Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



INTERROGER NOS SYMBOLES IDENTITAIRES ET LEURS VALEURS


Rédigé le Mardi 5 Mai 2009 à 19:07 |

Par Alfred LARGANGE. Il est évident que l’identité antillaise vit une relation tourmentée avec son passé et avec la mémoire de l’esclavage, qui ne fait que commencer à être assumée et explorée.


INTERROGER NOS SYMBOLES IDENTITAIRES ET LEURS VALEURS
Première interprétation et mythification (mystification ?), la figure du Bon Papa Schoelcher, libérateur des esclaveS et incarnation de la République généreuse se dresse encore en de nombreux monuments aux Antilles, en Guyane et la Réunion.

La toponymie a rendu son tribut à l’illustre Alsacien en nommant une commune, des rues, des boulevards, des places après lui. Le combat du sous-Secrétaire d’Etat aux Colonies a longtemps incarné les valeurs égalitaires et intégratrices de la République, à l’époque où ces objectifs figuraient en tête des agendas des populations, relayés de façon plus ou moins directe et assumée par les leaders politiques.

Mais la statue de Schoelcher ne peut satisfaire nos besoins d’identification et d’affirmation.

A cause de ce petit Négrillon aux chaînes brisées, éperdu de reconnaissance et dans lequel nous ne voulons pas, ne pouvons pas nous reconnaître.

Comment affirmer une identité, une volonté propre, la force d’infléchir son destin à travers de telles images de passivité ?

C’est impossible.

Alors, surgi du fond des bois, conque de lambi à la main, soufflant la tempête et la révolte, la lueur chaude des serbis jetant des reflets cuivrés sur la lame de son coutelas, le Nègre Marron paraît.
Le Rebelle.

Et les chiens se taisent.

"Koupé tèt, brilé kay !",

Le Marron et sa violence légitime, implacable et cathartique vient répondre à notre appel, nous sauver d’un abîme de honte et de refoulement, cracher à la face du monde la virilité de nos peuples qui ont sû rendre (et sauront encore, nous disons nous tout bas, sauront encore, par un grand soir où la fureur des brasiers éteindra jusqu’aux étoiles) rendre coup pour coup, oeil pour oeil et dent pour dent.

Mais nos Antilles étriquées n’étaient pas le Brésil et ses Quilombos, où les marrons ont reconstitué des sociétés mêlant l’essence africaine et les apports portugais dans une synthèse alternative au système plantationnaire des colons portugais.

Nos petites îles pauvres en cachettes et en terres à cultiver clandestinement n’avaient pas les vastes arrière-pays de Saint-Domingue ou de la Jamaïque, dont les Blue Mountains ont abrité des groupes pour ainsi dire constitués en Etat dans l’Etat.

"Koupé tèt, brilé kay" était d’ailleurs le cri de guerre de Dessalines lorsqu’il ordonna l’éradication de la population des colons français, peu après l’indépendance d’Haïti. C’est à bon compte que l’on s’approprie l’histoire des autres, même si elle résonne en nous avec des accents légitimes.

Il faut bien se rendre compte qu’à moins de se payer de mots et de se réfugier dans des symboles plus fantasmés que réels, l’image que nous renvoient nos ancêtres ne correspond pas aux canons de l’héroïsme tel que nous le concevons.

Mais est-ce vraiment à regretter ?

Il me semble essentiel, pour répondre à cette question, d’explorer les résistances qui se sont construites à l’intérieur même du système esclavagiste, et non pas à sa marge.

Sommes-nous, à travers notre héritage identitaire, les descendants d’êtres humains qui ont accepté et intégré leur déshumanisation par les colons, ou au contraire la preuve vivante que cette tentative de déshumanisation a échoué ?

Le personnage si controversé de l’Oncle Tom

Le personnage si controversé de l’Oncle Tom, qui passe sa vie en esclavage et meurt sans jamais manifester de révolte ouverte vis-à-vis de ses maîtres succesifs mais aide ses compagnons à résister aux mauvais traitements puis à s’échapper vers le Nord et la liberté, de ce point de vue, m’interpelle.

Ce personnage, vilipendé par la plupart des Afro-Américains comme l’exemple d’un "collabo" (parce qu’il y a eu des esclaves collabos, quelque difficultés que nous ayions à l’admettre, conditionnés par notre prétention à la justification), représente en fait une attitude plus complexe, et largement majoritaire dans l’expérience de nos ancêtres confrontés à l’esclavage et aux tentatives de déshumanisation.

Pouvons-nous nous percevoir comme les héritiers de femmes et d’hommes qui nous ont transmis leur humanité, même quand celle-ci était niée par les colons ?

Pour répondre à cette question, il nous faut, me semble-t-il explorer notre culture pour y identifier ces éléments que nous avons reçu en héritage, qu’il s’agisse d’éléments culturels africains ou d’une culture de la résistance à l’oppression, du "marronage", conçu non comme une fuite mais comme l’élaboration et la mise en oeuvre de stratégies de résistance à l’intérieur même d’un système concentrationnaire comme celui des plantations.

La résistance à l’oppression

La résistance à l’oppression n’était pas que de fuites et de razzias nocturnes, mais se vivait chaque jour dans la polysémie du langage, dans les sabotages, dans les empoisonnements, les avortements, les suicides.

Héros au moins autant, sinon plus que le Marron rebelle, Romain, pas marron pour deux sous, joue du tambour en Mai 1848, à la face du Béké alors que c’est interdit, et est emmené en prison à Saint-Pierre parce que son propriétaire sait bien qu’il ne peut pas le faire fouetter.

Et ses camarades, esclaves comme lui, pas marrons pour deux sous, descendent à Saint-Pierre pour prendre sa liberté et la leur de façon collective, dans une démarche politique d’affirmation et de conquête de leurs droits, dans un acte de foi qui est tout sauf naïf dans le message de la République qui renaît.

Bien sûr, la perspective d’une réhabilitation de "l’Oncle Tom" a quelque chose de révoltant, mesurée à l’aulne des valeurs avec lesquelles nous faisons nos lectures contemporaines de l’histoire de l’esclavage.

Il y a dans cette révolte comme une peur viscérale, la peur d’un basculement du socle de cette part de nos valeurs identitaires liées à ce passé douloureux et quelque part humiliant.

C’est une bonne chose.

J’ai en effet tendance voir la peur comme la conscience émergente d’un enjeu fondamental : Qu’avons-nous à perdre ? Qu’avons-nous à gagner ?

Quel est l’enjeu des symboles positifs et négatifs que nous articulons dans notre quête identitaire ? Quelles sont les valeurs qu’ils véhiculent et comment hiérarchisons-nous ces valeurs ?

- Interrogeons le Nèg Mawon et ses valeurs supposées/fantasmées : la liberté ?, l’indépendance ? (autonomie ? autarcie ? marginalité ?), la violence libératrice ? voire punitive, le rapport à la nature (fantasmé) ?...

- Interrogeons l’Oncle Tom et ses valeurs supposées/fantasmées : la soumission ? la résistance passive ? la solidarité ? la non-violence ? la résignation ? la patience ? la fidélité ?...

Et ces valeurs, d’où viennent-elles ? Qui les a hiérarchisées ?

Ne sommes-nous pas, dans notre quête de "rupture" et d’affirmation de soi, en train de reproduire peu ou prou les mêmes schémas que ceux qui président au modèle politique et culturel dominant ?

N’y a-t-il pas dans la pseudo-alternative du Nèg Mawon un échec à penser autrement nos sociétés que selon les modèles qui ont présidé à l’instauration de sociétés coloniales dont nous peinons à solder le patrimoine négatif ?

NOTES DE LA REDACTION :L’atelier des EGOM sur l’identité devrait retenir ce texte d’ Alfred LARGANGE






1.Posté par REVEILLONS NOUS le 08/11/2010 06:58
A l'attention des fossiles schoelcheristes encore vivants ....

De l’aliénation à la réappropriation culturelle

"Où t'es-tu perdu, marcheur solitaire? il te faut revenir sur tes pas ; dans ce désert on ne trouve que mort et désespoir." Ali Shariati

“La grande nuit dans la quelles nous fumes plongés, il nous faut la secouer et en sortir. Le jour nouveau qui déjà se lève doit nous trouver fermes, avisé et résolus. Il nous faut quitter nos rêves et nos amitiés d’avant la vie.

Ne perdons pas de temps en stériles litanies ou en mimétismes nauséabonds. Quittons cette Europe qui n’en finit pas de parler de l’homme tout en le massacrant partout où elle le rencontre, à touts les coins de ses propres rues, à tous les coins du monde.” Frantz Fanon

Face à la domination idéologico-culturelle de l'Occident et l'aliénation qu'elle provoque chez lui, l’intellectuel colonisé n'a d'autre solution, s'il ne veut pas être définitivement réifié par la culture dominante, que de revenir à sa propre culture, à ses propres sources, à son être profond.
La réappropriation culturelle peut être définie comme la volonté, d’un individu ou d’un groupe, de refaire sienne une culture dont il se considère l’héritier et face à laquelle il avait été mis dans une situation d’extériorité.

La situation d’extériorité de l’intellectuel colonisé ou post-colonisé, par rapport à la culture dont il est l’héritier, découle directement de sa position d’aliéné dans laquelle l’a placé la domination coloniale ou post-coloniale. Cette réappropriation culturelle est une étape indispensable permettant d’aboutir à une véritable indépendance politique, économiqu e et culturelle.

Face à l’Occident, l’intellectuel colonisé ou post-colonisé qui ouvre dans la voie de la réappropriation culturelle, en a terminé avec les justifications, les interminables commentaires pour expliquer telle ou telle de ses habitudes, ses idées, ses coutumes ou ses modes de vie.

L’intellectuel désaliéné assume son identité, sa différence, ses particularismes, son originalité. Il ne dira plus pour reprendre les mots d’Aimé Césaire : “je ne suis pas différent de vous ; ne faite pas attention à ma peau noire : c’est le soleil qui l’a brûlé”. Non une fois désaliénée il assume son africanité, son arabité, son islamité. Il est ce qu’il est et peu importe ce qu’en penseront les tenants de l’ordre colonial et post-colonial.

Afin d’assumer son identité et pour briser les chaînes qui l'attachent à la culture dominante, l'intellectuel colonisé devra revenir vers à ses racines culturelles, celles de la culture de son peuple, la langue de sa mère, le crâne de son ancêtre.

Cela sera une étape nécessaire dans le processus de désaliénation qui mènera l'intellectuel colonisé du suivisme aveugle de l'Occident culturel à l'indépendance idéologico-culturelle. Selon Frantz Fanon, "pour assurer son salut, pour échapper à la suprématie de la culture blanche le colonisé sent la nécessité de revenir vers des racines ignorées, de se perdre, advienne que pourra, dans le peuple barbare. Parce qu'il se sent devenir aliéné, c'est-à-dire le lieu vivant de contradictions qui le menacent d'être insurmontables, le colonisé s'arrac he du marais où il risquait de s'enliser et à corps perdu, à cerveau perdu il accepte, il décide d'assumer, il confirme.
Le colonisé se découvre tenu de répondre de tout et de tous. Il ne se fait pas seulement le défenseur, il accepte d'être mis avec les autres et dorénavant il peut se permettre de rire de sa lâcheté passée"








2.Posté par cv le 10/11/2010 22:02
testing1

3.Posté par surena Guillaume le 11/11/2010 09:09
NE TOUCHEZ PAS A VICTOR SCHOELCHER !!!!! IL EST A NOUS !

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

SOCIETE | ENVIRONNEMENT | Patrimoine | SANTE | EDUCATION





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM