Sainte... Que vous arrive-t-il ? Par Pierre Marcel Diaz




Dans une vidéo circulant sur le net, Daniel Marie Sainte conjure le maire de Sainte-Marie à reconnaître que les travaux effectués dans la ville ne doivent leur réalisation qu'à la collectivité territoriale de Martinique. Il raconte devant un auditoire, dans un restaurant à Saint-Jacques, que le maire sollicite la CTM pour subventionner ses dossiers et lui reproche de ne pas mentionner les sommes perçues.


Il convient de rappeler à monsieur le conseiller exécutif qu'à chaque conseil municipal, et encore dernièrement lors du vote du budget que, sur chaque point voté, monsieur le maire remercie le président de Cap Nord, le représentant de l'état, ainsi que monsieur le président du conseil exécutif de la CTM, de l'apport de la subvention accordée.

Photo Serge Boissard
Photo Serge Boissard
Je dirai simplement à monsieur Daniel Marie Sainte que leur représentant au conseil municipal ne rapporte pas sincèrement ce qui se dit lors des séances, et leur manque d'information ne peut être attribué à l'équipe de la majorité municipale qui se charge d'en informer les Samaritains dans leurs différents quartiers.

De plus, Bruno Nestor Azérot maire de la ville, lorsqu'il est invité sur les médias pour parler des travaux qui ont cours sur le territoire, n'a de cesse de préciser les montants accordés, et remercie au nom du peuple samaritain les exécutifs, dont le président Marie Jeanne, qui ont octroyé les dites subventions, surtout le stade Louis Xercès où il mentionne Erika Barheig, Serge Letchimy, Josette Manin, Alfred Monthieux et Alfred Marie Jeanne. Daniel Marie Sainte se plaint que le maire ne communique pas sur les subventions versées par la CTM. Espère-t-il que le service communication de la ville soit mis à sa disposition pour effectuer la communication de la CTM? Lorsqu'il raconte qu'aucun chantier ne pourrait avoir lieu sans le concours de la CTM, le pense-t-il vraiment ?

Il oublie que, dans toutes les régions de France et des outre-mer, ainsi qu'au sein des différents départements, l'exécutif est sollicité par les communes pour le financement de leurs projets, tout comme ces grosses collectivités qui elles-mêmes font appel à l'état. Les élus de la CTM, dès que l'occasion leur est donnée de parler de la ville de Sainte-Marie, oublient que sa population représente 6 % des Martiniquais et, comme les 94 % restants, prétendent percevoir les émoluments distribués sur le territoire. Daniel Marie Sainte semble ignoré que, lorsque l'état verse la dotation globale de fonctionnement pour la Martinique, il est stipulé que c'est pour les Martiniquais excepté les Samaritains? L'effectif samaritain est-il porté absent par monsieur le payeur général lorsqu'il verse le montant de l'octroi de mer ? La Martinique ne perçoit-elle pas la TVA sur les marchandises et services à Sainte-Marie ? On entrevoit dans l'attitude de certains élus une haine à l'égard de la gestion de la ville qui, en somme, est une réussite. On croirait entendre le colon d'antan qui disait que le nègre n'existait qu'à travers son bon vouloir. << Souvenez-vous, disait-il, au lendemain de la départementalisation, le nègre avait notre permission de planter tomates, pois tendres, patates, gombos...entre les sillons de cannes et les rangées de bananes. Ils pouvaient jalonner les lisières de pois souches, pois deux mille, yeux noirs, tapisser les fonds humides de cacaos, de caféiers, et même de mettre leurs boeufs en pâture lorsque la terre repose en vaste savane>>. Eh bien monsieur Daniel Marie Sainte, le colon a aboli tout cela pour que le nègre se retrouve avec son unique et maigre salaire, en achetant dans sa boutique, son commerce d'importation. Voilà monsieur qui vous me rappelez avec ces méthodes d'antan.

Les membres de la municipalité samaritaine ne vous ont jamais entendu reprocher aux Dominicains à qui vous avez financé une école de ne pas le crier sur les toits. A croire que nous, Samaritains, nous ne méritons pas les mêmes considérations. A vous entendre vous exprimer, Sainte-Marie n'est pas dans la gestion martiniquaise au même titre que les autres communes. Pour vous, les Samaritains devraient faire profil bas alors que, en tant qu'élu et ancien syndicaliste, vous devriez être féru du travail abattu par cette équipe municipale menée par le maire Bruno Nestor Azérot qui vous présente des dossiers bien montés afin que la ville qui vous a vu naître s'embellisse. Les subventions sollicitées ne vont pas dans la poche des élus mais plutôt au financement des projets pour l'aménagement et le développement des 6% que représente cette partie du territoire martiniquais qu'est Sainte-Marie.

A vous entendre vous en prendre ainsi à la ville, quiconque vous prêtant attention ne devinerait que vous êtes né et élevé dans un quartier de la ville, précisément à Bois Jadé Derrière-Morne. Enfin, pour clore ce sujet bien qu'il y ait encore matière à développer, les municipalités existent grâce à l'aide de l'état, mais aussi des communautés d'agglomérations ainsi que de la collectivité territoriale de Martinique. S'il y a une volonté à ce que la Martinique réussisse, il faut d’abord aider les communes pour qu'elles s'en sortent avec un gage de dialogues sains et non faits de reproches. Je vous rappelle que c'est monsieur le président de l'exécutif Afred Marie Jeanne himself qui a dit le jour de son intronisation :<< je suis le président de tous les Martiniquais, que celui qui n'est pas d'accord lève le doigt>>. Monsieur Daniel Marie Sainte, aucun Samaritain n'a levé le doigt. dont acte

Pierre Marcel Diaz
secrétaire général adjoint du Mouvement Initiative Populaire.

En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE