Connectez-vous S'inscrire
ICIMARTINIQUE.COM
ICIMARTINIQUE.COM
L'information alternative et disruptive qui fait réagir !



RODOLPHE ETIENNE JOURNALISTE OU ABRUTI ARME D’UN STYLO ?


Rédigé le Jeudi 10 Septembre 2009 à 06:35 |

Par Camille Chauvet : Souvent on parle de la presse comme quatrième pouvoir, mais force est de constater que ce prétendu pouvoir peut faire de gros dégâts, quand le journaliste vient régler des comptes qui n’ont rien à voir avec la question à traiter.


Dans l’encyclopédie libre WIKIPEDIA, il y a cette définition : Le journalisme est l'activité qui consiste à collecter, rassembler, vérifier et commenter des faits pour les porter à l'attention du public à travers les médias.

On distingue classiquement plusieurs types de journalismes, dont le journalisme d'investigation, le journalisme d'actualité, le grand reportage, ou encore les spécialisations selon certains domaines particuliers (le journalisme politique, scientifique, mondain (ou paparazzi), etc.).

Par ailleurs, les métiers du journalisme sont divers, allant du correspondant de guerre au dessinateur de presse, en passant par le journaliste reporter d'images (JRI) au photographe, le journaliste sportif ou la critique musicale et l'éditorialiste.
Le statut professionnel des journalistes se distingue entre les pigistes, qui sont freelance et payés à l'article, et les salariés de médias spécifiques.
Enfin, ces dernières années, une forme de « journalisme citoyen » est apparu avec le développement d'Internet.


Le journaliste du nom de Rodolphe Etienne exerçant à France Antilles, sans doute en mal de reconnaissance se met à attaquer gratuitement sans arguments des parties un établissement scolaire lors d’un banal événement concernant la rentrée scolaire d’un jeune guadeloupéen.

La chose a été réglée en présence de l’intéressé, et voilà pour faire monter la sauce, armé de sa plume,l’abruti Rodolphe Etienne vomit sur cet établissement,en évoquant des problèmes d’école de salsa sans en connaître les tenants et les aboutissants d’une affaire concernant deux proviseurs d’établissement scolaire.

Demain quand ce journaliste se fera jeter de cet établissement, il ira chialer sur la liberté la presse qui n’est pas respectée.

C’est ce même, bonhomme qui récemment vomissait sur les francs-maçons en dénonçant des pratiques occultes qui se font dans des Temples au Saint-Esprit.

Hier, il traduisait des textes en créole…tout en dénigrant certains pontes de la créolité pour leur côté provocateur. Vraiment Rudy Rabbataly aura du souci à se faire avec certains de ces loustiques en liberté d’écriture pour une poignée d’euros.

Camille Chauvet





1.Posté par LAFICELLE le 10/09/2009 10:16
Rodolphe Etienne ne devrait pas être recruté comme journaliste à France- Antilles, car appelé à prendre du recul par rapport à la réalité dont il traite, souvent il fait du copinage journalistique. Ce Rodolphe fait souvent le choix de prendre position, de défendre les thèses et intérêts de ceux qui le soudoient et il se croit du coup important.C’est un malhonnête. Les exemples d’écrits abondent.
Camille Chauvet réagit parce qu’il s’agit du Lycée où il sévit.
J’ai envoyé une lettre à la direction sur un de ces reportages malhonnêtes et je n’ai pas eu de réponse.

2.Posté par Rodolf Etienne le 10/09/2009 13:34
Je ne voudrais pas m'étendre sur les insultes proférées par monsieur Camille Chauvet, à mon égard. De nombreux amis m'ont conseillé d'y opposer mon silence, garant de ma bonne foi. Je voudrais simplement signaler que j'ai l'entière confiance de mon rédacteur en chef, qui sait, lui, me signaler les erreurs éventuellement commises et me rappeler les termes de la déontologie à laquelle nous astreint notre métier. Je voudrais par contre réagir à propos des insinuations mettant en cause la franc-maçonnerie : "C’est ce même, bonhomme qui récemment vomissait sur les francs-maçons en dénonçant des pratiques occultes qui se font dans des Temples au Saint-Esprit", dixit Camille Chauvet. Je ne savais même pas qu'il existait un temple maçonnique à Saint-Esprit, allez voir qu'il s'y déroulait des séances occultes. D'autre part, dans le cadre de mon travail, je suis amené à être en relation avec des membres de cette noble association philosophique. A leur égard, je voudrais m'insurger contre les insinuations de monsieur Camille Chauvet, dont par ailleurs je ne dénie pas les mérites et les engagements. J'ai du respect pour Camille Chauvet et même si je trouve son pamphlet inacceptable, la liberté d'opinion est un droit. Je tiens simplement à rectifier une fausse et malencontreuse - je suppose - information. Je ne suis pas l'ennemi des francs-maçons, tout comme des rastas d'ailleurs, ou de toute autre association, groupe, religion qui contribue au développement de la pensée et de la conscience collective. D'autre part, Raphaël Confiant, Jean Bernabé et tous les autres "grands pontes de la créolité", à défaut d'être des amis intimes sont en tout cas des contacts privilégiés avec lesquelles je discute souvent de questions liées à la créolité. Tiens, j'ai rendez-vous avec Rapho demain ! Ceci dit pour faire valoir ce que de droit...

3.Posté par Camille CHAUVET le 10/09/2009 17:07
Monsieur RODET,j'ai justement demandé à votre rédacteur en chef,une rencontre avec vous en sa présence et vous signaler votre erreur, prévisible dès votre première réflexion,en arrivant sur les lieux du " crime ".Curieusement ce n'était pas une affaire de Salsa et c'est la salsa qui vous interessait...et une volontté de salir ce lycée qui n'est pire que ses voisins sur lesquels vous êtes bien silencieux.
Comme dans votre réponse vous associez Rasta et FM que vous respectez . Chez les Rasta comme chez les FM il y a des gens fort peu respectables à cause de leur agissements.Mais pour condamner il faut toujours donner la preuve.
Ceci dit ,mon texte n'est pas un pamphlet contre vous,simplement un rapport de faits.
Pour le reste ,j'attends d'être en face de vous et de votre rédacteur en chef.
C'est très bien que vous rendez visite à Rapho...profitez-en. Là, je suis sûr qu'il ne vous parlera pas de Salsa.

4.Posté par Rodolf Etienne le 10/09/2009 18:21
Monsieur Chauvet, et même si tout le monde me demande de vous laisser tranquille "vous connaissant !", je me permettrai d'éclairer votre lanterne sur un certain nombre de points. Je vous ai toujours manifesté le plus grand respect. Je ne vous ai jamais insulté, encore moins injurié. Nos rapports jusqu'à ce matin étaient des plus amicaux. Nous nous permettions même des petites blagues... nous étions complices... d'après moi ! Que vous ayez des remarques à me faire sur la qualité de mon travail est tout à fait acceptable. L'avis de tous les lecteurs m'intéressent... Mais que vous vous permettiez de m'insulter et de proférer à mon égard des propos définitivement déplacés, remettant sans arguments tangibles mon professionnalisme ou pire ma déontologie en cause, insinuant, je cite "ce même bonhomme qui récemment vomissait sur les franc-maçons en dénonçant des pratiques occultes qui se font dans des Temples au Saint-Esprit", "tout en dénigrant les grands pontes de la créolité pour leur côté provocateur" ! Je suis sidéré ! Tout cela est faux ! Dès lors, Camille Chauvet, que vous dire ? Vous laissez tranquille, comme on me le conseille. Mais, par respect pour mon honneur et la qualité que j'essaie de mettre au quotidien dans mon travail, je vous demande humblement, à votre tour, de me laisser tranquille et d'arrêter toute pratique qui tendrait à me discréditer auprès de mes chefs ou de toute autre personne, à moins que vous ayez de véritables raisons à cela. Auquel cas, je serai toujours ouvert à la discussion et au dialogue. Toute cette mascarade que vous mettez en branle, à défaut d'être indigne de vous, l'est de moi ! Merci !

5.Posté par Camille Chauvet le 12/09/2009 08:25
Rodolphe Etienne,n'éclairer pas ma lanterne,vous avez besoin d'avantage de lumière que moi, d'ailleurs vous pleurez comme un gamin pour en avoir un peu ... C'est vrai, que -ceux- qui vous qui disent me connaître ont raison, car ils mesurent régulièrement mon intransigeance avec moi même, d'abord , et surtout avec tous ceux qui se prennent pour des cow-boys.
Se victimiser ,comme vous le faites ,en se disant insulté ou injurié est un argument trop facile.
Rodolphe Etienne, je ne veux pas vous donner de leçons,mais reconnaissez au moins votre malhonnêteté intellectuelle: Vous arrivez en catastrophe au Lycée Joseph Gaillard,alerté que sur ce site il y a un viol :"le viol les droits d'un rasta ". Rien de plus normal. Mais quand vous arrivez ,et qu'avant toutes informations, vous criez haut et fort, comme un hystérique que, "ce lycée se fait toujours remarquer... c'est ici que l'on a interdit une Ecole de Salsa" ,tout le monde vous regarde.Quel rapport entre la question scolaire du rasta et la Salsa ? Expliquez moi ce que vient faire la salsa pour dénigrer ce lycée ? A ma connaissance la Salsa n'est pas encore une discipline inscrite dans les programmes scolaires de ce lycée.Donc rien à foutre.
Je vous interpelle ,et je vous dis directement que ces deux choses n'ont rien à voir, et vous me regardez en souriant, et armé d'un sylo vous réglez des comptes.C'est là le comportement d'un abruti et non d'un journaliste.C'est tout ce que je dis, et j'y ajoute certains de vos propos tenus dans d'autres circonstances pour bien vous montrez que chaque espace est un espace à part.
Ceci dit, vous êtes connu pour vos bêtises journalistiques dans cette rédaction et vous avez déjà été rappellé à l'ordre ,mais vous ne retenez pas leçons.Un conseil Rodolphe, à l'avenir, respecter l'honneur de l'institution scolaire JG pour que ce qui vous reste comme honneur soit respecté.
Pour moi cet incident est clos.(Sauf si vous ne comprenez pas l'intérêt d'y mettre un terme)
Camille Chauvet.


6.Posté par Rodolf Etienne le 12/09/2009 10:25
Pour donner crédit à vos arguments vous seriez prêt à tout ! Vous êtes pitoyable ! Je crois que, en ce qui concerne ce dossier, je n'ai aucune leçon à recevoir de vous. Vous étiez sur les lieux, visiblement pour chercher la dispute, invectivant les uns et les autres, vociférant vos arguments salaces. Vous avez eu maille à partir avec d'autres. Je vous ai évité, écoeuré par tant de haine ! Vous êtes véritablement pitoyable ! Oui, j'ai dit que ce lycée s'est déjà fait remarquer il y a de cela quelques mois, sous la houlette de ce même proviseur et je l'ai écrit dans mon article. C’était un constat, une simple remarque ! Tout comme j’avais été appelé par les membres de la communauté rasta avec lesquels j’entretiens des rapports professionnels, j’avais été appelé par les membres de cette école de salsa. J’ai suivi cette affaire, entendant les deux parties. C’est pour cela que je vous ai dit que votre avis sur la question (dépassée dans le contexte dans lequel vous essayiez de le situer : l’invective) ne m’intéressait pas ! Et je vous l’ai fait remarqué avec respect, sans vous insulter ! Je n’ai strictement rien "crié haut et fort, comme un hystérique". L'hystérique, ce matin-là, c'était vous ! Je me suis plutôt rapproché du gardien de l’entrée de l’établissement et l’ai ramené vers le lieu où vous étiez là à vociférer, par « prudence ». J'ai simplement fait preuve d'un peu plus de courage et de discernement que vous, dans l'intérêt de tous, de ce jeune et du lectorat. Vous m'avez interpellé à plusieurs reprises et j'ai refusé de participer à votre mascarade et apparemment je vous ai vexé. Vous êtes pitoyable ! J'ai rencontré le proviseur ce matin-là avec lequel j'ai échangé quelques mots. Visiblement trop occupé pour répondre immédiatement à mes questions, il m’a demandé de le rappeler plus tard dans la journée. A mes différents appels, je n'ai eu aucune réponse. Ca c'est pour la petite histoire. De retour du bureau du proviseur, vous m'avez une fois de plus pris à parti, puis rapidement insulté en affirmant que je ferais mieux d'écrire sur les békés qui volent ce pays. Je vous ai répondu qu'il fallait des preuves, de véritables preuves, pour accuser les gens et que si vous aviez ces preuves, je serais prêt, personnellement, à vous écouter et à en discuter avec mon rédacteur en chef. Sur ce, je vous ai ensuite tourné le dos, vous priant de m’excuser et estimant, à juste titre, avoir mieux à faire que de vous écouter répandre votre haine des uns et des autres ! Vous avez déclaré à votre ami à côté de vous, qui lui aussi s'en mêlait : "Men non pa ni pwoblem, Rodolf Etienne sé an bon journalis. Mwen konnet li". Vous êtes pitoyable ! Pitoyable ! Mon boulot, c'est de rendre compte, d’informer avec réserve et discipline. Vous, vous êtes là à pinailler et à chercher dispute, comme toujours. Je me faisais une meilleure idée de vous ! Vous êtes pitoyable ! Je travaille pour un journal sérieux, sur lequel vous avez l’habitude de répandre vos humeurs ! C’est là ma seule faute ! Vous employez le mensonge et l’arrogance, l’insulte. Pour ce qui est du viol, j’espère que vous n’insinuez pas que j’ai employé ce mot pour cette affaire. J’espère que vous ne mettez pas dans ma bouche « le viol des droits d’un rasta ». Je vous rappelle à toutes fins utiles l’un des principes fondamentaux du journalisme : ne jamais détourner les propos d’autrui à ces fins personnelles. Vous êtes pitoyable ! Et pour le reste de vos ragots et mensonges, je vous laisse juge en toute conscience ! A défaut, faites vous aider de votre « lumière » ! Pour moi, toute cette histoire est lamentable et si j’y prends part, c’est pour rétablir la vérité, une vérité dont vous devriez vous inquiéter, dans l’intérêt de vos lecteurs et de votre propre gouverne ! Vous êtes pitoyable !
P.S : Inutile de tenter de me joindre au téléphone ! Je ne vous répondrai pas ! Si vous avez mauvaise conscience, je m'en accomoderai ! Faites-en autant !
Pour votre gouverne : Le droit de réponse est un recours existant dans certains pays, dont la France. Il permet à une personne qui a été mentionnée dans un média de soumettre au média en question un message de réponse sur le même support qu'il aura l'obligation de publier.
Ce droit existe en France depuis la loi du 29 juillet 1881 (article 13) pour la presse écrite, et 1974 pour la radio et la télévision.
En France, la Loi pour la confiance dans l'économie numérique a spécifié que les blogs doivent publier un droit de réponse au même titre que les autres médias.
Dans le cas où ce droit ne serait pas respecté et où la personne s'estimerait diffamée, elle peut porter l'affaire devant les tribunaux dans le cadre des lois sur la diffamation. Le refus d'une réponse suppose donc d'avoir bien assimilé que la diffamation ne suppose pas nécessairement la calomnie : des faits exacts peuvent être considérés comme diffamatoires, comme par exemple le fait de citer des faits de nature, si on les énonce seuls, à nuire à la réputation de la personne, dans le même temps qu'on omet de citer des éléments importants qui remettraient son action dans son contexte.

7.Posté par Rodolf Etienne le 12/09/2009 10:30
Je vous demande humblement de cesser de m'importuner ! Faites preuve de sagesse, tout au moins, essayez ! Vous vous en rendrez compte, c'est là la meilleure école ! Trouvez-vous un autre "pigeon".
Respectueusement !

8.Posté par Rodolf Etienne le 12/09/2009 10:35
Je considère, nonobstant les quelques remarques "Vous êtes pitoyable" que ces quelques mots de ma part constituent une manière de "droit de réponse" et je vous remercie de les avoir publié sur votre site. Sur ce, j'aimerais réellement que vous me laissiez tranquille. Jusques-là nos rapports étaient amicaux. Vous avez pris le parti de les dégradez. J'en prends acte ! Mais de grâce, cessez là vos invectives ! CESSEZ DE M'IMPORTUNER !

9.Posté par Rodolf Etienne le 12/09/2009 10:38
Pour moi, cette affaire est maintenant réglée ! J'ai dit tout ce que j'avais à dire ! Ne m'importunez plus de vos remarques ! Cela dit, merci de m'avoir ouvert les yeux sur votre véritable caractère ! Ma naïveté m'aura une fois de plus trompé ! Et à l'avenir, ayez autant de respect pour moi que vous en attendez de moi ! Nos rapports, qui sait, pourraient s'en trouver mieux !!!

10.Posté par Camille Chauvet le 14/09/2009 14:25
En 5 j'avais pourtant dit que cet incident est clos. Et vous recommencez pour montrer votre niveau de médiocrité 6.7.8.9 . Entre nous deux je n'ai rien à prouver. S'il a quelqu'un de Pitoyable ,c'est bien vous et j'espère que la direction de France-Antilles prendra en compte votre comportement.
S'il y a quelqu'un qui vous encourage à continuer allez y. Rien ne sera censuré. Les autres journalistes de France-Antilles,les vrais savent qui vous êtes...et j'en dIscute avec eux.
Vous êtes un menteur ,car vous n'assumez pas vos actes et votre comportement ne fait pas honneur à la rédaction de ce quotidien qui a gagné ses lettres de noblesses avec des hommes autres que vous.
J'espère que le plus tôt possible vous ne serez plus de cette rédaction et je reviendrais sur votre cas ,tant dans ses recoins privés que professionnels.
Une dernière fois l'indicent est clos,si vous relancez cette affaire vous allez le regretter.

11.Posté par Serge Lacross le 14/09/2009 15:44
Camille,je me permets d'entrer dans ce combat.Laisse tomber ce jeune homme.Dans des circonstances à venir il te présentera ses excuses.J'ai fait mon enquête ,ce sont des maldresses de jeunes journalistes énivrés par le pseudo mais ô combien éphémère POUVOIR qu'il croit détenir quand ils écrivent...
Ils sont jeunes. Laisse tomber je te contacterais.
SL .

12.Posté par lefianfian le 24/09/2009 04:47
le 11 est un sage, mais quand même..., j'attendais avec angoisse le déchoukage final et en règle promis au 10
La seule chose que je constate est que passé le 9 notre abruti a bien compris la menace et qu'ii est resté taisant.
Il a kaillé


13.Posté par LOANA le 23/11/2009 17:36
Comment cette affaire est terminé ? Je ne crois pas, car récemment ces messieurs décalaient Chauvet Camille et Laouchez Roland comme pas possible.
C'est quoi cette élite qui s'autodétruit pour des conneries.
Vraiment je suis malade de ces comportements.

14.Posté par Timothy Ferguson le 03/06/2014 02:42
On a du mal a vous suivre Mr. Chauvet : la semaine dernière vous avez laissé quelqu’un partager une photo zoophile sur votre page Facebook en disait que vous défendait la liberté d’expression de la personne qui avait fait ce post et puis on vous voit aujourd’hui en train d’essayer d’écraser un journaliste qui n’a fait que son travail. Je ne peux pas dire si Mr. Etienne était fondé où non dans ses arguments car je n’ai pas lu l’article en question mais peu importe ; je défends son droit de tenir une opinion. Si toutefois je n’étais pas d’accord avec ce qu’il avait écrit j’aurais exactement les mêmes droits que vous M. Chauvet : je pourrais écrire au journal pour exprimer mon désaccord. Le fait que vous soyez un homme politique ça ne vous donne pas le droit ni d’insulter un journaliste ni de le menacer en disant que vous utiliseriez tout votre influence pour le faire taire. Dans cette histoire quelle image souhaiteriez-vous donner aux Martiniquais ? Que vous êtes capable de faire taire un journaliste ? Et que ça servirait d’exemple pour tout autre journaliste qui peut avoir une opinion qui serait diffèrent du votre ? Qu’ils vous craignent tous ? Afin qu’ils n’en restent que ceux qui sont d’accord avec vous ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Les commentaires sont libres. Vous êtes tenus d'avoir des propos respectueux. L'adresse IP de votre machine est référencée sur nos serveurs, aussi si à 3 reprises vos propos sont effacés vous n'aurez plus accès au site.Votre commentaire sera publié si il respecte les règles du site.

SOCIETE | ENVIRONNEMENT | Patrimoine | SANTE | EDUCATION





L'éditorial de Victor Monlouis Bonnaire

Editorial du Jour / Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !

Voici deux mois que tout le mode sait qu’en Martinique, sur les lignes de bus de la Sotravom les conditions de transport sont inacceptables. Toutes les autorités le savent !


Editorial du Jour /  Je suis en grève, pour savoir pourquoi écoutez !
Voici une entreprise dont on a brûlé les bus ! Voici une entreprise dont les salariés sont en retrait depuis 2 mois. Voici une entreprise qui me rappelle l’affaire des melons du Vauclin. En fait une décision du personnel de tuer l’entreprise.

Mon opinion c’est que si j’avais 20 ans , moi aussi je partirais de la Martinique, si j’en avais les moyens.
12022019_editorial_grᅢᄄve_!1__1_.mp3 12022019 EDITORIAL Grᅢᄄve !1 (1).MP3  (5.81 Mo)


Victor HAUTEVILLE
13/02/2019

Faites vous accompagner !

CORDIALLY SERVICES , le bouquet de services du webzine ICIMARTINIQUE.COM

La MARTINIQUE DIGITALE c'est maintenant.

Cordially Services est un bouquet de services, destiné aux lecteurs d'ICIMARTINIQUE.COM.

Un bouquet de services c'est comme son nom l'indique, plusieurs services. Prestation de services divers pour les particuliers et les entreprises par l’intermédiaire d'une plate forme numérique.

Deux types de services : La conciergerie et la logistique. Pour en savoir plus cliquez ici.








Aimez le Facebook ICIMARTINIQUE.COM