Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

MALAISE AU SEIN DES PERSONNELS DE DIRECTION DE L’EDUCATION NATIONALE EN MARTINIQUE


Rédigé le Dimanche 18 Avril 2010 à 23:20 |

Par Edouard DELEPINE :Depuis quelques années les personnels de direction de l’académie de Martinique sont confrontés à des agissements qui visent ni plus ni moins à les désigner comme « incompétents », et les frapper d’indignité


MALAISE AU SEIN DES PERSONNELS DE DIRECTION DE L’EDUCATION NATIONALE EN MARTINIQUE
Dernier fait en date : la mise en cause publique le mardi 26 mai 2009 d’un chef d’établissement expérimentée et méritante par la rectrice de l’académie qui va jusqu’à dire (au mépris des textes) qu’elle substituera ses équipes rectorales aux équipes de l’établissement !

Comment penser après cela que des chefs d’établissement puissent se prévaloir d’une quelconque autorité ?

Qu’a pu faire de si terrible ce chef d’établissement pour ainsi mériter d’être clouée au pilori ?
A supposer qu’elle ait commis une erreur, n’existent ils pas des procédures internes efficaces et respectueuses des personnes ?

Le fait, en réalité, n’est pas isolé, il fait suite à de nombreux autres qui, tous, portent la marque d’une intention délibérée d’intimider et d’avilir.

Ainsi, courant 2008, le proviseur d’un lycée du Nord de la Martinique, revenant d’un long et pénible congé de maladie doit subir la charge brutale d’une « inspection » conjointe de l’inspecteur général correspondant académique et l’Inspecteur Pédagogique Régional Etablissement et Vie scolaire au cours de laquelle on lui demande ni plus ni moins de faire une demande de mutation. Choquée, mais lucide et digne ce chef d’établissement ne s’exécute pas.

Au cours de l’année scolaire 2008/ 2009, ce sera un autre chef d’établissement mise en difficulté par un syndicat d’enseignant de subir les menées du même IPR qui, là aussi lui intime l’ordre de faire une demande de mutation pour un établissement de catégorie inférieure ; ce à quoi, bien entendu, elle se refuse.

Le dénominateur commun à tous ces faits ? Il s’agit chaque fois de chef d’établissement de sexe féminin et il s’agit du même inspecteur pédagogique régional, Monsieur Eugène Barbe. Chacune des personnes concernées a eu, à un moment ou à un autre, mailles à partir avec cet IPR.
Règlement de comptes ? Perversion ? Sans aucun doute. D’autant que dans le même temps, d’autres établissements en proie à de graves dysfonctionnements ne pas font l’objet de sa suspicieuse célérité.

Les exemples ne manquent pas : le Lycée joseph Gaillard dont le proviseur métro s’occupa autant du chantier de sa villa marine du Robert que de son établissement ; qui fut promu à la hors classe et obtint une mutation le rapprochant de sa nouvelle villégiature.

Le lycée Frantz FANON à Trinité, qui connut des troubles et dont la proviseure métro convaincue d’indélicatesses ne fit l’objet d’aucune inspection mais reçut promotion à la hors classe et mutation en Polynésie. le lycée de Bellevue où, pour éviter de voir une Martiniquaise succéder à M Pastel, l’IP EVS soutint la candidature d’une métropolitaine, amie d’un Inspecteur général ancien correspondant académique à qui il doit sa carrière et qui maintenant peut venir à loisir passer l’hiver à la Martinique, en pension complète et au frais de la princesse.

A peine arrivée, cette proviseure s’empressa d’engager de grands frais de restauration de la villa de fonction et, dans un pays marqué par un fort chômage des jeunes diplômés, amena dans ses bagages parent et amis recrutés comme assistants d’éducation.

Cette même proviseure bénéficie de privilèges (pas moins de 8 CPE dont 4 stagiaires, de fréquents voyages en métropole sous des prétextes fabriqués par l’IPR EVS), et quand elle ne part pas, son « ami » vient, à des périodes bien choisies, animer des actions de formation. Pour bloquer la promotion d’une autre martiniquaise qui envisageait la direction du Lycée Joseph Gaillard, ce même IPR obtint de la Rectrice l’affectation d’un collègue en poste Guadeloupe.

Cette année 2008, aucun martiniquais ne put obtenir de mutation pour la Martinique
Le climat est aujourd’hui détestable. Selon que l’on soit ou non de la coterie de cet inspecteur on est soit condamné, soit promis à une évolution de carrière aussi impressionnante que la sienne propre ! Débarqué aux Trois Ilets comme simple PECG, Eugène Barbe a su très habilement jouer de relations et de solidarités ethniques, pratiques encore courantes à la Martinique.

Aujourd’hui, il se targue d’avoir la haute main sur les mutations et les avancements de grade et malheur à celui qui ne file pas doux ou à celle qui refuse ses conditions pour un avancement !
Au total, entre l’inféodation, la neutralité distante, la suspicion des uns envers les autres, les chefs d’établissement de l’académie ne savent plus quelle attitude adopter et certains, pour éviter les problèmes, abdiquent toute dignité.

Actuellement le climat délétère qui règne dans l’académie est du en partie aux agissements de cet agent de l’Etat dont on devrait exiger le départ de l’académie où il contribue avec une poignée de fonctionnaires métropolitains au contrôle des affectations et des mutations. Ils font entrer qui bon leur semble, et peuvent bloquer le retour au pays de compatriotes parfois en situation de détresse, parfois victimes du racisme.

La décentralisation a certes fait bouger les lignes mais la mentalité persiste chez nombreux cadres Métro de l’Education Nationale qui considèrent les Antilles et singulièrement la Martinique comme des territoires où les préjugés de couleur sont de la normalité et où il suffit d’être habile pour s’imposer.

Dernière illustration : la décision de la Rectrice de nommer dès cette rentrée un métro (ex Professeur de lycée professionnel), Inspecteur pédagogique régional de Sciences et techniques industrielles, alors qu’un chef de Travaux martiniquais, agrégé dans cette spécialité, déjà faisant fonction d’IPR STI pouvait légitimement prétendre à ce poste ?

Poudre aux yeux que de citer Césaire à tout propos puisque l’Ecole à la Martinique n’est pas pensée par les compétences martiniquaises, mais constitue un enjeu de pouvoir entre les acteurs d’un réseau de métropolitains qui cherchent avant tout à faire carrière.
Difficile ainsi de parler d’identité si la dignité fait défaut, comme diriger, orienter vers la dignité identitaire quand on en est soi même privé ?

La question est plus essentielle qu’il n’y parait à première vue.
Les déclarations du Président Sarkozy sur le rôle des acteurs martiniquais dans le développement de la Martinique, ne prendront sens que dans la mesure où les représentants de l’Etat à la tête des administrations veilleront au respect par tous leurs collaborateurs, des principes d’équité, d’égalité et de transparence qui fondent le service public.

CONSULTER EGALEMENT LES ARTICLES SUIVANTS:
-Les observations d'Edouard de Lépine à propos de la Lettre SIGANOS.
-Encore les Hauteurs de Terreville.
-Malaise dans l'Education Nationale.



VACABONAGERIE

Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

34.Posté par CANDIDE le 20/05/2010 22:27
DE CANDIDE AU NAIF : Dans un récent courrier Monsieur le Recteur s’adresse aux chefs d’établissement pour rassurer certains et pour menacer d’autres… ceux qui oseraient protester contre l’arbitraire dont ils sont victimes. Mais que dit-il aux autres ?

Car tout personnel de l’Education nationale de l’Académie est aussi un collaborateur de Monsieur SIGANOS !

Où est le courrier adressé aux autres personnels, ceux qui ne sont pas des « proches collaborateurs » ?
Eux aussi ont besoin d’être rassurés ; que Monsieur le Recteur leur dise que jamais il ne permettrait que de telles exactions (celles qui sont dénoncées « dans un blog » sur un site local) soient commises ;
-que le proviseur du lycée de Bellevue n’est pas arrivée avec son petit personnel dans ses bagages ;
-que le poste d’Inspecteur pédagogique n’a pas été soufflé à un agrégé martiniquais ;
-que le CPE PETIT n’a pas bénéficié l’an dernier d’une scandaleuse nomination à la hors classe.
Bref, que tout ce que révèle Monsieur DELEPINE n’est qu’un tissu de mensonges.
Si c'est un tissu de mensonges poursuivez l'auteur en diffamation !!!
Monsieur le Recteur vous soutenez vos proches collaborateurs et à vos collaborateurs « ELOIGNES » vous dites QUOI ?

33.Posté par Un homme libre et de bonne moeurs le 17/05/2010 11:54
Je vous félicite Monsieur,Monsieur ARNETON.
Lisez le texte qui suit...Le courage de dire
L'Histoire est constituée de faits et de gestes trop souvent malheureux qui résultent de choix et d'actions menés par des hommes et des femmes. Cette Histoire est en quelque sorte le cimetière de l'Humanité, où chacun d'entre nous est collectivement responsable des crimes commis au nom de l'avenir.

Dialogus compte plusieurs personnalités hors du commun, souvent inquiétantes, parfois grandioses, qui aujourd'hui encore frappent notre imaginaire. L'empire romain, si puissant, si riche et si influent, s'est édifié pendant plusieurs siècles grâce aux conquêtes guerrières et sanguinaires de ses empereurs. Vlad Tepes, ce seigneur impitoyable, protégea vaillamment l'Europe contre les invasions étrangères.
Il faisait pourtant décapiter ses ennemis et déjeunait en compagnie de leurs têtes tranchées fichées sur des pieux. La comtesse Bathory, de haute noblesse, se baignait dans le sang de jeunes filles vierges afin de conserver la fraîcheur de sa jeunesse et de son teint.

Plus près de nous, Robespierre et Lénine transformèrent le cours de leur temps mais à grands coups de révolutions. Le monde moderne a été bâti sur les victimes de leurs convictions. Marx, philosophe, brillant économiste, décrivit méthodiquement le fonctionnement du capitalisme pour en appeler à son renversement et à l'instauration d'une dictature pour assurer la domination d'une classe sur une autre.

Céline, l'un des écrivains les plus controversés de son époque, ne croyait-il pas que le Juif était responsable de tous les maux de son temps? Et que penser de sa sainteté Pie XII, représentant ultime du Dieu chrétien sur la terre, dont la position sur le génocide des Juifs demeure encore aujourd'hui énigmatique? Combien d'autres demeurent dans l'oubli de leurs faits d'armes?

Dialogus a choisi de laisser la parole à ces hommes et à ces femmes afin qu'ils nous interpellent, qu'ils répondent à nos interrogations sur ce que fut leur vie, sur ce qui a motivé leurs choix. Des hommes et des femmes qui, parfois, empruntèrent des chemins si arides qu'ils se transformèrent en véritables monstres menaçant l'avenir même de la race humaine. Demain Dialogus accueillera peut-être un kamikaze, japonais, palestinien, ou autre.
Doit-on s'en offusquer ?
Sans humains pour la vivre et l'écrire, l'Histoire se résumerait à une planète tournant autour de son axe et tournant elle-même autour d'une étoile comme des millions d'autres planètes de notre galaxie. Pour le souvenir de nos actes et sans préjugés, Dialogus estime nécessaire de laisser à tous le droit de dire.
VOUS jO ARNETON VOUS AVEZ DIT.
Mille woulo bravo pour VOUS et l'UPEM.

32.Posté par ARNETON Joé le 17/05/2010 11:01
Je ne m’adresse pas aux lecteurs en tant que dirigeant de l’UPEM, mais simplement en tant que citoyen Martiniquais, souhaitant qu’il soit mis fin rapidement aux dérives dénoncées par Edouard DELEPINE.
D’ailleurs, il eut été aisé pour le Recteur de traduire devant les tribunaux Edouard DELEPINE pour diffamation !!!
Je rappelle à ceux qui veulent uniquement polémiquer sur ce dossier, que je ne les suivrai pas. Donc, qu'ils se rassurent et notamment ceux qui se cachent derrière des pseudonymes.
Je ne suis pas en recherche d’étoile, mais j’ai mal pour le fonctionnement de l’école en Martinique. En effet, pendant que du haut de Terreville des discours presque moralisateurs sont tenus en direction des jeunes scolarisés, l’image que véhicule actuellement certains acteurs de l’éducation nationale en Martinique, ne semble pas être la meilleure pour rassurer famille et élèves.
Ici, l’on parle de déstabilisation d’un chef d’établissement faute d’avoir accepté des avances…est-ce vrai ? Cette personne serait-elle prête à parler publiquement ? Tel proviseur à la vie scolaire qui semblait donner du sens à la bonne pratique dans l’académie a vite été mis en difficulté… Tel autre chef d’établissement a été sommé de partir à la retraite faute de quoi son futur dans l’éducation nationale s’assombrirait…
Tel chef d’établissement est inspecté au moment où il n’y a pas d’élèves dans l’établissement, mais tel autre subit une inspection carabinée !!! Qui est donc celui ou celle qui mène ces actions ? Dans quel but ? Y-a-t-il dans cette affaire une guerre syndicale ? Quelles sont donc les forces en présence ? Quels sont les chefs d’établissements qui sont prêts à relever le défi de la transparence, le défi du parler vrai ?
Dans de nombreuses réunions de chefs d’établissement, ceux qui souffrent ont eu à décrire avec détails à leurs collègues leur mal être, leur calvaire. Alors, pourquoi ce silence ?
Quel est donc le pouvoir que posséderait celui qui actuellement ferait et déferait des carrières ?
Pourquoi, au lieu de menacer certains chefs d’établissement qui rendent publiques des notes internes, le Recteur SIGANOS qui se disait homme de dialogue, ne lancerait pas une vaste enquête pour clarifier une fois pour toutes cet épineux dossier ?
Un véritable travail de fond doit être réalisé, déjà avec ceux qui ne sont point en attente de reconnaissance particulière ou de construction de carrière à tout prix. Par la suite, libérés, les autres rejoindraient le mouvement du refus de destruction humaine, du laisser faire....
Il est encore temps de relever la tête pour dire non à l’inadmissible.

31.Posté par André Robinel le 16/05/2010 12:46
FRAUDE A LA SECURITE SOCIALE AU RECTORAT DE LA MARTINIQUE

Lomé le 16 Mai

je ne peux vous apporter aucune précisions sur l'affaire des balaous frits, par contre, je souhaiterais témoigner sur les pratiques administratives du rectorat de la Martinique :
Le rectorat de la Martinique était une académie, et lors de sa transformation en rectorat, de terribles batailles ont éclaté entre les fonctionnaires locaux de l'académie et les cadres métropolitains qui souhaitaient se réserver tous les postes d'encadrement de l'académie et du département.
Pour garder leurs prérogatives, les cadres métropolitains ont constitué un cartel qui leur permettait de garantir l'impunité totale des cadres métropolitains qui cométaient des fautes professionnelles, grâce au fait que, dans TOUTES les administrations du département, TOUS les postes d'encadrement étaient occupés par des cadres métropolitains.
Pour se prémunir contre les réclamations des fonctionnaires locaux victimes de discriminations, les cadres métropolitains de la Martinique ont recours aux sanctions interdites, financées par les fonds sociaux :
En effet, les cadres métropolitains du rectorat de la Martinique placent à la retraite d'office pour invalidité mentale, tous les fonctionnaires locaux qui protestent contre les discriminations pratiquées par les cadres métropolitains de l'académie.
C'est pour avoir protesté contre la mise à la retraite d'office pour invalidité de sept de mes élèves (des instituteurs de l' école normale de la Martinique dont quatre se sont suicidés peu après) que le rectorat m'a placé, à mon tour, à la retraite d'office pour invalidité, a supprimé mon salaire, et sans déterminer de quelle invalidité j'étais atteint, m'a alloué une pension d'invalidité minimale, avant de m'expatrier avec ma famille en Libye, avec de l'argent détourné du service social du rectorat.
Aujourd'hui, ces preuves de la corruption de l'administration de la Martinique occasionnent des contentieux entre des organisations françaises à l'étranger, comme le Consulat de France au Togo, le Centre Médical de l' Ambassade de France au Togo, le Service National des Pensions, la Présidence de la République, et le Ministère des Affaires Etrangères, dont les contradictions introduisent un contentieux avec les service de l'immigration togolais, et les lois internationales...
C'est pourquoi je sollicite votre aide pour sensibiliser l'administration martiniquaise sur la responsabilité qu'elle prend en exportant la corruption en Afrique : Ici, au Togo, comme moi, 900 togolais valides touchent, indument,des pensions d' invalidité de la sécurité sociale, du fait qu'ils ont été placés à la retraite d'office pour invalidité par leur employeurs français, après plusieurs mois de grève.
Mais, alors que, pour eux, c'est un bon coup, pour ma famille c'est un désastre...
Si vous pouviez intervenir auprès des autorités pour régulariser ma situation administrative, vous pouvez contacter les institutions , et Maitre Edmond Mariette, Maitre Pau Langevin, Pépé, Maitre Ursulet, ou les anciens de l'école normale, comme Raymond Occolier, Maurice Antiste, Francis Carole,Claudy largenRobert Sae, Bubu Taïlamé,Robert nazaire, Lucien Adenet,Herman,Kate, Frédérique Fanon Alexandre,marie Line Ampigny, Audrey Pulvar, Rebecca Charles Achille, Eloi Blezes, Hubert Bornil,Jean jacques Seymour,Sege Bilé, Gérard Nodin, Patrick Chamoiseau.
Et puis Glissant Edourd, Guillot Suréna, Philippe Pierre Charles, Garcin Malsa, Alfred marie Jeanne, Yv Mari Seraline, et tous ceux qui peuvent m'aider et s'aider eux même en protégeant LEUR sécuritré sociale contre la fraude des cadres métropolitains: Vous n'avez qu'à leur raconter ce qui m'arrive ou leur transmettre mon appel . (RDV sur FB : pour sauver la sécurité sociale)
TOUTES LES PREUVES SONT DANS LES BUREAUX DE L'ADMINISTRATION.
André Robinel ph.d

30.Posté par suréna guillaume le 14/05/2010 07:26
Je veux des précisions sur les balaous frits!Je suis un pêcheur de balaous bleus.Je peux en fournir à volonté.

Guillaume Suréna

29.Posté par suréna guillaume le 14/05/2010 07:26

Je veux des précisions sur les balaous frit!Je suis un pêcheur de balaous bleus.Je peux en fournir à volonté.

Guillaume Suréna

28.Posté par RE /KAPSULE le 13/05/2010 23:40
Les articles sur les actes du rectorat Siganos ont fait 12 000 touches en moins d'un mois et le silence régne sur les colonnes de Cluny et vive la joie et champagne pour couvrir les balaous frits Samedi... ces hommes, Barbe en tête vous emmerdent bande de jaloux !!! La caravane des balaous frits passe et vous aboyez dans la Maison CHAUVET qui héberge cette affa et faire et fait un stockage de conneries à volonté.
Au Collège du Diamant que se passe-t-il ?
Au Lycée du Lorrain ?
Les CPE qui n'ont pas été petits hurlent et après,ils finiront apr arrêter.
Pour accéder à la hors classe ?mettez vous hors bétises et soyez souceurs... ça paye bien...en vérité je vous le dit.

27.Posté par KAPSULE le 13/05/2010 23:29
Belle passage pris au vol...ha !!! ha! ha! les bavards ,yo pri sa !!! l'élite de notre pays est vermifugée.

26.Posté par Pou Jojo ARNETON le 13/05/2010 23:26
Mon pauvre Joe Arneton, tu es un bavard. Le moyen de se guérir de cette maladie c'est d'écouter mon jojo .Or les bavards n'écoutent jamais. Ils parlent toujours ; et le premier mal de leur intempérance de langue, c'est qu'elle les empêche de rien entendre. Leur surdité est volontaire. Ils ont l'intention, je pense, de protester ainsi contre la nature, qui ne nous a donné qu'une seule langue en même temps qu'elle nous a pourvus de deux oreilles. Si donc brave Jojo, « Je ne saurais remplir ton cerveau toujours vide, Ni verser la raison dans ton âme stupide », et encore moins « Je ne saurais remplir oreille toujours vide. « Sache te taire, Jojo le silence a du bon. » Le bavard c’est un zizitata de l’UPEM qui ne sert pas à grand chose sinon se faire remarquer.

25.Posté par ARNETON Joé le 11/05/2010 22:00
Monsieur le proviseur que je dois reconnaître ne peut pas être étonné du silence de ceux qui souffrent par les pressions psychologiques qui sont exercées sur leur personne. De plus, Monsieur le Proviseur, vous savez très bien que le silence de ceux qui devraient défendre la cause de ceux qui sont en difficulté est souvent obtenu, ici, par la promesse d'un avancement d'échelon, là, par l'obtention d'une promotion dans un Lycée ou un collège de catégorie supérieure. Le système n'est pas bon Monsieur le Proviseur, et vous le savez encore mieux que moi.
Certes, Edouard DELEPINE du temps où il exerçait n'a peut être pas dénoncé le système, qu'importe? Il faut simplement qu'aujourd'hui , chacun, en son âme et conscience fasse preuve de courage pour dénoncer l'innacceptable.
Il ne s'agit pas de dire ici, si ces chefs d'établissement qui sont inquiétés et blessés sont compétents ou pas, c'est la méthode qui ne doit pas être acceptée et dénoncée. Il est vrai qu'aujourd'hui ces personnes ont la possibilité, pas devant le tribunal administratif, mais au pénal, de poursuivre ceux qui auraient exercées sur leur personne une quelconque pression morale.
C'est vraiment dommage d'en arriver là. Nous aurons compris que 'humain ne semble pas être la priorité dans cette douloureuse affaire.

24.Posté par PEPSI le 11/05/2010 10:09
J’ai rencontré un proviseur,il m’a dit qu’il fallait faire preuve de sagesse dans ces affaires de tyrannie acceptée,je lui répond que
"La sagesse est lâcheté quand elle tolère l'intolérance."
Et j’ajoute que
" Du combat, seuls les lâches s'écartent."
et surtout
"La peur du ridicule obtient de nous les pires lâchetés.».
C'est ça la morale de cette histoire qui s'éteint et encourage les tyrans à continuer de plus belle.

23.Posté par Un Proviseur le 07/05/2010 06:14
SOYONS SERIEUX : COMMENT EXPLIQUER QUE LES VICTIMES SE TAISENT !!!
Ce qui se passe depuis 10 ans dans cette Académie et qui émerge actuellement est d'une trop grande importance pour qu’une lecture aussi simpliste soit suffisante.
Monsieur EdL fort de sa situation de retraité peut prendre le parti de ceux qui se taisent.
La gestion du personnel enseignants et du personnels de direction a toujours été marquée par des faveurs à ceux qui servent le système.Et le système fonctionne et les victimes se taisent.
Le mécanisme est simple on place un Pinto pour placer un Do cette musique ne gêne personne,car les syndicats font des motions et les choses s'arrêtent là.
Quand même soyons sérieux et remarquons que les deux derniers proviseurs à la vie scolaire n'ont jamais fait un rapport sur les dysfonctionnements des hauteurs de Terreville ?
N'ont-ils pas bénéficié en leur temps des miettes du Palais ?
Cet IPR et ce -Secrétaire Général d'Académie qui n'a jamais connu la mobilité- font et défond les carrières des enseignants et du personnel de direction.C'est une réalité mais les pseudos victimes ont des syndicats ou au plus rapide les moyens du tribunal administratif.
Ces gens se taisent monsieur EdL. Comme les chiens...
C'est facile pour vous aujourd'hui, le retraité qui est quand même parti en retraite avec le grade agrégé!!! hein ? Ce titre c'est une poignée de billets que n'ont pas eu des enseignants aussi méritant que vous.
Alors tout le monde profite de ce système.Quant au site qui vous héberge dans cette jacquerie dont le directeur est Camille Chauvet,ce Camille qui -aime et qui n'aime pas les métros- est un kamikaze connu des bonnes et mauvaises causes,j'ai été son collègue ,on ne va pas changer cet écorché-vif... c'est à lui de gérer sa schizophrénie.Le métro que je suis à beaucoup de respect pour cet homme, car au moins avec lui tout est clair dans la brutalité de ses propos.Monsieur Delépine continuer ce débat, mais que disent les victimes imaginaires ? Ont-elles peur pour leur carrière ? En tout cas, c'est un vrai Buzz, plus de 11000 lecteurs sur trois semaines pour quatres articles.


22.Posté par Sous professeur de mmartinique le 05/05/2010 18:50
Pas étonnant...
Secteur STI de martinique : Stage de Formation professionnelle 2 candidatures retenues
Secteur STI "métrpolitain" : 50 à 100 candidatures retenues
Martiniquais = sous professeur !!!!!
sans commentaires

21.Posté par La rédaction le 05/05/2010 06:27
Joe,merci de participer au débat pour relever le niveau et surtout de signer de ton nom sans pseudo,comme le font certains courageux anonymes et lâches. A bientôt.

20.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 22:08
Complément: ............régler parfaitement les problèmes soulevés.
Par ailleurs, notre association l'UPEM, n'a jamais craint de poser les vrais problèmes, sans pour autant penser que nous détiendrions la stricte vérité.
En tout cas, si "l'acteur de terrain" pense que l'UPEM n'est pas une référence, qu'il sache, que nous nous n'avons jamais revendiqué une telle reconnaissance.
Ce que nous savons, autant nous pouvons dénoncer des actes provenant de professionnels de l'Education Nationale, autant il nous est arrivé de défendre des professionnels qui ne méritaientt pas d'être la cible de leur hiérarchie même si ce n'est pas notre rôle.
En tout cas, dans ces affaires en cours, chacun devra assumer ses actes, et surtout ne point se cacher, sous couvert d'être un fonctionnaire!!

19.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 21:57
En fait, Edouard DELEPINE soulève un problème qui existe depuis belle lurette dans l'Education Nationale. Et si sur les hauts de Terreville, ces agissements sont aisés, c'est quelquefois grâce au silence complice de ceux qui devraient défendre leurs pairs, chacun préférant se couvrir pour l'avenir, carrière oblige.
En réalité, s'il arrive que des personnes tout à fait performantes peuvent avoir à un moment donné de leur carrière des difficultés, il est rare que le sysème accompagne ces dites personnes, mais préfère de loin les laisser couler, ce qui peut aller jusqu'à la destruction humaine.
Oui, en ce moment, il y a un vent de panique, et certains chefs d'établissement sont menacés par des pressions psychologiques insoupçonnées. Malheureusement nous ne voyons pas ni n'entendons ceux qui devraient les défendre, et c'est vraiment dommage.
Si tenté que ces personnes menacées avaient commis des fautes, l'arsenal juridique que possède l'Education Nationale devrait permettre, à mon avis de régler parfaitement

18.Posté par ARNETON JOE le 04/05/2010 21:50
En fait, Edouard DELEPINE soulève un problème qui existe depuis belle lurette dans l'Education Nationale. Et si sur les hauts de Terreville, ces agissements sont aisés, c'est quelquefois grâce au silence complice de ceux qui devraient défendre leurs pairs, chacun préférant se couvrir pour l'avenir, carrière oblige.
En réalité, s'il arrive que des personnes tout à fait performantes peuvent avoir à un moment donné de leur carrière des difficultés, il est rare que le sysème accompagne ces dites personnes, mais préfère de loin les laisser couler, ce qui peut aller jusqu'à la destruction humaine.
Oui, en ce moment, il y a un vent de

17.Posté par Pour l'acteur de terrain le 04/05/2010 21:37
Tant qu'il y aura des Martiniquais on trouvera toujours des négres au service de mauvais combats.
Par ailleurs l'UPEM n'est pas une référence en matière de combat pour le respect de Nous mêmes.

16.Posté par un acteur du terrain le 04/05/2010 20:44
A propos de la pauvre chef détablissement "invalide" du Nord-Atlantique:
Quand on sait que même L'UPEM à tout fait pour la faire partir, on rigole doucement de votre diatribe sur les méchants métro...

15.Posté par Du Rectorat le 04/05/2010 06:01
Le vrai patron des hauteurs de Terreville c'est Barbe. Dédé Siganos est une marionnette,un vrai pantin.
Vous n'avez qu'à monter au Rectorat et tout bloquer pour que les choses bougent.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

VACABONAGERIE | TRIBUNE LIBRE | HISTOIRE | SOCIOLOGIE










L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du jour / Le secteur de la viande est en crise en Martinique.

Entre les bouchers et la nouvelle régie sous l’impulsion de la CTM, qu'est-ce qui se passe actuellement? Personne n’a la solution. Les élus ont peur, à raison , de repartir dans du déficit, et les bouchers ne veulent s’avouer qu’ils continueront de ne plus s’y retrouver !


Editorial du jour / Le secteur de la viande est en crise en Martinique.
editorial_bouchers.mp3 editorial bouchers.mp3  (6.82 Mo)


Victor HAUTEVILLE
01/10/2019



Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.







Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM