Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

RACHID ARAHBE SAGE DU CSA OU ENFOIRE DE LA DIVERSITE Par Camille CHAUVET


Rédigé le Samedi 10 Décembre 2011 à 22:35 |

Rédaction du Naïf : Incroyable interview ! Jamais un se prenant pour un français de France et se réclamant porteur de règles de droit ne s’était permis de donner des leçons à un journaliste Martiniquais et insulter le média en question KMT. Demandant aux téléspectateurs de zapper… vraiment un comportement d’enfoiré en goguette sous les cocotiers.


Ce jours là sur le plateau de 100% Politique de KMT Roland Louchez n’a pas compris qu’il avait en face de lui non pas un sage du CSA, mais un simple journaliste qui au bénéfice de la diversité se trouvait dans une fonction de responsabilité .C’est vrai que Rachid Arahbe n’est pas une lumière mais un des premiers bénéficiaires de la discrimination positive que défend bec et ongles Roland Laouchez lors de débats tant sur la chaîne d’Etat qu’ailleurs. Bien sûr c’était l’occasion rêvée pour que certains médias relèvent, n’ont pas le comportement inacceptable d’un journaliste au statut de sage du CSA, mais le fait qu’il avait envoyé au tapis en direct Roland Laouchez par l’insulte élégante doublé du mépris de l’Arabe qui se prend pour un Français de France.

Arhabe Rachid s’est même fendu d’une leçon de déontologie… Tu parles, c’est ce même monsieur qui s’est fin épingler par ses collègues français lui faisant observer que sa désignation par Jean-Louis Debré au CSA est ce que l'on peut appeler un conflit d'intérêt, ou une belle violation de la déontologie ! Désigné pour six ans, il n’a pas démissionné de ses fonctions sur France 2, et n'a été que "détachés" auprès du CSA. S'ils ne peuvent cumuler les deux emplois, cette assurance de retrouver leurs fonctions à France Télévisions après leur mandat au CSA peut choquer. Selon le CSA, il n'y a aucun problème à tout ça, comme nous l'apprend Le Parisien : "Le détachement résulte de la loi ou de la réglementation. Pour exercer un mandat national parlementaire ou européen ou pour être membre du gouvernement, le journaliste est détaché d'office, prévoit en effet l'article 35 de la convention collective des journalistes. Il en est de même pour l'exercice d'une fonction dans un cabinet ministériel. A l'issue de ce détachement, il est réintégré de droit avec le bénéfice de son ancienneté dans sa résidence, en priorité dans son ancienne fonction ou, sinon, dans un poste équivalent".

Etrange système qui permet à ce journaliste d'avoir le beurre... et l'argent du beurre ! Agnès Molinier, présidente de la Société des Journalistes de France 2 répète: "Je ne connais pas de journalistes qui peuvent revenir dans leur entreprise d'origine neuf ans après l'avoir quittée. Cela me paraît un énorme privilège dont bénéficient des personnes censées devoir montrer l'exemple car ce sont, en quelque sorte, nos pairs".

En fait, vive la discrimination positive et cet enfoiré profiteur du système veut donner des leçons… Notre Rachid sous les cocotiers se lance dans le débat presse d’opinion et presse d’information. La presse d’opinion n’existe pas selon Rachid. Face à Roland Laouchez s’est-il senti très à l’aise car en face d’un patron de télévision qu’il tient par les couilles… sans doute. Il faudrait expliquer à cet ignare et grand Sage par discrimination positive que ce débat sur l’importance respective de l’information et de l’opinion dans la presse est aussi ancien que celui sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Laissons parler un spécialiste de la question qui dit :« Le journalisme d’opinion résulte de l’incompréhension croissante que les citoyens ressentent face à la multiplication des sources d’information. Confrontés à un foisonnement de nouvelles, ils ont davantage besoin que l’actualité soit décodée par des analyses. C’est ainsi qu’adviendrait l’âge d’or des éditorialistes qui donnent du sens au déluge numérique d’informations. Un flux ininterrompu d'informations qui demande à être décodé - Même si la pédagogie est une mission majeure de la presse, on peut penser que l’on assiste là à une forme de détournement de la mission première des médias : informer, c’est-à-dire exposer les faits. Il nous faut cependant prendre en compte un paradoxe : à l’origine, la presse était presque exclusivement une presse d’opinion, comme le souligne Nicholas Lemann, doyen de l’Ecole de journalisme de l’université de Columbia (New York), cité dans un récent article du New York Times. Ainsi, en 1875, la presse américaine était-elle constituée d’environ 75% d’opinions et de 25% d’informations. En 1975, la proportion s’était plus qu’inversée : 90% d’informations et 10% d’opinions. Nous vivons aujourd’hui une nouvelle inversion de tendance qui représente en fait un retour aux sources. La surabondance d’informations suscite donc chez nous le même attrait pour la presse d’opinion que l’absence d’informations. Cette relation des citoyens à l’information est d’autant plus intrigante que l’expression d’une pluralité d’opinions est la marque d’une saine démocratie. » Et pan sur le bec de notre Rachid sous les cocotiers.

Qu'est-ce que la presse d'opinion ? La presse d'opinion constitue une famille de presse à part entière. Son but : défendre des valeurs, des idéaux, rendre compte dans sa diversité du débat social et politique qui parcourt la société. Son identité : Titres de toute périodicité, de tous tirages et de courants de pensées divers. On reconnaît l'opinion d'un journal à ses articles mais aussi à ses éditoriaux, ses titres, sa Une, ses sujets…Les éditorialistes donnent le ton sur la sensibilité politique de leur journal. En France, le pays d’accueil de Rachid, les hebdomadaires : Marianne, Le Nouvel Observateur, Le Point, L'Express, Le Figaro Magazine, Valeurs actuelles… Les quotidiens du matin : L'Humanité, créé par Jean-Jaurès en 1904, proche du parti communiste ; Libération, d'inspiration maoïste à ses débuts en 1973, est devenu le porte-drapeau de la gauche en général ; Le Figaro de culture libérale ; Le Parisien, plus populaire ; La Croix d'inspiration chrétienne. Le quotidien de l'après-midi : Le Monde. Les quotidiens satiriques et d'opinion : Le Canard enchaîné ; Charlie Hebdo. La presse d'opinion participe à la diffusion des idées et même à leurs émergences. Elle est toujours le signe de la bonne santé d'une démocratie. Elle traite de la vie politique, nationale ou internationale, des questions de société ; elle donne la parole à des voix divergentes tout en exprimant l'opinion du journal sur le sujet. Les journaux qui perpétuent une tradition politique : Le Monde Libertaire : anarchiste ; Informations ouvrières : trotskiste ; l'Action française : royaliste… Les journaux qui se consacrent à la défense d'une pensée clairement affirmée : La presse religieuse. Famille chrétienne, Témoignage chrétien… Le pèlerin et La vie s'adressent à des lecteurs catholiques. Tribune juive, Actualité juive pour les juifs. Réforme pour les protestants. Même un enfoiré devenu Sage le sait.

C’est vrai que face à Roland Laouchez, le Rachid prenait son pied, piétinait… l’adversaire qui lui quémandait encore de venir dans la deuxième partie de l’ITW …C’est ce même Rachid qui dans l’émission médias magazine sort de son rôle Sage du CSA pour donner son avis… il dit répondre à titre personnel n’engageant pas le CSA… « Être Arabe et pas trafiquant de drogue ».Sacré Rachid qui trafique sans doute la bêtise de Paris en Martinique.

Ceci dit, j'ai bien aimé le comportement de ce Sage du CSA, qui ne pourra plus donner de leçon sur le" parler en TV "et encore moins de déontologie, car il veut régler des comptes avec Roland Laouchez cette ITW est révélatrice.



SOCIETE


1.Posté par moua le 11/12/2011 09:06
aRF arf arf....sacré cc...tu m as bien fait rire...alors qu ici toi et tes emblables brtaillez sans cesse et revendiquez sans cesse cette DISCRIMINATION POSITIVE à tous les postes publics et mêmes privés.....à titre de compensation de l histoire à et pour des gens qui n ont jamis eu à connaitre personnelement et directement de ces problèmes.......

;;;TOI , plus a un pardoxe près....tu jettes à la gueule...ces origines exogènes de ce journaliste qui a réussi a se faire une petite place au ciel de notre ripoublik particulièrement étanche...??? jusqu au CSA instance suprème où les décisions sont prise a 9 l unanimité ; ca te parle ? parceque laouchez lui est atteint autisme...pas compris...


Mais quel est ton vrai grief en fait .....tu nous l a avoué..." CE N EST PAS UNE LUMIERE" pas qui soit con....ca ca serait pardonnable au pays des bisounours gaulois....IL N EST PAS FRANC MACON...voilà qe qui est repproché à l arabe de service comme le precise l impétrant...donc AU MOINS 1 MEMBRE DE L AUTORITE DE TUTELLE QUI VOUS ECHAPPE A VOUS ET VOTRE EMPRISE NAUSEUSE....
A ce train...je crois bien que tes corrélégionnaires vont enfin comprendre qui baise qui....ici QUI SONT LES PWOFFITASSIONEURS DU SYSTEME LARVE....

tu m as bien fait rire....

2.Posté par LA REPONSE le 12/12/2011 07:00
Moua la merde est encore présent... quel amour de Moua... obsédé par les FM surtout par le FM D... qui joue dans ses tripes... Hélas, nous ne pouvons rien pour lui ,mais c'est beine revient sur ce site que je défends et que par la force des choses que nous sommes Mouaaaaaaaaaa!

3.Posté par Un lecteur le 13/12/2011 05:47
François-Xavier de Calonne : On parle régulièrement d’intégration, et il est vrai qu’elle nécessite un effort de la part de celui qui doit être intégré mais la République joue elle aussi un rôle important ?

Rachid-Arhab :Oui, et d’ailleurs, j’ai une formule qui fait très très prétentieux, mais c’est pas grave, je la dis comme même. Dans mon itinéraire personnel et professionnel, j’ai fait beaucoup de chemin vers la République française, je lui ai montré beaucoup de signes d’amour, d’affection, d’intérêt, et d’une façon un peu prétentieuse je dirai "la République française, il faudrait aussi que Tu me dises un peu que tu m’aimes...
Et ce salopard en Martinique insulte au nom de la République... drôle d'intégré ce monsieur

4.Posté par soleil le 13/12/2011 06:00
Rachid Arhab n’est pas un mec cool. Du tout. Je ne le connais pas, mais je peux assurer qu’il n’est pas cool, pas franchement sympa. S’il l’avait été, s’il avait voulu être un mec arrangeant et utile, il se serait débrouillé pour être sourd, ou au moins malentendant, voire un handicapé, réduit au fauteuil roulant. S’il avait été très, très cool, il se serait débrouillé en plus pour changer de sexe, ou être simplement un travesti ( en fait, ne soyons pas injuste avec lui, puisque nous ne le connaissons pas : peut-être sort il la nuit travesti, peut-être est il sado maso : la dépêche AFP qui présentait sa biographie après sa nomination au conseil supérieur de l’audiovisuel, écrivait de façon sibylline qu’il était « célibataire » et discret sur sa vie privée, ce qui laissent ouvertes toutes les possibilités imaginables quant à ses perversions). Et oui, c’est que Rachid Arhab a été désigné par le gouvernement pour représenter toutes les minorités au sein du Csa, et à ma connaissance, il n’en représente pas tant que ça : les minorités raciales, oui ( et il est premier à faire son entrée au Csa, ce qui en dit long sur les hommes politiques. Aucun de nos bons socialistes n’avait osé faire ça, nommer un beur ! Ce sera pour l’Histoire à un représentant de l’UMP, Jean Louis Debré, ci devant président de l’assemblée nationale, que reviendra cet honneur ; il ne faudra pas après ça que le PS s’étonne de ne pas faire le plein des voix de couleur) et peut-être aussi la gauche, mais ça, ça reste à prouver, puisque nul ne sait pour qui il vote. Mais le CSA étant ce qu’il est, une assemblée conservatrice. Le brave Debré a du céder, et nommer un candidat qui lui a été désigné (…) une ascension sociale possible pour les minorités.

5.Posté par wilfox le 13/12/2011 14:21
je tiens a féliciter mr laouchez d'avoir eu le cran de diffuser cette émission.il aurait pu ne pas la diffuser et personne ne saurait rien de ce qui s'est passé.
il a eu le courage de la diffuser et meme rédiffusé le lendemain et on a pu voir le vrai visage de ce rachid arab.
merci mr laouchez.

6.Posté par une téléspectatrice le 13/12/2011 15:23
Oui, oui M Arabe, j'ai été très intéressée par cette émission...les bras m'en tombent.
j'y ai découvert un homme arrogant, méprisant, ridicule. Inutile d'en rajouter, vous ne le méritez pas. Quand à M. Laouchez, je salue votre placidité durant cet entretien, préférant rire face à un tel interlocuteur.

7.Posté par toto le 14/12/2011 16:05
jE CROIS QUE VOUS N AVEZ PAS BIEN COMPRIS LA BANDE VIDEO LES GARS pourtant fort claire et limpide....repassez la , en boucle, tête a tête en zouk , en club ou loge....la vérité est pourtant simple :


Le petit arabe de service ,en plus du cour magistral de liberté journalistique, du cour de francais et de droit...est venu vous expliquer en leave; à un type un brin bouché à l émerie COMMENT UNE DECISION D AUTORISATION D AGREMENT DU CSA POUR LA TNT ETAIT PRISE....à neuf et à la majorité absolue !!!.....COMMENT AVANT DE FAIRE DE LA POLITIQUE UN JOURNALISTE SE DEVAIT DE FAIRE DE L INFORMATION REELLE ET VERIFIABLE...de vérifier ses sources....comment , même en democratie cooptée et même chez les bolcheviques ...LES PARTIS D OPPOSITIONS ET AUTRES ADVERSAIRES DEVAIENT AUSSI ACCEDER AUX PLATEAUX POUR participer aux débat et avaitent le droit de citer.....qu il etait stupide et contreproductif DE MILITER SANS ARRET SANS CONTRADICTEURS NI CONTRADICTOIRE ET EN MENTANT EN PERMANANCE OU EN VICIANT LES FAITS.......bref ce que font les medias locaux réunis rfo compris....et à l oeuvre journalièrement dans le paf local.

Moi , le petit rachid , je l ai trouvé plutôt bien ...et au parlé fort simple et fort claire.....en revanche pour les prochaines autorisations du CSA ......vous pouvez commencer a beugler au racisme et l atteinte à la liberté de parole des minorités.....PAS TRES VISIBLES mais très prévisibles.....RACHID A BIEN MESURE CE QUI SE PASAIT ICI.

A bientôt mes frères...le rapprochement est en marche, on va bien finir par voir les mêmes choses ici et ailleurs.....la finalité est proche.

8.Posté par UN MARTINIQUAIS le 15/12/2011 08:37
TOTO TOI PETIT BLANC EN MARTINIQUE…Ouvre bien grands tes oreilles d’âne …On y va…aux colonies du temps jadis, on trouvait deux spécimen de coloniaux : les Grands Blancs et les Petits Blancs. Les premiers, hauts fonctionnaires ou hauts gradés de l’armée coloniale, tentaient de reproduire sous les Tropiques ou dans le Djebel, un certain style de vie aristocratique, voire monarchique, comme le décrivent les romans de Pierre Benoît ou Marguerite Duras première manière. Les seconds, piétaille de l’entreprise coloniale, au contact direct avec les indigènes, ne s’embarrassaient pas de tant de manières. Ils avaient quitté la « doulce France » non pas par goût de l’aventure ou passion humanitaire, mais parce qu’ils espéraient s’enrichir rapidement en faisant « suer le burnous ». Ce qu’ils firent magnifiquement en Indochine, en Algérie ou au Congo, par exemple. A l’effondrement de l’Empire français, si les Grands Blancs purent se recaser assez facilement dans la Métropole, les Petits Blancs y furent plutôt mal accueillis et nombre d’entre eux durent se rabattre sur les confettis dudit empire, ce qu’on appelait à l’époque « les vieilles colonies » à savoir la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane et la Réunion. Vieilles colonies rebaptisées depuis 1946 « départements d’Outre-Mer » et depuis peu, de manière pompeuse et comique à la fois, D.F.A. (Départements français d’Amérique). Ils y trouvèrent une autre variété de « Petits Blancs » déjà installés, venus directement de la Métropole, pour la plupart enseignants, variété avec laquelle ils ne tardèrent pas à se mêler et progressivement à fusionner à compter des années 60-70 du siècle dernier. L’alliance de Bab-el-Oued et de Bécon-les-Bruyères en quelque sorte ! Qui est donc le « Petit Blanc » des dernières colonies françaises ? Quelle est sa mentalité ? Comment se comporte-t-il avec les ex-néo-indigènes ?
QUI EST TOTO ? Il s’agit de quelqu’un qui, s’il était resté dans son trou de Bécon-les-Bruyères, de Hazebrouk ou de Roubaix-Tourcoing, n’aurait été qu’un quidam quelconque dont personne n’aurait jamais entendu parler. Ici, aux colonies, il est quelqu’un ou plutôt il se croit quelqu’un. ET PEUT SE GRANDIR EN ENVOYANT DES COMMENTAIRES AU NAif. Normal ! Il est invité dans les cocktails, il assiste ou participe à des conférences, il écrit dans les journaux et passe parfois à la télé, toutes choses dont il n’eut jamais pu rêver s’il était resté dans sa province natale. Rien de bien méchant dans tout ça puisque après tout, l’un des rôles des colonies, c’est bien de servir d’ascenseur social à tout ceux qui soit ont raté leur vie dans la métropole soit sont trop médiocres ou obscurs pour y réussir. Donc si Fort-de-France, Cayenne ou Basse-Terre permettent à des gens qui n’étaient rien chez eux de devenir des « quelqu’un », pourquoi pas ? Quel mal y a-t-il à cela ? Qu’un petit prof d’espagnol de Lagarenne-Vezon devienne une personnalité en pays colonial, qu’un universitaire qui n’a pas trouvé de poste dans l’Hexagone se rabatte sur les îles ou l’Amazonie, tant mieux au fond ! Le problème__et c’est là le hic du hic comme disait feu ma grand-mère__c’est que ces messieurs-dames veulent en remontrer aux indigènes. Certes, pas de manière aussi ouverte qu’au temps jadis puisque les temps ont changé et que « Black is beautiful ». Ces « Petits Blancs » vont donc s’avancer masqués. Dans un premier temps, ils vont multiplier courbettes et salamalecs devant ceux qu’ils ont repéré comme étant les chefs tribaux indigènes dans les différents domaines de la société (musique, littérature, peinture, syndicalisme, université, medias, politique etc.). Ils vont faire ami-ami avec ces chefs quitte à s’humilier plus bas que terre, quitte à jouer à la carpette ou à se transformer en porteurs d’eau bardés d’une obséquiosité dégoulinante. Bref, ils vont incarner l’image du « Bon Blanc », celui qui « aime les Nègres » ou qui « les comprend ». Certains pousseront même le zèle jusqu’à concubiner ou épouser des femmes du cru (pas trop foncées tout de même), histoire de se faire définitivement adopter. De « Pieds Noirs » ils deviendront « Pieds rouges », la plupart se disant « de gauche », voire d’extrême-gauche. Mais, secrètement, ils vont dans le même temps tisser leur toile, s’arrangeant pour devenir indispensables à des postes-clé et ménageant tout le monde, ils finiront par se faire accepter par toutes les couches de la société. Par exemple, ils dîneront chez les Békés dont ils diront pis que pendre lorsqu’ils déjeuneront avec quelque gauchiste indigène, indigène gauchiste qu’ils ont descendu en flamme la veille à la table des mêmes Békés ! Bientôt, ils se retrouveront en position d’arbitre et commenceront à dispenser des avis, des conseils soi-disant neutres mais empreints d’une condescendance et d’un mépris mal dissimulé. C’est qu’au fil des années le « Petit Blanc » a pris de l’assurance. De péquenot, natif de Bécon-les-Bruyères qu’il était à son arrivée aux colonies, petit à petit il se vivra comme un intellectuel, voire une sommité intellectuelle, qui a son mot à dire sur tout et su rien parce que voulant « le bien des Nègres ». A bien observer l’attitude du « Petit Blanc » moderne, par rapport à son ancêtre d’Indochine, d’Algérie ou du Congo, on notera que désormais, il fait un usage tous azimuts de l’humour. Tout est matière pour lui à plaisanter car « il ne faut rien prendre au tragique ». Vous êtes bien trop sérieux, messieurs les indigènes, avec vos histoires de réparation des crimes de l’esclavage, d’esclavage-crime contre l’humanité, d’autonomie ou d’indépendance ! Allons, tout ça c’est du passé ou c’est du farfelu. Nous vivons au troisième millénaire, bon sang ! Il faut sortir des vieux nationalismes d’antan et se vouloir des citoyens du monde luttant contre la mondialisation capitalistes et bla-bla-bla. Le tout entrelardé de blagues franchouillardes à trois balles et de ricanements faussement complices. Le « Petit Blanc » moderne est un marrant. Un p’tit marrant en plus d’être un grand condescendant. Il sait qu’il ne risque pas grand-chose. Aux colonies, les indigènes n’ont jamais ratonné personne et quand ils se sont révoltés, c’étaient parce qu’on les y avait acculés.Mais après l’étape du condescendant et du marrant, le « Petit Blanc » cherche toujours forcément à franchir une troisième et ultime étape dans sa marche triomphale vers ce qu’il s’imagine être son destin : il va chercher à commander les Nègres. A leur dicter leur mode de vie. A contrôler leurs dires et leurs rêves. Pour ce faire, il usera de toutes les facilités liés aux différentes positions qu’il a pu acquérir ici et là grâce à son obséquiosité : il inondera la presse d’articles dénonciateurs dans lesquels il brandira haut et fort l’étendard des « droits de l’homme », oubliant comme par hasard que le premier des droits de l’homme, c’est d’être libre et donc de s’autogouverner, droit qui est dénié aux populations des pseudo-départements français d’Outre-Mer. Il militera dans les syndicats ou les organisations féministes, défilera avec les altermondialistes etc. tout en se ménageant secrètement des entrées dans les mieux bourgeois à travers les loges maçonniques et les clubs-service du genre Rotary-Club. D’une manière générale, le « Petit Blanc » usera de l’arme de la dissimulation, de l’hypocrisie, du mensonge, du double langage, de l’obséquiosité, de la veulerie, de la traîtrise, de la méchanceté gratuite, de la perversité, cela avec une maestria à nulle autre pareille. Bref, il cherchera à jouer gagnant sur tous les tableaux et y parviendra assez souvent tant la crédulité de certains indigènes, pour ne pas dire leur lâcheté, est grande chaque fois qu’ils se trouvent face à un représentant de « la race supérieure » comme l’écrivait le comte De Gobineau.Car le « Petit Blanc » new-look possède des alliés, alliés sans lesquels il pourrait difficilement parvenir à ses fins. On en distingue au moins deux types : les Indigènes lobotomisés-colonisés-aliénés-assimilés d’une part et les Caldoches de couleur (pour la plupart africains) de l’autre. Les premiers sont le produit de bientôt quatre siècles de lavage de cerveau colonial. Atteints de viscosité mentale irrémédiable, ils sont prêts à tout pour se faire bien voir du « Petit Blanc », lui ouvrant toutes grandes les portes de leur maison, leur entreprise, leur association, leur syndicat, leur groupe de recherches, leur loge maçonnique, voire leur parti politique. Tout cela au nom de l’universalisme ! Comme si aux colonies, les grandes valeurs de l’humanité avaient cours ! Comme si quelqu’un qui est dépouillé du droit le plus élémentaire, à savoir celui d’être lui-même, pouvait se montrer humaniste ! Il faut dire aussi que l’indigène lobotomisé espère aussi ce faisant monter en grade, avancer dans sa carrière ou obtenir tel ou tel avantage matériel. Il fait la courte échelle au « Petit Blanc » en espérant que ce dernier lui rendra la pareille un jour.La deuxième catégorie d’alliés du « Petit Blanc » est celle qui est composée des Caldoches noirs ou basanés. Africains, Maghrébins ou Asiatiques installés dans les dernières colonies, loin d’aider les indigènes à se libérer du joug français, ils contribuent au contraire à lui enfoncer la tête sous l’eau, alors même qu’ils sont bien contents et fiers que le Mali, la Tunisie ou le Vietnam soient devenus des pays indépendants. Autrement dit ce qui est bon pour leur ex-pays natal n’est pas bon pour la Martinique, la Guadeloupe ou la Guyane ! Ce faisant, ils se comportent exactement comme des Caldoches blancs et il n’y a aucune raison, au nom d’un noirisme imbécile, à leur pardonner ce comportement hostile à notre lutte pour la souveraineté nationale. Ainsi donc, fort de ses différents alliés, sûr de son bon droit d’homme de gauche ou se prétendant tel, notre « Petit Blanc » new-look est toujours prêt à en découdre avec tous ceux d’entre les Indigènes qui refusent d’entrer dans leur jeu et qui rejettent leur esprit néo-colonialiste. Ils vont tout faire pour tenter de le salir et le discréditer aux yeux de l’opinion, le qualifiant à tour de bras d’agressif, de raciste ou d’anti-sémite. Sauf que l’Indigène rebelle en question n’a jamais ratonné un Blanc ou un Juif qui se balade dans les rues de Fort-de-France, Cayenne ou Basse-Terre, ni ne l’a agressé lorsqu’il bronze sur quelque plage de Saint-Anne ou se baigne dans le Maroni. Sauf que ce même Indigène rebelle, pour peu qu’il ait vécu quelque temps en France, n’a pas pu ne pas subir mépris, insultes, voire agressions physiques de la part des Français moyens, cousins germains des « Petits Blancs » des colonies.Ce « Petit Blanc » est donc un monstre de culot et de mensonge.

9.Posté par frédo le 15/12/2011 08:42
Est-ce à dire que les "Petits Blancs" se sont, dans leurs comportements (larbinismes et épousailles avec des femmes "pas trop foncées") et leurs stratégies (larbinisme, entrisme et construction de réseaux occultes), fondamentalement CRÉOLISÉS ?

Il n’y a rien que l’on puisse reprocher aux "Petits Blancs" que l’on ne puisse retrouver chez les "Petits Nègres".

10.Posté par toto le 15/12/2011 20:39
toto est sur le cul...scotché par une telle psychanalise à 2 ignames d occasion....et pour être effectivement de turcoing et donc bien connaitre les degats de la consaguinité du chnor'd....et d evoluer au milieu des débiles......

et bien je ne suis pas dépaysé.....je crois franchement que le prix nobel de la mauvaise fois et du procès d intention gratuit et méchant sont cummulables et décernables sur ce site....celui de la connerie grasse aussi...et je veux bien prendre un brin la plaisanterie et vous mettre devant vos turpidudes incessantes, vos faiblesses permanentes et vos contradictions grotesques.....MAIS FAUT AU MOINS QUE CE SOIT DRÖLE ET AUDIBLE...moi ,; y en, a pas comprendre les théories vaseuses entre grands blancs petits blancs et pas de blancs du tout ...je vois du con..que du con et du bien copieux...
En parlant de representations des blanca ici et des békés...MESSIEURS LES DEMOCRATES EN DEVENIR expliquez moi où ils sont représenté au CONSEIL GENERAL REGIONNALE ET DANS LA FONCTION TERRITORIALE...en 40 ans j en ai pas vu 1..... mais chacun ses problèmes vous autistes et moi myrro...

A bientot mes frères et en attendant continuez a bien polir votre pierre....car vous êtes loin d arriver...

11.Posté par mada972 le 30/01/2012 16:48
toujours très intéressant encore une fois on voit bien comme dirait christopher lasch dans son livre "la révolte des élites". Si M. Arabh a été nommé à ce poste, ce n'est pas par hasard, ni par le son mérite, mais parce que le système se sert de lui, il incarne le rôle d'idiot utile au système. CQFD

12.Posté par mada972 le 31/01/2012 08:36
Une idée me vient à l’esprit après avoir visionner de nouveau cette séquence!! je me demande qu'elle drogue vous rend agressif, paranoïaque, incohérent, prétentieux, donneur de leçon le tout avec un discours momentanément inadapté? je conclus que seul un mélange peut vous mettre dans un tel état!! M. Laoucher devrait faire attention en recevant ces personnes, fut-il membre du CSA!!

13.Posté par willy le 01/02/2012 12:10
Vraiment ce dénommé mada est pire qu'un morpion au cu... d'un nègre domestique et il voit du mélange partout sans doute un addict à la cocaïne. Vraiment vous devriez shooter son commentaire qui ne porte rien au débat.

14.Posté par mada972 le 01/02/2012 15:19
Puisque tu m'as traité de morpion...., et de nègre domestique vous dit bien de choses mon petit monsieur willy!! et toi le petit dictateur impuissant qui veut faire shooter mon commentaire, parce que différent de ton petit esprit, qui ne fait avancer par conséquent en rien ce même débat! à part que peut être Willy défend Rachid comme il défendrait sa petite femme! oh la vilaine

15.Posté par Camille Chauvet le 02/02/2012 19:17
Je croyais ce débat arrêté...mais je garde ce site ouvert à tout ceux qui dans le débat ne diffament pas.Donc votre opinion mada-972 sera là.Le Willy comme vous je ne cherche pas à savoir qui sait. Moi, par contre je me fais un point d'honneur de ne jamais visiter un site par l'anonymat.Vous pouvez m'injuriez mada 972 caché sous votre pseudo,mais répondez à mon texte sur le fond !!!

16.Posté par mada972 le 03/02/2012 14:20
Je connais trop bien Rachid arahb ; c’est un gars qui vient de la diversité (minorité visible) la vague arabe. Environ au même moment que Smaïn. Il était présentateur, au journal de FR3 où il animait le 19-20h. Puis en 2007 il a été nommé en même temps que Kelly au CSA. (Conseil supérieur de l’audiovisuel)

Pour en revenir à mes propos, comment expliquer de façon rationnelle, ce changement de comportement, cette agressivité, cette attitude hautaine et meme un peu raciste, la façon de prendre les gens de haut, lors de cette interview, ayant même comme tu le soulignais, donne consigne aux téléspectateurs de zapper.

Aussi pourquoi j’utilise un pseudo ? Tout simplement je suis ingénieur informatique systèmes et réseaux, et j’affirme que en mettant votre vrai et nom et prénom vous ne savez jamais sur quel serveurs sont enregistrer ces informations, vous le savez surement ; la N.S.A (National Security Agency) aux us, en France en lien avec la DST avec la cellule de Vincennes et à Levallois Perret, ces officines sont chargées de collecter toutes communications dans le monde, pour les mettre dans des bases de données Ainsi les recoupement celles-ci vous n’avez plus de vie privée. Par vos écris ces organismes peuvent savoir ce que vous pensez. Et ça je suis contre, donc je donne un pseudo, toujours le même. Et puis Willy moi non plus je ne le connais pas et nous ne faisons qu’échanger, dans le respect, mais Camille je t’autorise à demander mon mail au webmaster pour pouvoir échanger, avec plaisir.

Camille je ne pense pas t’avoir injurié ?? Rassures moi !! et avec Willy si je l’ai repris sèchement c’est parce qu’il ne m’avait pas laissé le choix ?

17.Posté par Ossy le 03/02/2012 22:13
Mada 972 tu ne connais pas ce Rachid,c'est un sot prétentieux donc un full-sot et "Un sot sans prétention est moitié moins sot qu'un autre".Ce pseudo sage est une vrai tête de bovin.Vous êrdrez votre temps.

18.Posté par moua le 05/02/2012 11:03
Voici ...pour les apprentis journaliste cooptés....ce qu est un vrai journaliste....Irlandais et droit dans ses bottes lui ...

Alors qu’en France, lors des interventions télévisées du chef de l’Etat, le Monarque choisit parmi ses sujets-journalistes ceux qui auront l’honneur de l’interviewer et que les chaînes de télévision se précipitent pour réserver des faisceaux afin de diffuser au mieux la parole royale dans la France entière. Alors que dans le même temps Les Nouveaux Chiens de Garde qui dénoncent la collusion entre pouvoir, argent et médias est toujours visible dans quelques dizaines de salles en France, un extrait d’une conférence de presse en Irlande nous donne une idée plus claire de la notion d’irrévérence journalistique.

Véritable légende du journalisme dans son pays, Vincent Browne, chroniqueur dans plusieurs journaux et animateur de talk-shows politiques durant toute sa carrière, a également lancé un magazine d’investigation dans les années 70. Il a fait sa réputation par sa capacité à déstabiliser des politiciens expérimentés lors de son émission Tonight with Vincent Browne.

Le 19 janvier, c’est le représentant de la BCE Klaus Masuch qui a été la victime de l’insistance du journaliste. Interrogé sur la légitimité et la rigueur du plan de sauvetage mis au point par la Banque Centrale Européenne, la main sur le cœur, Klaus Masuch s’est dit impressionné par l’attitude et la compréhension du secteur financier avant d’ajouter que le chauffeur de taxi qui l’amenait de l’aéroport lui avait paru « très très bien informé. Je pense que c’est un bon signe qui prouve que le débat est ouvert ».

Le conte de fées du taxi irlandais
Dossier - La Grèce en faillite
Une banque pour les PME ? Une nouvelle crise des subprimes !
« Entre farine et poudreuse, les Grecs déneigent par leurs propres moyens » Si on perçoit quelques rires dans la salle de presse, Vincent Brown entend en savoir plus sur l’échange du représentant de la BCE avec son chauffeur de taxi : « Est-ce que votre chauffeur de taxi vous a dit à quel point le peuple Irlandais reste perplexe qu’on nous demande de payer à des porteurs de bons non garantis des milliards d’euros en dettes pour lesquelles le peuple irlandais n’a aucune relation, ni aucun rapport. Et, ce, essentiellement pour renflouer ou pour assurer la solvabilité de banques européennes. Et si votre chauffeur de taxi vous a posé cette question ou s’il vous l’avait posée quelle aurait été votre réponse ? ».

La responsable des relations de presse de la BCE demandera à Vincent Browne de poser immédiatement sa deuxième question et de rendre son micro histoire d’en finir le plus vite possible. Tenace, le journaliste refusera d’obtempérer pour être bien sûr d’obtenir une réponse précise pour son chauffeur de taxi.

Klaus Masuch a déjà oublié son conte de fées et son taxi s’est transformé en citrouille. Le représentant de la BCE se perd dans un argumentaire des plus flous hésitant entre la langue de bois technocratique, la complexité du monde contemporain et un brin de compréhension pour le peuple qui souffre avant de conclure brutalement : « La décision a été difficile à prendre mais c’est la décision que nous avons prise ».


L'Etat Irlandais menacé d'une explosion financière
L’échange fait référence à une banque Irlandaise, l’Anglo Irish Bank, en faillite qui pendant plusieurs années a affiché des pertes supérieures à dix milliards d’euros, et dont le coût du plan de sauvetage est estimé à 30 milliards d’euros. L’Anglo Irish Bank est plombée par des actifs «pourris» détenus par des créanciers privés. Complètement démantelée, rebaptisée IRBC, la banque n’a aujourd’hui plus de clients mais l'Etat irlandais continue de rembourser à coup de milliards ses créanciers privés sous peine « d’une explosion financière à Dublin ».

Pour Vincent Brown, le chauffeur de taxi n’en sait toujours pas assez. Il revient à la charge pour tenter de comprendre pourquoi le peuple irlandais se doit de payer pour une banque défunte « expliquez cette situation au chauffeur de taxi ? » insiste-t-il.

Faisant mine d’avoir répondu, Klaus Masuch ignore la question. Le journaliste ne lâche rien : « Vous exigez que soient faits des paiements, non pour le bénéfice du peuple irlandais mais au bénéfice d’institutions financières européennes. Vous avez donné une réponse qui ne répond pas à la question, qui ne satisferait ni le chauffeur de taxi, ni le peuple irlandais ! ».
L'histoire ne dit pas si au retour, le représentant de la BCE a confié ses états d'âmes à un taxi ou à un ambulancier.

19.Posté par mada972 le 05/02/2012 13:00
Moua .... Trop bien ton texte (Mariane), et imagine ce que dirait M. marie-jeanne sur les subsides données à sa fille et son beau-fils pour construire une école à sainte Lucie lorsqu’il était président du conseil régional.

Ou aux 7000 emplois promis par M. Lechimy pour son élection à la présidence de région Martinique !!

S’ils étaient interrogés par un journaliste comme de M. Vincent Browne. Eh oui à la Martinique, il le journalisme n’existe pas

20.Posté par remi le 31/08/2012 13:32
Monsieur CHAUVET, je suis un fidèle lecteur de votre blog car il m'interpelle, me scandalise par ses positions xénophobes et parfois me divertit.

Aussi, je me permets de vous indiquer que la qualité de votre blog ne serait nullement affectée si vous pouviez acquérir un niveau d'orthographe proche de celui d'un élève de CM2.

J'ai encore mal aux yeux.

" Bien sûr c’était l’occasion rêvée pour que certains médias relèvent, n’ont pas le comportement..."

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

SOCIETE | ENVIRONNEMENT | Patrimoine | SANTE | EDUCATION










L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / KASSAV' il faut ériger une statue gigantesque à leur nom !

Bravo à nos musiciens, bravo à nos stars, bravo au public inconditionnel et maintenant bravo à nos icônes.


Editorial du Jour / KASSAV' il faut ériger une statue gigantesque à leur nom !
Marthely, Béroard, Naimro, Desvarieux, Décimus... et les autres. Il est venu un temps ! Le temps de leur ériger un symbole, une fresque et pourquoi pas une statue où les têtes d'affiches seraient icônisées à jamais avec un public à leurs pieds !
03062019_editorial__2_kassav_2.mp3 03062019 editorial 2 Kassav 2.MP3  (3.65 Mo)


Victor HAUTEVILLE
17/10/2019



Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM