Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



Entre les Autonomistes et les Indépendantistes, le corridor étroit de la Droite par Yves-Léopold Monthieux,


Rédigé le Vendredi 18 Avril 2014 à 20:05 |
En cliquant sur l'un de ces boutons vous allez connaitre mes centres d'intérets En savoir plus sur cet auteur

J’ai pu choquer en écrivant que la droite martiniquaise a toujours été une droite « de gauche », c’est-à-dire une droite sociale. D’abord, par sa naissance à la fin des années 1950, issue des transfuges de la SFIO et du Parti communiste martiniquais. Ensuite, par l’œuvre sociale accomplie jusqu’en 1983, sous l’aiguillon des syndicats, en particulier la CGTM.Hormis la parité du SMIC, alors en cours de rattrapage, les progrès sociaux avaient atteint à cette date le niveau de couverture métropolitain.


Entre les Autonomistes et les Indépendantistes, le corridor étroit de la Droite par Yves-Léopold Monthieux,

Tout ce qui a été obtenu depuis l’a été en même temps qu’en Métropole en une manière d’application en temps réel de l’assimilation. Ainsi, en dépit des discours, postures et babillages, la gauche socialiste, autonomiste et indépendantiste s’est installée dans la continuité de la politique assimilationniste de la droite et des syndicats d’avant 1983.


La gauche a abdiqué l’idée de rupture institutionnelle

Le mot d’ordre du moratoire a su donner un habillage idéologique acceptable à ce qui, après 30 ans de pouvoir, constitue la véritable abdication de l’idée de rupture institutionnelle. Situation mortelle pour la Droite qui n’a pas su vraiment s’opposer à ceux qui lui ont ainsi enlevé sa raison d’être. Victoire de son idée d’attachement à la France au sacrifice de ses élus.

On pourrait comprendre qu’elle soit amenée à s’associer au parti politique qui lui est le moins éloigné, un parti autonomiste plutôt qu’un parti indépendantiste. S’associer n’est pas se fondre, n’est pas disparaître. Tout se passe comme si, défiant l’ordre naturel du spectre politique ordinaire, la droite se retrouvait au centre de l’échiquier, déchirée quelque part entre la gauche dite classique et la gauche présumée extrême. Il est vrai qu’il est difficile de savoir ce qui sépare vraiment ces deux écuries électorales, l’une autonomiste, l’autre indépendantiste.


Que reste-t-il de la Droite et de sa dignité ?

Qu’est-ce qui reste de la Droite ? Quelques élus hagards, à l’écoute des sirènes, errant dans un corridor qui ne cesse de rétrécir, et se faisant tirer la chemise par les uns et par les autres, sans vraiment résister. Aujourd’hui, ces élus peuvent signer une motion condamnant une publicité invitant les jeunes martiniquais à partir travailler à la SNCF. C’est la négation de la droite. Doit-on s’attendre à ce que ce revirement se prolonge dans d’autres domaines comme celui du recrutement dans la fonction publique d’Etat ? En effet, errant dans ce couloir de la mort, la droite martiniquaise n’inspire pas, elle souscrit ; ne choisit pas mais adhère. Elle ne s’allie pas, elle se livre ; ne s’associe pas, se dissout. Elle n’agit pas, elle tombe d’inanition. Devenue frivole, elle s’offre à ceux qui appellent à sa perte. Et de plus, il lui faut encore payer la note. Pas seulement en signant des motions contraires à ses valeurs. Pas seulement au prix de sa personne, sur le terrain, en campagne électorale parfois contre des candidats de son propre camp. Mais encore au prix de sa dignité, en courbant l’échine. C’est la torture : la gauche jubile.


Le choix difficile des jeunes élus de droite

La première grosse prise fut l’œuvre d’Alfred Marie-Jeanne, dans les années 1990. La droite en sortit groggy et divisée, mais ce ne fut qu’un emprunt. La prise de Serge Letchimy est partielle mais durable, c’est une absorption : il n’y a plus de droite dans Ensemble pour une Martinique nouvelle (EPMN). Du grand art de la part du président du PPM, d’EPMN et du conseil régional.

Une lueur est apparue à droite aux dernières municipales. Tandis que certains, aux ordres, s’égayaient en ordre dispersé dans la campagne, un nombre inattendu de jeunes élus municipaux et communautaires est apparu.

Ces jeunes gens de l’UMP et du PRM ont le choix, soit de succomber aux délices des bisbilles de leurs aînés, de leurs abandons, pire, avec l’aide de ces derniers ; soit de tenter d’inverser la vieille histoire de leurs vieux anciens et de prolonger l’espoir.

En 2015, s’ils s’installent dans l’errance que ceux-ci leur laissent en héritage, en s’auto-détruisant, cet espoir aura fait long feu. On peut cependant leur rappeler que le pire n’est jamais inévitable.

Yves-Léopold Monthieux, le 17 avril 2014.




1.Posté par Ramses II le 22/04/2014 19:48
Quand un ancien flic de droite pro français à mort joue aux politologues cela amuse ...Il a la mémoire courte lui responsable administratif ne ne se gênait pas pour flinguer ses collègues de gauche. Le temps a passé et il reconnaît aujourd'hui que la politique du "rien en dehors de la tutelle française" a conduit la droite à la catastrophe.L'accident Tirault du Saint-Esprit ne va rien donner car dans six ans les gauches seront ensemble pour l'écarter .Mais comme un opportuniste il s'est mis sous les bras d'un Eugène Larcher qui va le lâcher dans six ans.Le pauvre Y-Léopold Monthueux n'a pas encore compris que les partis politiques en Martinique ont des hommes qui se mettent d'accord sur de la gestion de l'espace public et rien de tous cela n'est sous tendu par un projet identitaire.Cette question a été résolue en son temps par Aimé Césaire.Les gesticulations patriotiques autour d'un drapeau ou d'un bélè ne changent rien au fond.Peut-on être indépendantiste et s'installer dans la République Française comme le MIM ? Etre un parti indépendantiste cela doit correspondre à des comportements.Dans ce jeu personne le petit peuple restera le petit peuple et les gras-retraités comme Yves peuvent écrire et un élu indépendantiste peut reçevoir sa retraite de maire et de conseil général au total 4520 ...euros et continue d' accumuler un bon pactole de l'Assemblée Nationale...Alors ? Vive la France et Aimé Césaire qui nous gardé dans ses bras.

2.Posté par jouk le 09/05/2014 10:48
Adhésion totale à Ramses. Rien à ajouter !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM